Anouche cherche ses orgasmes (1)

12345
Loading...

maxime


godepremière foisrèglestabouteen


ANOUCHE CHERCHE SES ORGASMES (1)

À 15 ans et demi, une jeune fille qui se prénomme Anouche Rose se lève un matin, elle est de mauvaise humeur comme jamais cela ne lui est arrivé , elle a des douleurs pleins le bas-ventre, et en allant dans la salle de bain, elle grogne en regardant son pyjama taché de sang ! Elle ne le comprend pas encore, mais c’est le début d’une longue histoire entre elle et sa sexualité. Elle ne panique pas, mais elle appelle sa mère.

Mes premières règles

Maman ! Il y a du sang sur les draps et sur mon pyj ! C’est quoi, encore ce cirque, j’ai mal les tripes !

Tu as tes règles sûrement ! Ne t’effraie pas pour cela, je t’explique tout le circuit qui se passe dans ton ventre, tu es devenue une femme !

Avec ma mère, ce ne sont pas des sujets tabous et c’est vrai, il y a longtemps que j’en discute avec elle, je suis en retard à ce sujet. Je viens d’avoir mes trucs comme disent les mecs, j’en suis super excitée : je vais pouvoir aller annoncer cela à ma copine, mais je regarde ma chatte, et comme je ne vois plus rien, je doute un peu, plus rien ne descend ! Ma mère me dit que cela va revenir dans la journée : bon ; j’attends de voir. Ma mère est venue dans ma direction pour regarder entre mes cuisses rapidement, et me dire avec lassitude : bon courage Anouche, comme toutes les femmes, tu es partie pour trente-cinq de galère avec un bouchon dans le ventre pendant six ou sept jours ! Je me rends aux toilettes, pour me laver et chercher la culotte à mettre dans ces conditions avant de partir pour l’école, mais quand je rentre le soir, il y a un autre problème qui s’est formé dans la journée. Je rentre à la maison en me frictionnant entre les jambes.

Maman, je fais quoi là ? Ça me pique et cela me brûle par moment !

Comment ? Tu ne t’es pas lavé ? Ou tu as mal mis ta serviette ? tu as enfilé ton tampon trop loin ?

Maman, tu arrête de me raconter des conneries oui ? c’est mon machin qui me pique sans arrêt

Machin ? Me demande alors ma mère ? Quel machin ?

Oui le machin ! Enfin mon truc pour jouir, ne m’énerve pas comme cela !

Fais moi voir cela ! Et elle tombe à genoux devant moi pour mieux regarder. Mon dieu ! Je n’ai jamais fait attention, mais il est comme cela depuis combien de temps ?

Bin ! Il a commencé à pousser comme cela il y a un an environ. Aujourd’hui, depuis que j’ai mes règles ça me picote sans arrêt.

Je vais te donner de la pommade, évite de te grattouiller ! Il ne faut pas avoir peur, regarde j’ai un peu le même ! Ma mère soulève sa robe et baisse son slip, et je me lève sur la pointe des pieds pour regarder de plus près. C’est vrai, j’hérite cela de maman, un clitoris long, vraiment pas comme les autres.

Ça va partir ? Je me vois mal baisser ma culotte pour présenter cela à un mec au moment de me faire dépuceler !

Pas d’inquiétude ! Tata Myriam en a un très gonflé qui ressemble à un véritable petit cornichon.. Alors rassure-toi, et il y a beaucoup d’hommes qui adorent lécher et aspirer ces longs clitoris…Hmm : tu le verras toi-même le moment voulu, et de plus il est gros, il te fera jouir davantage, enfin quand tu auras des relations avec un garçon.

Et quand je me masturbe avec un de tes jouets d’amour ?

De quoi ? Tu en a déjà utilisé un ? Tu es une cochonne !

Ils sont dans ton tiroir et toi, un jour, tu m’as dit que quand j’avais besoin de quelque chose, je peux me servir !

Oui, mais je ne t’ai pas parlé de ce genre de chose ! C’est bon, ce n’est pas grave, tout le monde utilise cela de nos jours, mais tu les désinfectes ensuite ! Ça, une obligation : c’est bien compris ? Et si je vois que cela joue sur tes notes à l’école, je ferme ma chambre !

Au contraire ! Cela va bien, surtout quand je prends avec moi un sex-toy pour la journée pendant un cours trop long, j’ai toujours de bonnes notes depuis un an quand je me serre de tes jouets, des fois, j’achève même mes devoirs avant les autres alors… 

Tu fais attention que personne ne réalise ce que tu fabriques au moins, tu ne soulèves pas ta jupe devant les mecs, demande sa mère qui en avale de travers.

Maman ! Je n’ai recours qu’à un jouet pour la journée, en priorité ta plus grosse boule de geisha que j’insère dans ma chatte avant de partir au lycée, et que je déclenche à l’arrivé !

Je comprends pourquoi les piles sont souvent à plat, et que le lendemain elles fonctionnent de nouveau. J’espère que ta voisine ne demande se pas ce qui se passe au moment de ton orgasme.

Je veux justement te parler de cela : mes moments de grosse jouissance ne durent que trois secondes au plus, et je ne comprends pas pourquoi : toi tu en hurles à ce moment !

Cela va s’amplifier me dit ma mère : tu viens d’avoir tes règles ! Patience, ma chérie, laisse faire la nature, tu es jeune et trop pressée, pense à une grosse bite qui entre…

Oui, je crois que tu as sûrement raison !

C’est une grossière erreur pour nous, ma mère ne comprend pas ce qui est en train de se passer, et pour moi, qui suis encore trop jeune, c’est encore compliqué ! Une année passe, les plus hauts instants merveilleux que je cherche dans le plaisir tardent trop à venir, je n’y parviens pas, certes, je prends du nichon, de la chatte et du cul ! J’en discute de nouveau avec ma mère : tente des masturbations plus forte me dit-elle, d’accord ! Pour cela, tout y passe : les positions et toutes sortes de jouets d’amour, mais rien n’y fait ! Cela stationne toujours à la fin ! Maman, je vais voir un sexologue.

Je galère : suis-je frigide ? Je suis pourtant devenue très jolie, avec un corps de rêve ! De ma mère, j’ai hérité de ses jolis seins en poire, un clitoris de six centimètres, mais a 18 ans, j’ai du mal à atteindre l’orgasme, et personne ne comprend pourquoi ! À peine quelques secondes au moment de la fin du plaisir, ce n’est vraiment pas énorme ! Je suis devenue un peu fontaine et je me protège toujours pour ce que j’appelle des moments oups, il suffit que je pense à un beau mec et la liqueur de mon corps descend tout de suite entre mes jambes, des fois, c’est vraiment ennuyeux, surtout si cela se passe dans la rue ou en classe ! Ma mère, qui est infirmière, me ramène de grosses protections de l’hôpital, elles sont épaisses, mais un peu large, je les coupe en deux pour les coller dans le fond de ma culotte. Ce matin, comme d’habitude, au sortir du lit je suis simplement vêtue d’un petit slip bien collant que j’aime ! Moitié nylon et moitié dentelle, j’en ai quatre, celui-là est blanc et les autres sont de couleur. Fabrication maison, car je suis une bonne couturière et je fabrique mes dessous moi-même, c’est une chose qui n’est pas donnée à tout le monde ! Deux minces bretelles élastiques passent sur mes seins et maintiennent le slip bien tendu, c’est donc en particulier juste pour mes ennuis permanents pendant mes rêves érotiques et mes pensées chaudes ! Au moment où mon robinet se met à goutter et ensuite, à couler !

Une légère nuisette en format rideau par-dessus, cela me suffit. J’ai cousu un gros caoutchouc bien large, roulé en boule dans le slip, c’est en préparation quand je désire entrer un objet dans son vagin, cela pour que le jouet se maintienne bien à l’intérieur, pendant ce temps, j’ai les mains libres pour jouer avec son clito ! Ce matin, j’attends l’amoureux envoyé par ma meilleure amie, il doit me remettre un devoir que sa copine ne parvient pas à résoudre ! Je regarde l’heure, mes règles se sont terminés pendant la nuit, et comme d’habitude à cette période, ma chatte et mon bas-ventre sont en feu, je vais tenter ma première masturbation du matin, qui me fera peut-être monter jusqu’à l’orgasme voulu ? C’est toujours difficile et surtout pas assez long pour moi. Mais que fait-il celui-là ? Il n’est pas encore là ! Je prends le temps d’appeler ma copine Mouni au téléphone pour lui demander des conseils sur de nouvelles façons de se masturber découvert sur internet ! Je raccroche au bout de cinq minutes de discussion : ma chérie, je vais aussi essayer cela, mais tu sais que j’ai des doutes là-dessus.
Je
tente autre chose, la situation est grave, mais pas désespérée ! Je me saisis d’une chaise de jardin en plastique, car ma mère aime prendre sa douche assise, surtout pour se masturber, maman n’aime pas rester debout pour se trifouiller dans la chatte avec le sex-toy, je la coince bien dans la baignoire pour me mettre assise dessus les jambes bien écartées ! Suivant les conseils de mon amie, je prends deux bas nylons pour les maintenir ensemble avec un nœud solide, et je passe cela simplement entre mes jambes au milieu de la chatte, ensuite sur mon dos entre les fesses, et je l’accroche par dessus la barre de maintien du rideau de plastique face à moi, et bien tendu au centre des lèvres, je fais un second nœud face à moi, penché en arrière, je tire dessus, en râpant bien le clito : la barre grince ! Pas de grosse sensation, j’accélère le rythme, mon bouton d’amour rougit et le plaisir commence à monter, mais trop lentement pour moi, c’est difficile et je ne comprends toujours pas pourquoi, cela doit fonctionner ! Avec ma mère, cela se règle en dix minutes à peine, surtout dans une position pareil, je l’entends japper de plaisir jusque dans ma chambre ! Mais, à ce moment, c’est le chéri de son amie qui sonne bruyamment à la porte, cela me coupe toutes mes envies qui démarrent, j’enrage, car tout s’arrête pour moi !
Merde, il me fait chier celui-là, toujours au mauvais moment ! Je crie : entre, j’ai laissé ouvert ! Tu vas dans la cuisine, je termine ma toilette, cela ne te dérange pas ? François entre dans la cuisine, non cela ne le dérange pas, chez lui, dans la salle de bain de sa mère se trouve une caméra grosse comme une pièce, et c’est souvent qu’il regarde sa mère se laver ou se masturber ! Il entend un drôle de bruit venant de la salle de bain, c’est Anouche Rose qui termine sa toilette ça ? Sûrement pas, vu le grincement bizarre qu’il perçoit, en réalité, elle tente encore de terminer le plaisir commencé,  » c’est la chaise de plastique qui racle le fond de sa baignoire » la porte est restée de 20 cm ouverte, il comprend vite ce que fabrique la fille, elle se touche sûrement ! Il tente d’apercevoir ce qui se passe, mais elle tire le rideau devant elle et il ne peut rien discerner ! Elle sort, c’est un grand écart pour enjamber la baignoire, et dans cette gymnastique, il voit juste le haut de ses cuisses quand elle se penche en avant, car elle passe un vieux peignoir sur la nuisette, cette vieille sortie-de-bain reste à demi ouverte sur le haut, il a le temps d’apercevoir aussi le bas de son ventre sur le côté, mais ce n’est vraiment pas assez pour qu’il puisse distinguer le reste, et c’est dommage.

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

  1. maxime le à
    maxime

    Dans la 2 parties Anouche va faire un bond : mais pas seul !

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *