Ashley – 10 The Slave Paradise.

12345
Loading...

mia michael


BDSMSMsoubrette


Dès que la fille a entendu le nom de Monsieur Sam, elle s’est aussitôt excusée. Je la prends par la taille et je dis aux touristes :
— Vous avez deux Marilyn pour le prix d’une.
Là on est mitraillées, surtout quand je lui dis :
— On s’embrasse ?
Nos lèvres se touchent. Les touristes raffolent, on fait des selfies. On a plein de petits billets dans les mains comme à « House of Pussies ». Je donne tout à la fille en disant :
— Regarde ce que tu dois faire.
Je tourne sur moi-même, et ma jupe s’envole. Les flashs crépitent… peut-être parce que je n’ai pas de culotte….

J’entends une grosse voix d’homme :
— Qu’est-ce qu’il se passe ici ??
C’est un agent. Summer lui répond :
— C’est une starlette de Monsieur Sam…
Là, il change de ton lui aussi, dingue. Il me dit :
— Quand tu fais voler ta jupe mets quand même une culotte.
— Oui Monsieur l’agent.
Chouette ambiance, non ? La fille est ravie de la recette qu’on a faite. Elle me dit :
— Merci beaucoup. Si tu as besoin d’une doublure pense à moi.
Je lui donne mon n° de Gsm et je pars avec Summer qui m’a fermement prise par le bras. On fend la foule des touristes qui me photographient encore. Elle me dit :
— Tu es douée pour te faire remarquer toi.
Eh oui ! C’est comme ça quand on est une future star. On reprend sa voiture. Je lui demande :
— C’est loin ?
— A côté de Malibu.

— Tout ça appartient à Sam ?
— Oui. Monsieur Sam et ses associés ont acheté un grand terrain dans le parc de Topanga et plus exactement dans le lagon. Il voit les choses en grand. Il y a déjà un bar et un restaurant et on construit un genre de parc d’attractions… Et il y a déjà des bureaux, les logements des esclaves, les pistes d’entraînement…
— et… euh… si les esclaves n’obéissent pas….
— Dis tu es un peu obsédée, non ?
Je lui explique :
— Il n’y a pas longtemps, j’ai vu une femme qui fouettait une esclave devant une grosse ferme… et, depuis, j’y repense souvent.
— Tu pourras en fouetter une si tu veux
— Moi ?
— Ben oui, toi…
— Je préfère assister
— Comme tu veux.
Je ne sais pas pourquoi, mais, c’est surtout voir une file fouettée qui me plairait et bien sûr, s’il y a une raison. On prend la route qui longe les plages vers le nord. On arrive à Malibu… Je lui dis :
— Oh ! La mer ! C’est la première fois que je la vois en vrai. On peut aller à la plage ?
— Il y a la mer et une plage aussi où on va… On ira se baigner.
Et puis tout à coup, je me dis que tout se passe trop bien. Une fois sur place, qu’est-ce qui l’empêchera de me vendre comme esclave ? Elle m’a dit qu’elle était un genre de mercenaire travaillant pour Monsieur Sam, mais si son boulot c’était justement de trouver des filles et de les amener… Elle me dit :
— On est là dans 5 minutes.
Je ne réponds rien. Elle me jette un coup d’oeil, en disant :
— Qu’est-ce que tu as ?
— Dites, vous n’allez pas me laisser là ?
Elle rit et répond :
— T’es une vraie paniqueuse. Si je voulais te vendre, tu ne serais pas assise à côté de moi, mais ligotée et bâillonnée dans le coffre…
Je ne dis toujours rien, alors elle ajoute :
— Quoique tu me donnes une idée, là ! Je suis sûre que je pourrai te vendre un bon prix. Allez, c’est dit, je te vends !
Je pousse un bête petit gémissement de trouille et elle dit :
— Je ne vais pas te vendre mais je te ferai fouetter, puisque tu aimes ça….
— NON ! J’aime juste voir et pardon d’avoir un peu la trouille, mais tout est tellement nouveau pour moi. Vous n’êtes pas fâchée… s’il vous plait…
Elle rit, mais ne répond rien. On arrive devant une entrée monumentale : deux esclaves enchaînées et vêtues de haillons se font face des deux côtés de l’entrée. Entre elles, il y a l’entrée d’un parking souterrain. J’ai envie de faire pipi de trouille. Je me raisonne, Summer a l’air gentille… En fait, non, elle n’a pas l’air gentille. Elle se gare et je mets ma main sur sa cuisse en disant à nouveau :
— Vous n’êtes pas fâchée ?
Elle sort de la voiture. Un homme vient vers nous en disant :
— Summer, ma belle, comment ça va ?
Elle l’embrasse et répond :
— J’amène une esclave, combien tu me l’achètes ?
— Faut voir la marchandise.
Je suis sûre qu’elle lui a fait un clin d’oeil ! Si, si… Elle me dit :
— Viens te montrer petite esclave.
Je sors de voiture, l’homme me prend par le poignet et lève mon bras puis il me fait tourner sur moi-même. Il fait une grimace et dit :
— Pas bien grasse. Je te l’échange contre un pack de bière.
— OK, vendue. Au revoir Ashley.
Il lâche mon poignet et il met une main sur mes fesses et l’autre sur mes seins. Je lui dis très vite :
— Je vais faire du cinéma pour Monsieur Sam.
Summer lève les yeux au ciel et dit :
— C’est vrai, ça ! Et dire que j’ai failli te vendre.
Ils rient tous les deux. Qu’est-ce qu’ils sont bêtes ! Oui, moi aussi ! L’homme lui dit :
— On a reçu des belles filles…
— On va aller les voir.
— A tout à l’hure, Jo
— A tout à l’heure les filles.
Puis il ajoute en me regardant :
— A tout à l’heure… sauf si elle te vend.
Ils s’amusent ! N’empêche j’ai paniqué et je suis toujours un peu mal à l’aise. Le parking est immense, mais il n’y a qu’une vingtaine de voitures et de camionnettes. Je vois une flèche indiquant – 1, il y a donc des parkings en dessous de celui-ci. On prend un ascenseur et on se retrouve dans une grande pièce entourée de vitres. Le soleil me rassure. Plusieurs personnes viennent embrasser Summer et moi par la même occasion. Heureusement, elle ne me charrie plus. Il y a des ouvriers qui travaillent un peu partout mais manifestement, ce sera bientôt terminé. Je lui demande :
— On va bientôt accueillir les gens ?
— Dans quelques jours, je pense. On va voir les esclaves et puis je te montrerai la plage.
— Merci…
— Tu n’as plus peur ?
— Plus trop…
Elle rit… Je l’amuse, donc elle ne me laissera pas ici… On passe devant diverses attractions, un peu comme dans une foire… Derrière une rangée d’arbres, il y a un entrepôt qui n’est que fonctionnel. Summer prend son téléphone et appelle quelqu’un. Elle dit :
— C’est Summer Hunter.
Amusant, parce que Hunter veut dire chasseur et elle m’a dit qu’elle était une sorte de mercenaire et de chasseur de primes. Un homme vient ouvrir et ils s’embrassent. Il lui dit :
— C’est gentil de nous rendre visite. Tu nous apportes un cadeau ?
Il me regarde en disant ça. Comme une gamine, je prends la main de Summer. Elle rit et dit à l’homme :
— Elle s’est mis dans le tête que je venais la vendre. C’est la nouvelle pouliche de Monsieur Sam.
L’homme est un grand blond, il me regarde et dit :
— Tu es une bien jolie pouliche
Avec un petit chat dans la gorge, je réponds :
— Merci M’sieur.
Il dit à Summer :
— Tu connais les lieux, fais comme chez toi.
On est dans un petit bureau. Il pousse sur un bouton, un panneau coulisse et on se retrouve sous le hangar. Il y a une musique assez rythmée. Le long des murs, il y a des filles nues dans des dizaines de cages. Les grandes cages contiennent une dizaine de filles, collées les unes aux autres. Il y a aussi des filles seules dans des toutes petites cages.

Une dizaine d’esclaves se trouvent sur un rang au milieu d’une piste. Devant elles, il y a une jeune fille et un homme avec un stetson, ils ont tous les deux un fouet en main. Les esclaves sont une dizaine, nues, à part un collier de fer. Je pense qu’elles répètent un numéro de « Pompom girls ». Les filles sont jolies, bien faites et de toutes les couleurs depuis une rousse à la peau très blanche jusqu’à une Noire couleur ébène en passant par des Hispaniques, des Métisses et des Asiatique. Un très bel échantillonnage des articles qu’on peut acheter dans la maison. Elles dansent en marquant la cadence avec le pied, ce qui fait trembler leurs seins et leurs fesses… Quand elles sont de dos, je vois les marques rouges des fouets sur leurs fesses, leurs cuisses et leurs mollets… Ouch ! Mes jambes deviennent molles et mon bas-ventre, humide. A la fin du numéro, un garde crie :
— Numéros 1 et 7, vous n’étiez pas en rythme. Aux pieds !
Les filles viennent se mettre devant lui en grimaçant un peu. Summer s’avance vers le garde en disant :
— Salut Ted, mon beau Texan
— Oh salut Summer.
Ils s’embrassent sur la bouche, puis il m’embrasse et il lui dit :
— Tu promènes ta petite soeur ?
Elle secoue ma main qui serre toujours la sienne en disant :
— C’est la nouvelle pouliche de Monsieur Sam et elle fantasme sur les esclaves et le fouet.
Le Texan me dit :
— Ces deux-là doivent être punies, tu veux le faire ?
C’est Summer qui répond :
— Bonne idée. Vas-y Ashley.
— … euh… c’est que…
— Tu préfères que Ted te fouette ?
— NON!!! Je veux bien, mais je ne sais pas comment faire.

 

A suivre.

 

Les tomes 1, 2, 3, 4 et 5 de « Mia sans dessous » et « Samia, fille du voyage » 1 e 2 sont ici :

https://www.lamusardine.com/recherche?s=mia+michael&controller=search

 

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

 

Retrouvez en cliquant sur ce lien les autres histoires de Mia Michael

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *