ANNIVERSAIRE CANDAULISTE

Pour fêter mes 30 ans ma femme m’avait dit : « Je m’occupe de tout » et ce dimanche-là elle n’avait invité que mes deux meilleurs amis : Jo et Fred. Intrigué, je l’avais questionnée, elle m’avait répondu en souriant : «  C’est une surprise ». Je n’avais pas insisté.

C’était l’été, il faisait très chaud, le repas au bord de la piscine, en maillot de bain,  s’est déroulé dans une bonne ambiance, pastis, grillades, rosé, champagne et petits gâteaux. À la fin du repas, Léa s’est levée un verre à la main, a réclamé le silence et en me regardant a commencé son petit discours. Elle était magnifique dans son minuscule maillot deux pièces qui révélait ses formes parfaites.

«  Mon chéri, je ne savais pas quoi t’offrir pour tes 30 ans, il fallait quelque chose d’original, de nouveau, une véritable surprise, l’autre jour j’ai croisé tes deux amis, ici présents, et ça a fait tilt ! Je les ai invités pour ton anniversaire, ils m’ont demandé quel cadeau ils pouvaient apporter et je leur ai dit de n’apporter rien, le cadeau ils le feraient aujourd’hui. Ils m’ont questionnée, je leur ai dit aussi que ce serait la surprise. L’idée de ce cadeau c’est quelque chose dont tu as envie depuis longtemps, mais dont tu ne m’as jamais vraiment parlé. A travers les films pornos qu’on regarde (se tournant vers nos amis, elle a ajouté : oui, on regarde des films pornos comme tout le monde ! puis revenant à moi) j’ai compris qu’un de tes fantasmes, ou mieux ton principal fantasme, c’est de voir un mari en train de regarder sa femme faire l’amour avec un autre homme. Eh bien mon chéri, ce fantasme je vais te l’offrir ! Mais au lieu de prendre un inconnu au hasard dans la rue, je ne savais pas sur qui j’allais tomber, j’ai pensé à un de tes amis. Mais lequel ? Jo ? Fred ? Et puis pourquoi pas les deux ? Plus on est de fou, plus on rit, et comme ça, mon amour, tu pourras t’en mettre plein les yeux ! »

Je l’ai regardée, bouche bée ! Fred et Jo m’ont regardé, l’ont regardée, semblant ne pas comprendre, ou plutôt, voulant être sûr d’avoir bien compris.

Je n’en revenais pas ! Léa avait compris quel était ce fantasme qui me hantait, mais dont je n’avais jamais osé lui parler. Et c’était le cadeau qu’elle me réservait pour mon anniversaire ! Mais avec mes meilleurs amis !!!

Ah la salope ! Sous prétexte de satisfaire mon fantasme elle va s’envoyer en l’air avec mes deux copains. Elle va me tromper sous mon nez, la salope ! Mais en même temps j’étais super excité. J’allais enfin la voir faire l’amour avec d’autres.

Jo et Fred ne disaient rien. Ils attendaient. Alors Léa a repris la parole.

« Oui, vous avez bien entendu, pour assouvir le fantasme de mon chéri, je m’offre à vous, vous pouvez faire de moi tout, je dis bien tout, ce que vous voulez. On a tout l’après midi. Je serai votre jouet sexuel, je serai votre esclave, que mon chéri en profite bien, qu’il se régale à me voir prise par vous deux. Allez-y, n’hésitez pas, que la fête commence ! »

Encore une fois je n’en revenais pas. Ils m’ont regardé, j’ai fait oui de la tête et ils sont allés vers elle. Fred lui a carrément arraché le haut du maillot, libérant ses seins qui ne demandaient que ça. Il les a pris dans ses mains, les a malaxés, puis s’est mis à les lécher. Jo a arraché le bas du maillot et lui a mis sa main dans son minou. « La salope, elle est chaude, elle mouille déjà ! »

Ils ont enlevé leur maillot et ils se sont trouvés à poil. Ils bandaient déjà.

Léa était là, nue, superbe devant eux avec ses seins magnifiques.

Jo m’a regardé et m’a dit : « Ta femme est magnifique, je dois dire que je me suis souvent branlé en pensant à elle ! » Et Fred a ajouté : « Moi aussi ! Léa, tu fais un beau cadeau à ton mari, mais à nous aussi ! »

Et en moi-même je pensais qu’elle s’en faisait un aussi à elle. Sans doute qu’elle en profitait pour satisfaire son propre fantasme !

Léa avait fermé les yeux et attendait. C’est Jo qui s’est repris et a dit à son ami : « Allez on se la fait à deux » puis pour Léa : « Mets toi à genoux et vient me sucer et toi Fred prends-là en levrette ! » Et il lui montrait son engin qu’il pointait bien raide devant lui.

Elle m’a regardé, m’a fait un clin d’œil complice et a englouti le membre de mon ami pendant  qu’elle tendait sa chatte à Fred qui s’est empressé de lui enfourner sa bite.

Jo s’est alors lâché : «  Ta femme est une sacrée suceuse, mon ami, c’est une vraie pro ! » Puis pour Léa « Allez, plus vite, enfonce-toi le bien au fond »

Léa faisait de son mieux, suçant, léchant ses couilles puis engloutissant à nouveau le membre de Jo, tandis que Fred la secouait en lui donnant des coups de bite sauvages. Ils s’en donnaient à cœur joie !

Puis Jo a dit, « Allez, on change ! » Fred s’est retiré, Jo a pris sa place et a commencé à la pilonner brutalement, tandis qu’il lui pétrissait les seins. Léa avait la queue de Fred dans sa bouche et la suçait goulûment, allant en venant aux coups de bite de Jo.

Et moi je bandais comme un fou en voyant se réaliser mon fantasme le plus érotique. Léa me surprenait, n’y tenant plus j’ai commencé à me masturber en les regardant. Je voyais un film porno en vrai, avec ma femme dans le rôle principal !

Puis, ensemble, ils se sont mis devant Léa toujours à genoux, et ils ont déchargé sur sa figure en gueulant « Allez salope, avale notre foutre ! Hein que ça te plaît, sale pute, avale, avale ! »

Les entendre parler ainsi à Léa m’excitait encore plus. Elle se comportait comme une vraie salope. Et j’aimais ça !

Et Léa ouvrait grande sa bouche pour recevoir leur foutre et elle avalait ce qu’elle pouvait.

Puis Jo a continué : « Maintenant tu finis le travail, lèche bien et avale ce qu’il reste. »

Et Léa s’est exécutée avec docilité. Elle les a léchés, un coup Jo, un coup Fred, puis elle les a encore un peu sucés pour recueillir les dernières gouttes, tout en leur caressant les couilles.

Ils étaient aux anges !

Puis elle s’est tournée vers moi et m’a dit « Alors ça te plaît ? »

«  Tu es merveilleuse, c’est un cadeau extraordinaire ! »

Elle s’est tournée vers mes amis et leur a proposé de se rafraîchir dans la piscine, tout en me disant : « Toi tu bouges pas, la fête n’est pas finie ! »

Ils ont nagé quelques minutes, Fred en a profité pour l’embrasser et lui caresser les nichons, tandis que Jo essayait de lécher sa chatte.

Léa est sortie et ils l’ont suivie. Elle était magnifique, nue, le corps ruisselant d’eau. Jo et Fred suivaient, le sexe dressé.

Jo s’est tourné vers moi et m’a dit « J’ai toujours eu envie de me la faire ta femme, elle a eu une idée géniale, c’est un coup du tonnerre ! »

Je dois reconnaître que j’étais jaloux, mais  mon fantasme se réalisait, alors … !

Elle les a un peu excités en leur caressant la queue, puis :

« Alors, on fait quoi maintenant ? Vous n’allez pas me dire que vous êtes fatigués ? La journée n’est pas terminée. Il faut que mon chéri profite un max de mon cadeau ! »

Je n’en croyais pas mes oreilles. En me faisant ce cadeau, elle s’en faisait un aussi ! Elle se libérait et se laissait emporter par ses propres fantasmes ! Je découvrais une nouvelle Léa. Je l’aimais encore plus !

C’est elle qui dirigeait la manœuvre, elle leur dit : «  Et maintenant qu’est ce que vous diriez de me prendre tous les deux en même temps, un dans ma chatte et un dans mon cul ? »

Fred, le plus costaud, s’est allongé et elle s’est empalée sur lui et se baissant pour que Jo lui fourre son engin dans le cul.

Et ils se sont agités comme des forcenés, poussant des « Attrape salope ! » ou  « Tu la sens ma queue dans ton petit cul ? », tandis que Léa gémissait en disant « Que c’est bon, ah que c’est bon ! Oui, continuez, continuez, je jouis, je jouis ».

Elle aussi s’en donnait à cœur joie ! Ce n’était plus un cadeau qu’elle me faisait, c’était elle qui profitait de l’occasion pour s’envoyer en l’air ! J’étais jaloux, mais au fond de moi j’aimais ça, j’aimais la voir jouir sous les coups de mes amis, c’était terriblement excitant ! C’était une vraie salope, je découvrais une nouvelle Léa.

La séance de baise n’en finissait pas, elle m’a fait signe de venir, et m’a dit : «  Viens, que je te suce, pendant qu’ils me labourent, tu l’as bien mérité. »

Elle a pris ma queue et a commencé une fellation comme elle ne m’en avait jamais faite. J’ai déchargé très vite dans sa bouche, elle a failli s’étrangler, mais a réussi à avaler tout mon foutre.

Jo s’est retiré de son cul et Fred de sa chatte et encore une fois ils se sont mis devant elle. Léa a compris et a ouvert la bouche en disant « Allez-y ! », ils se sont rapidement masturbés et ils lui ont envoyé leur foutre dans la bouche.

Je regardais la scène avec un plaisir intense. Je bandais à nouveau.

Jo m’a regardé et m’a dit « Putain d’anniversaire ! C’était génial ! Maintenant qu’on se l’ai faite, on te la laisse ! » Jo a dit « Tu as une femme merveilleuse. Une petite salope et sacrée baiseuse ! Merci » et ils sont partis.

Léa est venue vers moi : « Alors, tu as aimé ? »

« Oui, j’ai adoré, mais je crois que toi aussi, tu en as profité, non ? »

«  Je ne peux pas dire le contraire, je ne pensais pas que ça allait me plaire à ce point. »

Elle m’a pris dans ses bras et m’a dit tendrement : «  Maintenant à ton tour de ma baiser, comme tu veux ».

On a fait l’amour toute la nuit, je l’ai enculée, on s’est payé un magnifique 69, elle m’a sucé encore et encore. Au matin on était crevé. Mais amoureux comme jamais !

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

***

Retrouvez les autres histoires de Jijika :

https://blog.meshistoiresporno.com/author/jijika/

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *