20 ans – Le Club des MILF (2)

12345
Loading...

Assas


à plusieursbisexualitéexhibition et voyeurismeMILF


Julien, 20 ans, étudiant. Dans la 1ère partie (20 ans – Une amie des Parents), j’ai fait la connaissance d’Inès, une confère de mes parents, âgée de 40 ans. Une très belle femme qui m’attire tout de suite et avec laquelle j’ai une aventure qui a commencé dans son entrepôt, sur des cartons de matériel.

En fin de semaine, Inès m’appelle pour me proposer de sortir avec elle le samedi soir.

– J’ai deux amies très proches et nous nous voyons de temps en temps, me dit elle. Sans te nommer, j’ai parlé à l’une d’entre elles de notre rencontre et elle nous a invité ainsi que mon autre amie et son compagnon. Ils sont sympas et très ouverts d’esprit pour ne pas dire libertins, mais je ne pense pas que cela te gêne, bien au contraire. Tu seras  le seul jeune homme. Tu m’as dit que tu appréciais les femmes épanouies, tu vas être servi. Je ne suis pas jalouse. Je les connais bien et si tu leur donnes envie, elles ne vont pas hésiter à te séduire, à t’exciter, y compris à se câliner entre elles ou avec moi pour te faire craquer, à moins que ce soit moi qui te fasse craquer.

– Si c’est toi qui donne le signal de départ, cela sera encore meilleur.

Inès se met à rire.

– Viens en fin de journée à la maison, on partira ensemble.

Quand j’arrive le samedi en fin de journée, Inès finit de se préparer. Elle vient juste de passer une robe ultra courte qui lui colle à la peau et ne laisse aucune interrogation sur ses formes, sans marque en haut, comme en bas. Cette robe est une succession de bandes jaunes et de bandes transparentes. Impossible de porter un sous vêtement. Cela donne le ton de la soirée et ce n’est pas pour me déplaire.  Alors qu’elle finit de se maquiller, nous nous regardons dans son miroir. Je viens dans son dos pour l’embrasser dans le cou et je ne peux pas m’empêcher de passer une main entre ses cuisses.

– Reste sage, Julien. La soirée va être longue et ce serait dommage de ne pas pouvoir en profiter jusqu’au bout.

Elle se retourne, m’embrasse légèrement sur la bouche et à son tour passe sa main sur ma braguette pour flatter mon entrejambe.  Vivement le dessert, me dit elle. Elle met une paire de hauts talons, nous partons.

En arrivant chez son amie Josy, le couple ami, Jacques et Maria, est déjà arrivé.

Les deux femmes portent des tenues aussi courtes et aussi sexy qu’Inès. J’essaye de rester calme et de penser à autre chose pour que mon début d’érection ne soit pas trop visible. L’accueil est chaleureux et les deux femmes m’embrassent comme si nous nous connaissions depuis longtemps.

Maria ne cache pas son attrait pour moi en m’embrassant suavement au coin des lèvres.

Nous prenons l’apéritif sur la terrasse. Comme un hasard, Inès me prend par la main pour aller s’asseoir cote à cote autour de la table basse, Josy et Maria en face de nous.

Tout en suivant la conversation, Josy et Maria cherchent mon regard, et à chaque fois que je croise le leur, soit elles croisent les jambes, soit elles écartent légèrement leurs cuisses. Visiblement Maria, blonde,  est nue sous sa robe avec une légère toison et Josy, brune, semble intégralement épilée. Jacques n’est pas dupe et s’amuse de la situation.

– Julien, j’ai l’impression que tu plais à mes deux amies, et ce soir, j’espère que tu ne vas pas m’oublier ! me dit Inès

– Tu as bien fait de venir accompagnée Inès, j’espère bien que tu vas laisser Julien s’occuper de moi. J’aurai enfin deux hommes pour moi, lui dit Josy. Une langue de fille, tu sais que j’adore mais deux queues, c’est encore meilleur.

– Ne t’inquiète pas, lui dit Inès, à 20 ans il est plein de ressources et tu risques d’être épuisée avant lui.

C’est  Maria qui lance les hostilités avant de diner. C’est une nouvelle robe, Inès ? interroge Maria Elle montre tout sans rien montrer, tu es excitante et s’approchant d’elle par derrière lui roule les tétons par dessus la robe. Voilà, avec 2 tétons bien tendus qui pointent sur une bande transparente c’est encore mieux.

Julien, occupe toi des siens, me demande Inès. Il n’y a pas de raison pour que je sois la seule à montrer mes tétons.

Maria vient s’asseoir sur mes genoux et à mon tour je fais saillir ses tétons sous sa robe au large décolleté. Je prends un sein puis l’autre pour les sortir avec ces tétons qui pointent. Elle ne perd pas son temps pour masser ma queue par dessus le pantalon.

– Humm, j’ai envie d’être déjà au dessert, me dit Maria. C’est prometteur.

S’adressant à Maria, Josy lui dit qu’elle devrait nous enlever des yeux ses deux obus, ou de se mettre à poil pour diner.

– Oh mais cela ne me pose aucun problème si l’un ou l’une d’entre vous veut me déshabiller.

Autour de la table, je suis entre Inès et Josy. Le diner est excellent et la conversation agréable. Je dois rester zen pour ne pas renverser mon verre ou arriver à manger. Les mains de Inès et de Josy se retrouvent très souvent sur mon entrejambe avec un massage en règle de ma queue. C’est Josy, la première qui ouvre ma braguette, s’infiltre dans mon slip pour sortir ma queue et me caresser. Je ne suis pas en reste non plus, j’ai toujours une main, ou les deux, entre les cuisses de mes compagnes qui les ont largement ouvertes pour me donner accès à leur fente aussi humide l’une que l’autre. Caresser deux chattes en même temps et comparer leur gout à chaque fois que j’enlève mon doigt pour le lécher est une première pour moi. Erotique comparaison.

Un invité qui ne serait pas au courant et ne ferait pas attention aux mains pourrait ne s’apercevoir de rien, chacun essayant de cacher son excitation croissante, jusqu’à ce que Inès fasse une bêtise avec son verre et renverse du vin sur la table.

– Bravo Julien, Inès tu as perdue, tu es la 1ère à faire une erreur. Tu seras punie tout à l’heure, nous tirerons au sort qui te fessera, à moins que nous soyons tous d’accord pour en laisser le privilège à Julien, déclare la maitresse de maison. Maria, pour éviter qu’Inès tache sa robe, enlève lui.

Maria s‘approche d’Inès qui reste assise et lui enlève sa robe en la faisant passer par dessus la tête, puis lui prend les deux seins en formant une coupe pour les soutenir et surtout les malaxer.

– Julien, fais lui plaisir, elle est très sensible des tétons, tu dois déjà le savoir, Fais lui rouler les tétons pour qu’ils soient bien dressés  jusqu’à la fin du diner. Ne les laisse pas débander. Fais lui perdre son sang froid. Montre nous tes talents.

Passant au salon, c’est le moment choisi pour la fessée promise à Inès.

Je vois dans les yeux d’Inès un regard de défi et d’envie, qui me dit « es tu capable avec tes 20 ans de me fesser devant tout le monde ? » C’est ce regard qui m’excite et me fait me décider. Je prends Inès par la main et comme dans un film, je m’assois et la fais s’allonger sur mes cuisses. J’ai ses deux fesses sous les yeux, je les caresse en me demandant un peu ce que doit faire, quelques claques pour jouer, un peu ou beaucoup plus ? Cette fois ci, c’est Josy qui me donne le tempo.

– Julien, tu vas découvrir la face cachée d’Inès qui, tu l’as vu, est une femme forte dans sa vie de tous les jours. Vas y ! Fesse là jusqu’à voir ses fesses bien rouges. Elle aime être fessée comme une gamine.  Tu devras juste assumer après la fessée, tu verras, me dit Maria

Je ne peux pas me défiler et j’applique une première claque sur la fesse droite, la marque de ma main est bien visible. Sans lui laisser le temps de respirer c’est la fesse gauche, et je reviens fesse droite, fesse gauche jusqu’à ce qu’elle commence à émettre des cris et gémissements.  Ces gémissements ressemblent vite à des gémissements de plaisir plus que de douleur. Ses fesses sont écarlates, je stoppe pour les caresser, je me penche pour les embrasser.

Une fois relevée, je reviens vers elle avec une coupe de champagne. Elle est souriante et me remercie pour le plaisir que je lui donné.

– Pour ça aussi, tu es doué. A qui le tour les filles ?

Pas le temps de souffler, Maria et Josy sont tête bêche sur le tapis en 69 et se donnent du plaisir. Le clapotis des doigts dans leurs chattes et leurs gémissements remplissent la pièce. C’est beau deux femmes qui se donnent du plaisir, c’est la 1ère fois que j’assiste à ce spectacle en direct. L’effet est immédiat, j’ai  repris la forme et ma queue est tendue à l’extrême. Inès vient s’accroupir entre mes jambes et prend ma queue entre ses lèvres pour me pomper. Elle est toujours aussi douée, alternant les coups de langue sur le frein, mouillant de salive la tige qui dégouline jusqu’aux bourses qu’elle gobe avant d’aspirer ma queue jusqu’au fond de sa gorge.

– Retiens toi, me dit elle. Je vais t’offrir encore meilleur.

Nous nous approchons de Maria et Josy, toujours en 69. Inès lèche la corolle de Maria dont les gémissements redoublent.

– Viens me dit elle, elle aime autant se faire enculer que moi. Prenant ma queue entre ses doigts elle la présente sur le petit trou de Maria. Je n’ai pas de mal à forcer l’entrée. Prenant Maria par les hanches, je commence les aller retour de plus en plus puissants. Je ne résiste pas longtemps avant d’exploser et d’arroser ses parois.

Nous avons tous besoin de faire une pause et c’est une nouvelle bouteille de champagne.

– Dites moi les filles, nous n’avions pas promis une fessée à ce jeune homme qui ose abuser de nous ce soir ?

C’est Inès qui a relancé les hostilités, et c’est Josy qui s’approche moi pour me coucher sur ses genoux.

– Viens Maria, on va lui faire connaître la fessée par deux femmes.

Elles s’en donnent à cœur joie. Mes fesses ne mettent pas longtemps à rougir, mais après la brulure des premières minutes, c’est une sensation de plaisir qui monte au creux du ventre, surtout qu’Inès ne voulant pas être en reste s’est glissée sous les jambes de Josy pour me sucer. Un plaisir encore inconnu qui me fait encore exploser.

La fessée a considérablement excitée Josy, qui cuisses écartées au maximum se donne en spectacle en se masturbant, nous regardant les un après les autres en attendant de voir qui va venir s’occuper d’elle. C’est Jacques qui décide de s’en occuper. Après l’avoir léchée, il s‘allonge à ses côtés pour qu’elle vienne s’empaler sur sa queue épaisse, moins longue que la mienne, mais beaucoup plus large. Alors que Josy s’empale sur toute la longueur par des aller retour en allant jusqu’à laisser le gland à moitié sorti, je viens derrière elle pour m’occuper de ses deux seins et de ses tétons durs et longs.

Elle se couche sur le ventre de Jacques pour m’offrir  son petit trou mouillé de ses sécrétions. Je n’ai pas oublié qu’elle parlait du plaisir de sentir 2 queues l’investir, en début de soirée. Jacques comprenant ce dont j’ai envie, l’entoure de ses bras, couchée sur son ventre pour faciliter mon entrée.

– Oh oui, deux queues, ca fait si longtemps.

Prise des deux cotés, elle pousse des cris de plaisir. C’est aussi une première pour moi, sentir une autre queue à travers sa paroi est une sensation exceptionnelle. Nous la remplissons de notre semence en même temps, sous ses cris.

La soirée se termine calmement autour de la dernière bouteille de champagne, Inès sur mes genoux, le bras autour de mon cou.

Le lendemain matin, je me réveille alors qu’Inès dort encore. Sans faire de bruit, je me lève, enfile tee-shirt et pantalon. Après avoir laissé un petit mot sur la table de la cuisine, je file à la boulangerie.

En revenant, aucun bruit, alors je prépare le petit déjeuner. Elle arrive, les yeux encore embrumés, et crois à peine ce qu’elle voit

– Pour les croissants, tu as fait comment ? me demande Inès

– Je suis allé les chercher pendant que tu dormais encore. Je t’avais laissé un mot sur la table, je ne voulais pas que tu croies que je m’étais enfui.

– C’est vrai qu’en me réveillant, j’ai trouvé ta place vide, mais le peu de bruit que tu faisais dans la cuisine m’a rassuré.

– J’ai bénéficié de tes dons de séduction sur les  colis dans l’entrepôt, hier soir tu as fait carton plein avec mes amies, et ce matin le petit déjeuner. Je ne vois que des qualités en toi. C’est quoi ton défaut principal à part les attentions et la gentillesse ?

– Tu veux vraiment savoir ? Tu vas être surprise. J’ai tellement été excité quand je t’ai fessée, que j’ai failli jouir sans que tu me touches, ni toi, ni tes amies.

– Ce n’est pas un défaut pour moi, bien au contraire. Je m’en suis aperçue et pour rien te cacher, tu m’as excitée comme rarement. Je ne sais pas si c’est à cause de mon fesseur ou de la recevoir en public comme une femme soumise.

Nous déjeunons tranquillement, et Inès, dans ses pensées, renverse une partie du café sur ses cuisses et j’en profite pur la provoquer.

– Tu le fais exprès  d’être maladroite ? Cela ne t’a pas suffit hier soir, tu veux une deuxième fessée ?

Avec un regard moqueur, elle me répond « Et pourquoi pas ? » Sans lui laisser le temps de réagir, je lui attrape la main et la couche en travers sur mes cuisses. Je commence à la fesser sans me soucier de ses plaintes, gémissements et cris. Sachant qu’elle aime cela, je ne faiblis pas jusqu’à ce qu’elle se mette à jouir.

– Eh, bien si je m’attendais à ça ! Tes fesses sont encore plus belles dans cette couleur et ta chatte est trempée, une vraie petite salope.

A genoux sur le carrelage, je trempe ma queue dans sa fente, avant de la faire jouir une deuxième fois quand mes jets de sperme la remplissent.

C’est elle qui m’entraine sur le lit pour un câlin plus tendre.

– A part la fessée, dis moi ce qui t’a plu. Tu as beaucoup plu à mes amies, y compris au mari de Maria. Avec elles je savais que la soirée allait être débridée mais à ce point, je ne m’y attendais pas. Le fait que tu sois là les a excitées, c’est certain.

– C’est une découverte pour moi, je n’ai jamais participé à une telle soirée et en plus avec des femmes épanouies, c’est un rêve.

Ce qui m’a plu c’est de sodomiser Josy alors que  Jacques la prenait par devant et de sentir nos deux queues se toucher à travers sa membrane.

– Elle aussi elle a apprécié ta prestation. En partant, elle m’a glissé à l’oreille de te donner son numéro de téléphone. Ca m’a étonnée, tu ne connais que leurs prénoms et bien qu’elles soient totalement libérées, elles restent très discrètes. Elle t’en parlera sûrement, elle est une avocate très connue et Maria est un médecin réputé. Je sais que Josy a quelques amies du même niveau social qu’elle, mariées ou célibataires mais toutes aussi gourmandes. J’en connais quelques unes, et si elle te fait les connaître tu ne vas pas être déçu.

– En tout cas, comme je te l’ai déjà dit, toi et tes amies peuvent avoir toute confiance en moi. Ma famille est bien connue dans cette ville et pas question qu’une seule fuite puisse se produire. Je ne dis jamais rien sur ma vie intime et je préfère rester un garçon poli et bien sage aux yeux de tous, pour  votre  tranquillité et la mienne.

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *