Anouche cherche ses orgasmes 4 partie

12345
Loading...

maxime


initiationpremière fois


ANOUCHE CHERCHE SES ORGASMES (4)

Délicatesse pour moi, tu prends ma quetsche, comme un bon fruit, le noyau est au-dessus, il n’est pas comme les autres, je le reconnais, mais tu va voir, c’est comme un bonbon délicieux, une friandise rare. Tu veux que je l’enduise de gel à la fraise ?
— Non, inutile, j’aime le naturel, je m’occupe bien du tampon, pas de crainte ?

Oui ! Et tu le remets ensuite plusieurs fois dedans avant de la ressortir de nouveau ! Cela en le frottant progressivement sur les parois de mon vagin ! Compris ?
Le garçon s’exécute pris dans ses rêves sexuels ! Rose a perdu un peu de sang, François s’inquiète : ce n’est rien lui dit-elle, c’est le reste de mes règles ! le tampon qu’elle a mis appartient à sa mère, c’est un ultra, la plus grosse des taille, déjà imbibé, il a grossi, il a pris une couleur rosée et déjà tout gluant, avec des petits caillots de sang fixés sur le tour, François le regarde timidement, quelle taille ce tampon ! Il n’a jamais vu cela, à part dans les poubelles de la salle de bain de sa mère ou de l’école des filles, là où il fouille quelques fois pour se masturber dessus, habituellement, ils sont toujours secs, mais là, cela lui met de la salive en bouche et Rose le voit. 

Suce-le mon gamin ! Ne te retiens pas si tu aimes ? C’est bon ?

François s’exécute avec de petits claquements de langue satisfait, puis le nez dans la pilosité sexuelle de la fille, il commence par fouiller cette touffe de poils noirs encore humide, et comme jamais il n’a goûté à cette chatte, il se met à pomper sur les lèvres en les emprisonnant avec la bouche, puis il l’écarte fortement avec ses doigts, et il y enfonce une grande langue gourmande ! Quelques secondes plus tard, elle mouille de nouveau, légèrement cette fois, un liquide blanchâtre et presque transparent qui descend, comme un gel en tube, il commence bientôt à s’épaissir, et se solidifier. Un véritable élixir de chatte, un nectar gluant, exquis, vraiment délicieux !
— Cela te plaît ? Alors, vas-y de cette façon, sur la chatte et de bas en haut ! appuie bien avec ta langue, je veux la sentir, tu râpes bien mon clito ! Tu en auras encore plus ainsi et je veux jouir !

Pas de cette manière-là ! Tu fais une erreur, et c’est pour cela que tes orgasmes ne sont pas assez fort pour toi ! La bonne façon, moi, je vais te la donner ! Ne t’inquiète surtout pas, je vais te prouver que je n’ai pas tort, il faut connaître son corps !
Je suis un peu inquiète, et mon cœur bat, imaginons que ce petit con détienne la bonne explication ? dix secondes plus tard cela se remet à couler, comme des stalactites de glaces, et en continu ! François avale tout comme un glouton !

Pour moi, voilà un bon moment, cette cyprine nouvelle, un peu acide, elle descend bien chaude et lentement dans ma gorge, telle un sirop, légèrement brûlant dans mon gosier, et cela me chauffe l’estomac ! Délicieux ! Cette fille est comme une fontaine à potage de femme, je fantasme, je pense à en mettre en réserve dans une bouteille pour le soir, tellement j’adore ! Rose commence à roucouler de plus en plus fort ! Elle entreprend une jouissance qui lui semble inconnue : peut-être parce que je suis un garçon ? Sa vessie chauffe, et je la sens grossir, elle se contracte, sans parvenir à retenir les petites gouttes d’urine que je regarde descendre doucement, elles se mélangent pour former un nouveau breuvage chaud ! Un vrai philtre d’amour pour faire grimper les envies et ma bite. Étonnant pour elle cette ivresse qui monte vite, un plaisir inconnu qui grimpe doucement ! Elle me caresse les cheveux ! Oui pour Rose, c’est une découverte inhabituelle.
— Allez, allonge-toi sur le lit à présent, un grand moment va arriver pour toi !
Elle s’installe, et je lui ouvre la chatte à fond avec mes doigts ! Une satisfaction de regarder le moteur interne de la fille qui bouge tout seul, comme dans un accouchement ! J’examine le fond du vagin rouge que la cyprine blanche recouvre par vague : étonnant !
Ma main si glisse doucement, et mes doigts y pénètrent jusqu’au bout ! Mon pouce écrase le bout du clito : elle pousse un cri! Ça bloque, et je change de position pour ma caler bien dedans, je ferme mon poing pour tourner, je monte et je descends ! Allez, n’est pas peur Rose, tu es bien mouillée, cela ne fera pas mal ! Rotation, accompagnée de fortes secousses pour la faire jouir : elle couine, ça vient bon ! J’agite bien et quand je touche le fond, j’appuie sur la vessie pour la voir pisser : j’aime cela ! J’admire mon travail, c’est bien parti : elle pousse de petits cris rauques, j’agite ma main dans sa chatte qui balance des mots sans suite prise par se plaisir nouveau, je remue avec force et elle se soulève, elle part en petits bonds sur le lit, je tire vers le haut ! Le ventre de Rose suit le rythme par petits bonds vers le plafond ! Je la malmène, la ballotte vraiment en tous sens et la voilà qui crie comme une marmotte : douleur ou plaisir ? J’ouvre ma main et je la referme en continu, je gratte les parois provoquant chez Rose un déluge d’urine et de cyprine qui semble se détacher des parois !
J’appuie  sur le fond encore plus fort, mais du sang perle, je prend une serviette.
— Ce n’est pas grave, encore un restant de mes règles lui dit-elle ! Attention, tu me donnes encore envie de pisser de cette façon, bouche l’ouverture avec ma nuisette !
Je le fait ! Cette fois, c’est une véritable éjaculation, pas de pipi ! elle m’arrose un petit coup, et puis, ce qu’elle désire arrive enfin ! Elle a un orgasme, le premier, elle le ressent semi-douloureux, et un vrai vagissement de bête sort de sa bouche tellement cela doit être bon pour elle ! Un deuxième orgasme plus réel suit le premier et elle s’accroche aux les draps ! Elle est fontaine et elle ne peut se retenir, j’entends un drôle de bruit qui provient de l’intérieur de sa chatte, comme un souffle : ffffffffff ! Elle retire la main vers l’extérieur pour déboucher sa chatte au moment où elle explose pour la deuxième fois : ffffffffff ! Accompagnant ce courant d’air, une pluie de gouttelettes me touche : de la cyprine mélangée à de l’urine m’arrose, ébahi et pris par le plaisir, je m’en barbouille la bite, les couilles et le corps ! À genoux sur Rose, le sexe fièrement dressé vers le ciel, je la regarde les mains sur les hanches.

Tu doutes encore de mes connaissances sexuelles ?

Elle se jette férocement sur moi pour me prendre dans sa bouche, une minute, et j’éjacule avec force dans la bouche de Rose qui en avale une bonne partie. Le reste s’étale sur ses nichons, et la jolie frimousse de Rose qui semble pleurer… du sperme !

Depuis le temps que j’attends cela avec Mouni ! Maintenant, laisse-moi faire, lui dit François, je vais te donner les explications, ce que tu viens de ressentir n’est qu’un début, je sais m’y prendre et je te l’ai promis ! Tu as du gel lubrifiant, et de petites pinces à linge comme Mouni ?

Oui, je possède cela! Mais pas de torture, lui dit Rose inquiète, les pinces sont faites pour tenir, et tirer les lèvres.

Laisse-moi faire ! Prépare-toi au grand plaisir !

J’enduis le gros clitoris de la fille en tirant doucement sur la peau qui fait capuchon, millimètre par millimètre, je tire, en arrière pour que le gel pénètre en dessous !

J’ai mal ! Arrête c’est douloureux !

Patience et accroche-toi ! Je vais doucement !

Je continue le travail en professionnel, et je parviens à dégager le clito jusqu’au centre ! Le morceau de chair caché jaillit avec un petit « floc » à peine perceptible ! Un bourgeon long et rose apparaît, mais elle crie de douleur, la couleur change et tourne au violet clair ! Je m’immobilise un instant pour qu’elle puisse supporter !

Arrête ! C’est trop dur ! Je ne supporte plus cela !

Un grand plaisir va arriver ! Ne cède pas !

La peau se maintient ainsi en bas, toute fripée, je l’empêche de remonter en la maintenant avec deux petites pinces à linge, ainsi je peux tranquillement m’occuper du reste avec mes mains ! Le clitoris reste à l’air pour la première fois, il est très sensible, je l’enduis de lubrifiant avec délicatesse, je passe dessus avec un pinceau de maquillage léger en poil de nylon, la douleur se calme enfin, et j’entends à présent des gémissement de plaisir ! Je commence à la masturber lentement, à la façon d’un pénis en le prenant en douceur, juste entre le bout de mes deux doigts en pince: j’accélère doucement et je l’arrose de gel pour ne pas rater mon coup ! Rose pleure à demi sous le plaisir, du jamais ressenti jusque là ! Délicieux !

C’est la fin, la voilà qui laisse échapper de puissants euuu, euuu, euuu de bonheur en continu ! Une grande jouissance monte dans son ventre, une chose jamais ressentie, comme une femme enceinte son ventre gonfle ! Son vagin se durcit soudain.

Je me mets assis sur son ventre qui gonfle comme un ballon de gym, tu vas jouir ma belle, je le sens, tu vois, je tiens parole, le clito redevient rouge ! Cette fois l’expulsion est plus longue : ffffffffffffff tel un souffle de vent qui sort de la chatte de Rose ! Le véritable et long orgasme tant attendu ! Elle ne peut tenir le bas de son corps qui fait un bon de quarante centimètres en direction du plafond en criant de plaisir ! Un instant merveilleux pour elle ! Une exaltation délicieuse lui prend tout le bas de la chatte et une pluie d’étoiles descend devant ses yeux : elle ne voit plus rien ! Elle halète, et finit par se calmer au bout de deux minutes. Elle est toute chaude et mouillée par la transpiration !

Comment tu as fait demande-t-elle à François ?

Même si je ne suis pas un pro, je me souviens d’une vidéo sur internet : la fille avait le même problème que toi, il faut simplement dégager le grand capuchon qui recouvre ton clito à chaque fois : car tu as des milliers de terminaisons nerveuses tout le long ! C’est cela qui te bloque tout, tout cela est trop bien enveloppé, il faut mettre tout ceci à l’air à chaque fois, car tu es plus clitoridienne que vaginale !

Tu es certain que cela va revenir, au moins ? demande-t-elle perplexe.

Je t’explique : pour chaque masturbation, mais surtout pour la nuit, fais comme je viens de le faire, tu dégages lentement la peau qui recouvre le clito, tu tentes de gagner un ou deux millimètres à chaque fois, tu bloques ensuite cette protection à la base avec une pince pour l’empêcher de remonter, et tu restes ainsi toute la nuit pour bien la détendre ! Trop sensible ? Tu la recouvres avec une lingette humide que tu colles sur les côtés ! Dans quelque temps, tu pourras monter et remonter la peau de haut en bas comme sur mon pénis, cela selon tes envies, avec un orgasme à chaque fois !

Ces instants de jouissance m’ont épuisé, et je me retourne pour dormir. Je peux te faire une sodomie me demande François ? Je ne peux pas lui refuser !

Oui, si tu veux, mais bien doucement ! Mon anus est serré !

Tu peux me faire confiance !

Rose reste confiante après cette partie d’amour réussi, il la retourne sur le ventre, et la pause à genoux pour lui ensuite écarter les cuisses, il lui ouvre les fesses et enduit le trou du cul de sa partenaire avec une flopée de gels qu’il enfonce avec son doigt, puis il en recouvre avec soin tout son pénis ! Il entre lentement dans l’intestin de Rose qui se met à geindre, François l’écoute : elle a l’air d’apprécier ! hummm ! Sa bite entre doucement en va-et-vient dans le ventre de Rose et il en ressort une dizaine de fois de suite. Il éjacule avec force dans le ventre de la fille : c’est chaud ! Elle bascule sur le côté cherchant maintenant un sommeil réparateur ! Un sourire aux lèvres, François aperçoit alors sa semence blanche qui s’échappe lentement du cul de Rose, presque au goutte-à-goutte, alors pourquoi pas une dernière petite gâterie gratuite ? il glisse ses doigts dans le trou si agréablement offert pour commencer un doigté profond. Il pénètre le vagin de Rose d’un coup sec, ainsi branché, il s’endort aussi.
Deux heures plus tard, elle part à la douche, tandis que François ouvre les yeux, elle contemple son bienfaiteur qui a le pénis bien dressé dans sa direction. Elle lui caresse tendrement les cheveux en le masturbant une fois de plus en signe de remerciements, mais avec tous les plaisirs déjà pris, le malheureux ne réussit qu’à éjaculer péniblement deux petites gouttes au bout de dix minutes ! Son clitoris est toujours recouvert par une lingette humide, une bande de papier collant maintient le tout, avec une deuxième pince de bois pour fixer l’ensemble, Rose remet son slip à bretelles pour se coucher. Le clito rendu par le travail de François frotte à présent contre le fond de la culotte de la fille, et elle marche avec une démarche de canard.
— C’est merveilleux pour moi ! Tu as trouvé le problème : trois années de perte de temps, je suis une idiote ! Mets-moi de la crème sur la chatte, ça me chauffe un peu !
François le fait tendrement ! Cette fille est une merveille à côté de Mouni ! Tu es d’accord pour que je revienne après-demain ? je n’ai pas cours l’après-midi ! Tu n’es pas trop riche, tu veux quelques petits cadeaux : slip ou soutien-gorge ? Des produits pour ta chatte ou un jouet d’amour ? Tant pis pour mes sorties se dit-il.
— Pour moi demande Rose, mais que va dire Mouni ? C’est ta chérie ?
— Je dois me séparer d’elle, car elle continue trop à tout me refuser, deux fellations en trois ans, ce n’est pas assez pour moi qui suis plus chaud que cela ! Donne-moi le catalogue du magasin de lingerie d’en face tu veux bien ? Je vais te payer du beau !
Il fond le choix ensemble : quatre slips à froufrou et deux ensembles culotte soutien-gorge noir brodé rouge ! Des crèmes spéciales intime, de l’huile pour pénétration, quant au jouet d’amour, un copain de plus de 18 ans va gentiment lui fournir cela!

Je ne sais que te dire pour te dire merci !

Rose ! Filme moi ta mère en train de faire l’amour avec son amoureux, et laisse moi un jour lui demander si elle voudrais le faire avec moi ! Je voudrais cela !

D’accord ! Elle aime les jeunes, je te jure que tu l’auras. Les photos de maman, tu auras celle que tu préfères !

Brancher par le ventre l’un à l’autre, les deux tourtereaux n’en finissent plus de se lécher, et de se découvrir le corps. Une nouvelle vie commence pour eux : Rose doute, et un peut pressée : le soir, elle tente de nouveau une masturbation spéciale : elle est joyeuse, car tout fonctionne parfaitement ! Il a réussi !

FIN

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

***

Retrouvez les autres histoires de Maxime :

https://www.meshistoiresporno.com/author/maxime/

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *