Ashley – 11 Nager dans le Pacifique.

12345
Loading...

mia michael


BDSMhumiliationsoumission et domination


Fouetter les filles, je le fais uniquement parce que Summer insiste et que les filles n’étaient pas en rythme. Le Texan me dit :

— Je vais te montrer.
Il me donne le fouet, puis vient se coller à mon dos, comme on le fait pour apprendre à quelqu’un à jouer au golf. Il me dit :
— Je comprends que tu plaises à Monsieur Sam, tu as un super cul !
Je tourne la tête pour le regarder dans les yeux, en disant :
— On dirait que vous avez un grand couteau dans la poche de votre pantalon, M’sieur !
Il rit puis répond :
— On parlera de ça plus tard. Maintenant, le fouet. Tu peux frapper fort, les lanières font mal, mais ne blessent pas.
Il me montre le mouvement. Oh ! Le fouet siffle dans l’air tandis que je frotte mon super cul sur… son couteau. On répète quelquefois le mouvement, jusqu’à ce qu’il me dise :
— OK, c’est bien. Les filles, en position.
Aussitôt, elles nous tournent le dos et se penchent en avant, les avant-bras posés sur les cuisses. Quelles belles cibles ! L’une blanche, l’autre bronzée…

 

 

 

Ted me dit :
— Donne à chacune deux coups sur les fesses, deux sur les cuisses et un sur les mollets.
Je lève le fouet et les lanières viennent claquer sur la cible blanche. La fille a un petit sursaut. Ted n’est pas satisfait :
— C’est beaucoup trop mou, celui-là ne compte pas.
Il se tourne vers Summer pour lui demander :
— Dis, je peux fouetter ta petite sœur pour qu’elle comprenne ?
— Bonne idée.
Aussitôt, je lève le fouet et je frappe. Les lanières sifflent et viennent claquer sur les fesses. Cette fois-ci, la fille pousse un cri. Je recommence sur ses fesses,  puis sur ses cuisses et ses mollets. La fille crie chaque fois, il a l’air de faire vraiment mal, ce fouet, même s’il ne blesse pas. Je plains les filles, mais vous voyez, je suis obligée de le faire. Les fesses de la fille s’ornent de jolies marques rouges, c’est comme si j’avais… signé son cul. Ensuite je passe à la Métisse. Le fouet claque aussi fort sur ses belles fesses et elle crie, surtout pour le dernier coup sur les mollets. Quelles douillettes, ces filles ! À la fin, je suis en sueur et… mouillée. Ça doit être d’avoir senti le sexe du Texan contre mes fesses et un peu aussi d’avoir été obligée de fouetter les filles. Je rends le fouet au Texan en le remerciant et je lui fais mon regard : « Toi, quand tu veux, où tu veux ».
Summer lui dit :
— Merci Ted,
— Avec plaisir. Vous venez à Venice ce soir ?
— Oui, on viendra manger.
On quitte le hangar. Summer salue et embrasse tous les gens qu’on croise. Dehors, elle me dit :
— Je suis sûre que tu es toute mouillée, d’avoir fouetté ces filles.
Je deviens carrément rouge ! Pratique quand on s’apprête à mentir ! Alors, je dis la vérité :
— Oui, c’est vrai… mais ça me culpabilise, aussi.
— Enfin, la vérité ! Bon… Il faisait pétant de chaud dans ce hangar, j’ai sué comme une truie. On va se baigner.
Oui, elle a le rude langage des chasseurs de primes, Summer. Je lui demande :
— Dans une piscine ?
— Non, dans la mer. Tu pourras faire un vœu, quand tu pisseras dedans pour la première fois.
— Pourquoi je ferais ça ?
— C’est l’eau froide, toutes les filles pissent dans la mer et les piscines. Les mecs, j’sais pas.
On prend un petit sentier… Nous croisons des gens que Summer connaît. Ils s’embrassent, puis embrassent sa petite sœur pendue à son bras. Il y a des ouvriers qui travaillent un peu partout. Ils nous sifflent au passage, on leur fait bonjour… Cool ambiance, un peu colonie de vacances. On arrive sur la plage qui est en contrebas 2 ou 3 mètres plus bas.
D’un côté de la plage, il y a un restaurant avec une terrasse qui surplombe la mer et de l’autre, un grand hôtel avec une piscine… Devant nous, une grande plage de sable et la mer… c’est grand, non c’est immense! Il n’y a qu’une famille d’un côté et un groupe de jeunes de l’autre. C’est la première fois que je me retrouve sur une plage et que je me baigne. La mer me fait peur à cause des requins ! Summer me dit :
— La dernière dans l’eau sera vendue !
Elle enlève son jean et son tee-shirt, puis court pour plonger dans l’eau. Comme ça, d’un coup ! Bon, vendue, elle me charrie, j’en suis sûre. J’enlève ma robe et je cours aussi vers la mer. Je trempe mon pied dans l’eau. Oh, c’est froid ! À ce moment-là, un gros balaise, qui était plus loin avec sa famille, arrive en criant :
— Non mais, ça va pas la tête de vous mettre à poil !
— Mais euh… je suis avec Summer… Summer Hunter.
Comme sur son parking, la tête du balaise change et il bredouille :
— Pardon Mademoiselle, je n’avais pas reconnu Mademoiselle Summer de loin… Soyez gentille, ne lui répétez pas ce que je vous ai dit. C’est ma femme qui m’a obligé… Moi, je vous trouve très, très jolie…
— Ça va, je ne lui dirai rien.
— Merci Mademoiselle.
Il repart vers sa famille. Le nom de Summer et celui de Sam, c’est magique.
Je remets mes pieds dans l’eau. Ouch ! C’est toujours aussi froid… Summer nage vers moi et elle me demande :
— Qu’est-ce qu’il te voulait ?
— Me prévenir qu’il y a des méduses.
— Évidemment ! Quel con… Viens nager !
Elle me prend par la main et me tire dans l’eau, je crie :
— Summer, non… je…
— Tu as peur de l’eau ?
— Je ne sais pas nager.
Ben oui, il n’y a pas la mer à Notasulga et la piscine de la famille, je ne pouvais pas l’utiliser. Elle me dit :
— Faudra que tu apprennes. Si tu fais des films, il y en aura sûrement où tu devras nager… D’ailleurs, je vais t’apprendre.
Elle se colle à moi et me fait basculer vers l’arrière en me maintenant contre elle. Je crie, je supplie, elle s’en fout. Arrivées au large, enfin, un peu au large, elle me dit :
— Maintenant, nage vers la plage et tu sauveras ta vie.
— Je t’en prie, Summer !
— NAGE !
Quand elle me lâche, je barbote comme un chien et… ça me permet de flotter. Elle nage à côté de moi pour me montrer les mouvements de la brasse, en disant :
— Fais comme ça avec tes bras…
Je nage… hoourraaah ! Oups ! J’ai avalé un peu d’eau, c’est salé ! Je continue à nager jusqu’à ce que j’aie pied. J’ai eu vraiment peur, mais voilà, ça y est, je sais nager. Je lui dis :
— Merci, mais, tu sais, j’ai eu vraiment peur.
— Non ?? J’avais pas remarqué ! En plus, tu m’as tutoyée.
— … Oui, je peux ?
Elle hausse les épaules, comme si ça allait de soi que je la tutoie. On va s’asseoir sur le sable sec, un plus haut sur la plage. Elle se couche. Je regarde son corps… Du doigt, je suis le tracé d’un tatouage, puis de ses cicatrices… Le gros balaise vient vers nous et il me fait un clin d’œil avant de dire :
— Bonjour Mademoiselle Summer, vous voulez des bières fraîches ?
Elle s’assied et répond :
— Volontiers.
Il décapsule deux bouteilles. On le remercie. Je bois, ça fait du bien. Il explique à Summer :
— J’ai fini d’installer les caméras à l’hôtel, alors ma famille est venue me rejoindre sur la plage.
— T’as bien fait.
— Merci Mademoiselle Summer.
— Merci pour les bières.
Il s’en va. Summer me dit :
— Mets-toi sur le ventre.
Mais pourquoi ? Bon, je le fais, elle se couche et pose sa joue sur mes fesses en disant :
— Super coussin…
Oui mais, c’est intime, sa joue sur mes fesses. En plus, tout à l’heure, on m’a pratiquement obligée à fouetter des filles et puis à me balader à poil en public… Pas étonnant que ma chatte devienne aussi mouillée que… le Pacifique. Je me tortille un peu, ce qui me vaut un :
— Arrête de bouger !
J’envoie le message « un peu de patience » à ma chatte. Heureusement, Summer n’est pas le genre à rester longtemps sans bouger, puisqu’elle me dit :
— Viens, on court un peu et ce sera l’heure de partir.
Bon… on démarre sur la bande de sable dur et mouillé, laissé par la mer qui se retire. Bien sûr, elle court plus vite que moi, ce qui me permet d’admirer ses fesses remuant au rythme de ses enjambées. Une dizaine de minutes plus tard, je suis de nouveau en sueur, elle aussi.

 

 

 

Elle me dit :
— On se trempe et on rentre…
Summer entre dans l’eau et, comme j’hésite, elle m’éclabousse abondamment. Après avoir crié, je me lance. C’est frais, ça fait du bien… et puis, ça calme ma chatte qui bouillait entre mes cuisses. Summer me dit :
— Allons-y…. Il vaut mieux s’habiller devant le parking, comme ça, on sera déjà sèches.
Cette idée ravit ma chatte. On repart de la plage aussi nues que le jour de notre naissance. Les ouvriers qu’on croise ou qui travaillent sont encore plus contents qu’avant : ils nous sifflent, nous complimentent… Summer me prend par la taille et on marche en roulant des hanches et en riant. On se rhabille dans la grande pièce d’accès. Summer m’asticote de nouveau :
— Tu sais, j’hésite encore entre te vendre et t’emmener.
Je ne le crois presque plus… On descend en ascenseur pour prendre la voiture. Je lui dis :
— Merci beaucoup pour tout, Mademoiselle… euh… Summer.
— Avec plaisir, petite.
On prend la route du bord de mer en passant par Santa Monica. Dix minutes plus tard, on est à Venice. C’est un peu comme je l’imaginais : la plage, les belles filles et les hommes baraqués en maillot qui se baladent ou font du roller… Summer se gare dans une petite rue. On ne va pas au bord de mer, mais vers un petit bar restaurant qui s’appelle « Sol Poniente ». Elle me dit :
— C’est là qu’on se retrouve.
— Ça veut dire quoi, Sol Poniente ?
— Soleil couchant.11
— C’est joli…

A suivre.

Les tomes 1, 2, 3, 4 et 5 de « Mia sans dessous » sont ici :
https://www.lamusardine.com/recherche?s=mia+michael&controller=search

Les planches originales des dessins des 5 « Mia sans dessous » et de « Samia, fille du voyage », signées par Bruce Morgan et en format A 4, sont en vente ici brucemorgan@hotmail.fr
Tous les dessins de Bruce Morgan sont ici : www.leslivresdemia.blogspot.be

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

 

Retrouvez en cliquant sur ce lien les autres histoires de Mia Michael

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *