Joko, Le Feu au cul

« J’ai pris conscience récemment que j’écrivais tous les jours. C’est comme ça que je procrastine. J’ai un truc urgent à faire, une priorité, au lieu de m’y mettre, j’ouvre le fichier d’un des textes pornographiques que j’ai en cours. À n’importe quelle heure. C’est ce qui est bien avec l’écriture par rapport au dessin : pas de mise en œuvre particulière, on ouvre un fichier et on s’y met. »Retrouvez sur le blog de La Musardine la passionnante interview de Joko, donnée à l’occasion de la parution de son dernier livre, qui est aussi son premier roman : https://www.lamusardine.com/blog/l-edito-de-christophe-siebert/12-interview-de-joko-le-feu-au-cul

(Photo : Jean-Luc Guérin)

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *