Anouche cherche ses orgasmes (2)

12345
Loading...

maxime


à plusieursmasturbationteenvoyeurisme


ANOUCHE CHERCHE SES ORGASMES (2)


Il n’a que 17 ans, il est fou des filles et des photos de femmes nues ou des vidéo pornos qu’il trouve sur Internet : les films qu’il visionne déclenchent pour lui de longues périodes de masturbation : pour lui, c’est trois fois par jour au moins, il se lève volontairement pour passer debout derrière Rose, cela pour plonger ses yeux au centre de son peignoir qui vient de s’entrouvrir, lui dévoilant une nuisette en dentelle bleu ciel qui lui montre 98 % d’une belle poitrine qui pointe, elle se penche en avant et un sein jaillit à l’extérieur, elle n’a pas encore mis de soutien-gorge, et elle fait comme si rien n’était, elle se rajuste lentement, se prenant le nichon en main pour le remettre en place ! Elle n’est pas encore habillée ? Logique, elle vient de sortir de la douche, il se pose une question : le sexe est-il recouvert ? Il n’arrive pas à distinguer si elle a mis un slip, elle a peut-être passé du mini ?

Excuse-moi ! Ce sont des choses qui arrivent !

En réalité, elle aime bien ce genre de négligence volontaire devant les mecs, se sont des cochons, mais ce garçon lui plaît, intérieurement, elle grogne, car sa chatte reste la même ! Elle file en direction de la salle de bain pour se faire un petit maquillage rapide. Elle ressort cinq minutes plus tard, avec un sourire allumeur sur les lèvres pour aller dans sa chambre et la bouche de François se dessèche quand ses yeux se posent sur elle. Elle est jolie, Mouni avait bien raison, c’est la deuxième fois qu’il la voit, à l’extérieur, elle met toujours des collants épais qui ne laissent rien voir.

Tu connaît la philo ? lui demande Rose.

Non, pas tellement, répond François.

Ses yeux se fixent sur le miroir de la porte de la salle de bain, qui lui renvoie l’image entière de la chambre, il distingue une partie du corps de Rose, accroupie, le cul en arrière, elle donne à manger à son petit chien au pied de son lit. Son cœur de jeune homme s’emballe, il frappe fort sous le spectacle, sa tension grimpe en flèche !
Rose qui a le dos tourné, se lève pour laisser
tomber son peignoir sur le lit. Elle pousse un long soupir fatigué en enlevant la petite nuisette qui cache tout juste ses fesses ! Elle regarde sa chatte qui est rougie par les masturbations !

Merde, ma chatte ! Je suis irritée !

De quoi ? demande François qui veut entamer une conversation.

Rien ! Tu veux aller dans la pharmacie pour moi, et me ramener le tube bleu ?

Fantasme de Rose : et s’il lui me l’appliquait ! Perdu dans une illusion érotique, elle se voit allongée sur le lit, avec François qui lui tartine la chatte de crème.

Le miroir est là depuis trois jours, et Rose l’a déjà oublié ! Toujours plongée dans son rêve sexuel, elle laisse tomber sur le sol son slip à bretelles, dévoilant ainsi son corps à François. Une envie subite prend le bas-ventre de la fille !Est-ce le bon moment pour elle : elle en doute, car cela fait plus de trois années qu’elle attend ! Elle prend une vieille peluche en main, pour s’en frotter la chatte avec vigueur, le bout de son clitoris en devient violet, le plaisir monte avec difficulté. Les yeux sortent de la tête du jeune garçon qui aperçoit de long fil blanc qui s’écoule sur le sol !
— C’est cela la cyprine chez une femme ? se demande François.
Punaise, mais elle en est pleine cette fille, c’est une rivière, un fleuve ! Ça coule telle une bonbonne de lait qui vient de se renverser sur le sol, vraiment fabuleux ! Mouni m’en a parlé une fois, et je lui ai répondu, c’est impossible ! Imagine-toi dans la même situation, j’en serais heureux, mais en amour avec ma chérie, je dois plutôt te dire que tu viens de passer la ménopause ! Tu es toute sèche par moments, et je suis dans l’obligation de te mettre du gel lubrifiant comme une vieille femme qui vient de passer les cinquante ans, cela pour ne pas te causer des douleurs, sinon tu m’engueules encore pendant la pénétration. Je ne peux même pas te prendre dans ma bouche et ta sucer : rien à bouffer !
Étonné, je la vois se saisir de la casserole du chien pour la poser sur le sol en plein sous sa chatte, assurément pour ne pas tacher la moquette ! Cinq minutes déjà,
et cela continue à descendre dans la casserole, tels des fils de glace congelés qui pendouillent comme un yo-yo, je suis fasciné par ce que je vois, et je filme les images que me renvois le miroir, je détiens depuis longtemps une petite une caméra espion. Oui, j’ai déjà vu ce genre de chose sur internet, mais je pense à des images trafiquées. Bien en face, le reflet me dévoile à présent la superbe touffe de poils noirs de la fille, une beauté autour de la chatte ! sûrement avec un peigne et un ciseau, comme à l’ancienne, elle ne doit pas aimer le rasoir ! Cela ressemble presque une brosse épaisse pour faire briller les chaussures, tellement elle a bien travaillé cela : cette fille est vraiment magnifique, elle sait si prendre pour l’élégance à ce niveau !

Elle appelle le chien qui s’approche avec crainte, elle écarte les lèvres de sa chatte au plus grand avec ses doigts, il sniffe d’abord un moment le sexe de Rose, puis, il se met à lécher vigoureusement à petit coup de langue ! Rose n’est pas satisfaite du résultat, et elle le saisit brutalement par le collier pour lui coller le museau bien au centre de la chatte.

Allez, travaille un peu mieux, lui dit-elle, je ne ressens rien du tout ! Qu’est-ce que tu fabriques ? Pourquoi tu n’appuies pas plus, espèce de fainéant ? Ce n’est pas difficile pourtant, je te donne des leçons tous les jours à ce sujet, débrouille-toi un peu mieux ! Je te préviens : c’est la dernière fois, moi, je te prête ma chatte avec ce qu’il y a à l’intérieur, et toi, tu somnoles tranquillement ! Fait un effort paresseux ! Dépêche-toi bougre d’imbécile, pourquoi ai-je donc acheté un clébard aussi idiot ! Tu désires du plus imposant ? Tu es vraiment un casse-pied, un peu comme les mecs.
— Elle est folle, pense François ! Elle prend la tête du chien et la rapproche de la casserole, et le chien lèche tout le jus de la fille au fond ! Pris par le spectacle, c’est lui qui fantasme : il s’imagine sous la chatte de Rose, et sa queue grimpe direct.
— Tu aimes mon cochon ! Aller, c’est fini pour aujourd’hui ! Je veux
du mieux quand tu me suces ! Si toi, un jour tu me fais jouir je te jure que je t’apprends aussi à me niquer ! Imagine : tu entres doucement ta petite bite dans ma chatte : qu’en penses-tu ? Tu éjacules : et ensuite tu as plein de petits chiens ! Elle éclate de rire.
Rose prend son clito, et elle tente de se masturber comme s’il s’agissait d’un petit pénis ! Elle tire dessus, mais elle ne parvient pas à aller trop loin : cela lui cause de la douleur.

Elle ne sait vraiment pas si prendre, pense le jeune garçon qui a déjà vu cela sur internet, il ouvre de grands yeux quand elle se met à gémir avec force, le plaisir montant enfin, elle ne peut retenir un grand jet de pisse en position debout, jambe à demi-écartée, elle force le jet : direction la casserole du chien ! Elle s’arrête enfin, haletante ! Elle prend des lingettes et s’essuie la chatte qui est devenue rouge vif !
Elle se redresse en soupirant : pas encore d’orgasme ! Complètement nue, elle se baisse, et sans le savoir, elle donne ainsi un énorme reflet de son postérieur et de sa grosse chatte au voyeur. Anus et fruit bien ouvert ! C’est splendide, mieux que sur les vidéos internet ! Le jeune garçon est fasciné par la beauté du corps de Rose, toute sa personne se met à trembler, il est obligé de se tenir à la table et son cœur de jeunes adolescents s’emballe ! Quel cul, avec l’ouverture du vagin avec juste ce qu’il faut comme poils ! La jeune fille se tourne sur le côté pour ouvrir un tiroir, elle se penche en avant pour saisir sa lingerie, bas, slip et soutien-gorge. Sa poitrine est bien ferme, et quand elle s’incline vers l’avant rien ne bouge. Il voit du jus qui coule encore, en grande fibre blanche entre ses jambes, un peu comme des filaments de glace ! Rose se tourne en prenant une chaise, et pour enfiler un bas, elle pose le pied sur le siège dévoilant ainsi tout le bas de son corps de fille, ses lèvres s’ouvrent bien grandes, et le garçon s’approche encore du miroir, c’est rouge et l’intérieur bouge : les parois vaginales travaillent, comment fait-elle cela ? C’est le deuxième bas qui lui échappe, et pour tomber sur le sol, elle émet alors un claquement de langue mécontent, elle plie ses genoux, elle ouvre encore plus grand ses jambes pour le ramasser, présentant au garçon, un autre gros plan de sa plus basse nudité de fille qui suinte encore. Le blanc de la cyprine ressort sur le rouge intérieur et sur ses poils noirs, il distingue nettement le contenu du fruit qui semble en feu, avec la pilosité mouillée comme une éponge, elle a un gros clitoris violacé comme il n’a jamais vu en réelle, c’est incroyable ! Cela fait déjà plusieurs minutes et cette mouille épaisse descend encore.
Tu ouvres ta fleur juste pour moi, n’est-ce pas, pense François,
je vais te prendre n’en doute surtout pas ! Une belle rose avec un bouton au-dessus, non pas un bouton, c’est une fine branche, presque une petite bite pleins de petits poils le long ! Ne bouge plus! Laisse mes yeux savourer, c’est plus beau que dans le jardin d’Éden ! La main dans sa poche trouée, François ne tient plus : il saisit sa bite dure pour commencer une bonne masturbation. Il n’en arrive plus à avaler sa salive, il est dans un mirage, s’imaginant déjà avec cette jeune fille, qui va lui sucer la queue ! Son corps explose dans un feu de désir intérieur, il a un poids sur l’abdomen, une boule se forme dans sa gorge, et il a des difficultés à déglutir. Tellement le plaisir est grand, il ne peux contenir sa semence de mâle qui se déverse avec force à l’intérieur, mouillant sa poche, son sperme coule le long de son slip et descend le long de sa jambe, il parvient à étouffer un râle de plaisir qui sort de sa bouche ! Il en vacille, tenant son mini-appareil espion, il filme, et prend des photos en même temps, au prix où il a payé cette caméra sous la forme d’un porte-clé, 80 euros, il peut se permettre les deux. Heureusement que Rose ne le voit pas, car elle a le visage penché vers l’avant, donc François est invisible, le voyeur peut vendre les photos sur son site pornographique secret, il a déjà vendu des dizaines de clichés de sa chérie Mouni nue dans toutes les positions, et combien de filles encore ? Par dessous la porte des toilettes, quand elles vont pisser par exemple, ou quand elles retirent leur protection collée au fond de leur slip et qu’elles se passent une lingette sur la chatte, ou même par dessous la robe quand elle monte les escaliers ! Vraiment splendide, mais elles l’ignorent toutes.

La professeure de français avec ses mini-slips ou ses strings minuscules en été : celle-là est superbe ! L’enseignante en histoire, qui elle ne porte jamais de slip ! Ses photos on fait un tapage sur son site : il a gagné plus de trois cents euros en deux mois ! Elle ne met qu’une petite lingerie au moment de ses règles, du 18 au 23 de chaque mois, ses menstruations, ne durent toujours que six jours au top, elle fonctionne aux tampons : elle n’apprécie pas les dessous ! La prof de math qui revient souvent des toilettes sans la culotte après le repas de midi : apprécié par tous pour son derrière énorme par rapport au reste de son corps : c’est superbe. Madame durant, la plus vieille enseignante du lycée, grosse et pleine de graisse, cela ne la gêne pas pour mettre un maillot deux pièces à la piscine, une vraie barrique, des vergetures sur un gros ventre qui ressemble à un pneu ! Le plus beau, c’est le cul qui part de droite à gauche quand elle marche, des seins qui descendent plus bas que le nombril, une fille a regardé la taille de son soutien-gorge en piscine, énorme : 115 E ! Margaret a réussi à la prendre en photo en cabine nue, elle est monumentale au moins 130 kilos à la pesée, c’est un camion en mouvement, personne ne peut voir sa chatte, ni même ses poils, c’est impossible, et elle ne met que de minuscule slip, cela volontairement dans les escaliers ! Elle s’est que je suis derrière, mais je crois que cela lui fait plaisir. Un jour, sans sa minuscule culotte, elle a lâché ses documents, et elle s’est baissé pour ramasser, avec moi sur l’arrière et j’ai pris douze photos ! Ce serait magnifique de pouvoir mettre ma main dans son vagin, pour voir si je parviens à l’enfiler ! Je tente de lui poser la question pour un bon fisting ? Peut-être que…

À suivre

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

***

Retrouvez les autres histoires de Maxime :

https://www.meshistoiresporno.com/author/maxime/

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *