Ashley – 14 Roméo et Juliette

12345
Loading...

mia michael


BDSMfétichismesoumission et domination


La sœur me dit :
— Très belle impro, Ashley, même si elle manque un peu de tenue. Tu as le sens de la répartie.
Puis, à ma partenaire :
— Toi, tu ne nous déçois jamais, Joan. Quand il y a moyen de déraper, tu y vas à fond. Cela nous a quand même permis de voir que la nouvelle à un vrai potentiel. Je vous vois très bien en Roméo et Juliette.
Yes ! Elle sera mon Roméo.
— Bon, à qui le tour ?
Deux autres filles montent sur scène. Je suis ravie des compliments de la sœur. Je regarde les filles jouer sur la scène. Quand elles ont fini, la sœur discute de leur jeu.
En fin de matinée, j’ai regardé des filles jouer des scènes et faire de l’impro. C’est l’heure d’aller manger, je vais vite près de mon Roméo et je lui dis :
— On pourrait parler du rôle ? Je peux manger avec toi ?
Elle me regarde, amusée. Je suis toujours attirée par des garces, moi ! J’ajoute :
— Et puis, j’ai l’impression que les filles me… m’ignorent… Allez, steuplééé…
Là, je me suis assez déculottée, c’est une image en rapport avec notre scène. Elle me dit :
— D’accord. Mais les filles ne sont pas faciles, tu vas devoir faire profil bas.
— Je le ferai.
On fait la file devant le comptoir du self-service. Comme à mon habitude, je me colle à elle. Quand on est servies, on va à sa table. Il y a déjà cinq filles. L’une d’elles lui dit :
— Tu amènes ta Juliette ?
— Elle a besoin de soutien, cette petite.
Une jolie brune me demande :
— Tu lèches bien ?
Est-ce que j’ai bien compris ? Elles me regardent toutes, alors je réponds :
— Si c’est toi, c’est quand tu veux.
C’est la bonne réponse. La fille brune me dit :
— Bienvenue au club.
Bon, là, je suis acceptée… Je reste dans le groupe pour les autres activités, la danse, le chant… Je me débrouille pas mal.
À partir de ce premier jour, je suis prise dans le rythme intense de l’école. Je ne peux écrire que les moments importants.
J’apprends les règles de l’école. Par exemple, je vais rester six semaines ici, sans pouvoir sortir.
Ce même soir, quand on a fini de manger, une sœur me dit :
— Viens avec moi, la mère veut te voir.
Je serre la main de Joan, qui me dit tout bas :
— Vas-y et séduis-la… Elle pourra t’aider par la suite : elle connaît des gens très importants.
Je lui serre la main et je sors avec la sœur. Elle toque à la porte d’une chambre, ouvre et me fait entrer. La chambre est grande et nettement plus glamour que nos chambres pour quatre. La mère est assise derrière un petit bureau devant un PC. Elle me dit :
— Je suis à toi dans cinq minutes.
— Je vous en prie, ma mère.
Je regarde la chambre. Il y a un grand lit, un canapé et des fauteuils. Il y a de la musique aussi. De chaque côté d’un des fauteuils, il y a la statue d’une esclave grandeur nature, à genoux, les yeux baissés. Oh ! Elles respirent, ces statues ! Bon, je rectifie : il y a deux vraies esclaves, une jolie Noire avec des fesses un peu comme les miennes et un petit nez. De l’autre côté, il y a une jolie blonde, avec des fesses rondes et des petits seins aux pointes rose pâle. Les deux filles ont les mêmes coiffures « au bol », c’est-à-dire qu’elles sont rasées en dessous du milieu des oreilles, c’est excitant de voir ces nuques nues. Elles ne sont vêtues que de deux colliers de chien en cuir avec une médaille.

Je me penche pour regarder, la black s’appelle Blacky et la blanche, Blanchette, normal. Elle sait vivre, la mère supérieure. Si ce sont des religieuses ici, je peux vous garantir qu’elles ne font pas partie de la même église que les familles de Notasulga.
Je sens que la mère supérieure m’observe. Elle me dit :
— Elles te plaisent ?
— Oui, elles sont belles, ma mère.
— J’ai appris que tu t’intéresses aux esclaves… alors tu vas faire connaissance avec mes deux petites chiennes.
Ah oui, d’où le collier. Elle se lève et va s’asseoir entre ses deux esclaves chiennes, elle me dit :
— Fais-moi un strip comme à House of Pussies.
Elle est au courant de ça ? Elle pousse sur le bouton d’une commande et augmente le son de la musique. Je danse un peu de dos, puis je me retourne et j’enlève mon chemisier… Je balance mes seins en rythme. La mère me dit :
— Tu es belle. Lance-moi ton chemisier.
Je le lance, elle le rattrape d’une main, et met son nez à l’endroit des aisselles. Elle va être gâtée parce qu’il fait chaud et j’ai beaucoup transpiré. J’enlève ma jupe plissée, puis ma culotte que je lui lance. Je danse un peu, puis j’enlève mes chaussures et mes hautes chaussettes blanches. Elle fait un geste… oh ! Ça aussi ? Je lui jette mes chaussettes. C’est excitant de voir quelqu’un sentir vos chaussettes. Mais, s’il y a une chienne dans la pièce, c’est plutôt la mère que ses esclaves. Je danse encore, aussi nue que mes aisselles après le toilettage à Atlanta. La mère me dit :
— Tu es très belle. Je crois que Sam a raison de miser sur toi. Maintenant, je voudrais que mes petites chiennes s’occupent de toi.
Oui mais… et si je voulais rester fidèle à  Joan, mon Roméo ? Heureusement, je ne suis pas du genre fidèle. Les petites chiennes se lèvent et me prennent par la main pour m’emmener près du grand lit. Blanchette me prend contre elle en ce collant à mon dos et elle me murmure :
— Laissez vous aller, s’il vous plaît, Mademoiselle.
Elle se laisse tomber sur le lit et moi sur elle. Aussitôt, Blacky, la petite chienne noire, se jette sur ma chatte comme si c’était un os à moelle. C’est une position pas très confortable mais très excitante. Blacky a relevé mes jambes et sa langue explore les moindres recoins de ma chatte en faisant des incursions dans mon vagin et mon anus.

Je sens que je vais battre le record du monde de l’orgasme le plus rapide, là. La mère, qui doit s’en rendre compte, prend un fouet et frappe les fesses de Blacky qui gémit dans ma chatte. Elle lui dit :
— Pas la langue tout de suite, idiote.
Je la regarde… et elle me montre le fouet. Sans bien m’en rendre compte, je dois faire signe « oui », car elle donne cinq coups supplémentaires sur les fesses et les cuisses de ma petite chienne lécheuse, qui crie et pleure dans ma chatte. Ses larmes mouillent ma chatte déjà bien mouillée. Là, impossible de résister et je jouis… merveilleusement. La mère me dit :
— Tu es belle quand tu jouis.
Aah ? Elle ajoute :
— Il faut que mes deux chiennes soient traitées de la même façon, tu ne crois pas ?
Je me relève, quittant le matelas tiède du corps de la chienne blanche en disant :
— …Euh… oui, sans doute
— Tiens, frappe-la deux fois.
Elle me tend le fouet. C’est la mère supérieure, donc je fais ce qu’elle dit. Blanchette s’est déjà mise en position. Elle s’est couchée sur un des accoudoirs du fauteuil, les fesses en l’air, comme une belle cible. Que voulez-vous que je fasse ? Je me suis renseignée, les fouets sont offerts avec l’esclave. Ils ont trois lanières plates qui font mal et laissent des traces mais ne blessent pas, alors… Alors, je lève le bras et j’abats le fouet sur ses fesses – Blanchette, quel bête nom – gémit tandis que la mère supérieure me dit :
— Tu as un problème d’atrophie musculaire ?
— … Euh… non, ma mère…
— C’est pas un coup de fouet, ça, c’est une caresse. Frappe vraiment maintenant, sinon je te fouetterai pour te montrer.
Là, je ne peux plus reculer : je lève le bras bien haut, le fouet siffle dans l’air et les lanières claquent sur les fesses laissant trois marques rouges. La fille réagit nettement plus : elle crie et essaye de s’enfoncer dans l’accoudoir. Oui, mais c’est impossible, ça. Par quatre fois, le fouet vient claquer sur ses fesses, laissant de belles marques rouges qui s’entrecroisent. La punition au fouet, c’est un ensemble, une symphonie : le sifflement du fouet, le bruit quand les lanières claquent sur les fesses et enfin, les cris de l’esclave… Oui, ça a l’air de faire vraiment mal, mais on m’a ordonné de le faire…
La mère me regarde avec un petit sourire et elle dit aux filles :
— Déshabillez-moi.
Elles déshabillent la mère à toute allure. On a beau dire, le fouet, c’est barbare mais qu’est-ce que les filles fouettées obéissent bien. La mère est belle, dans le genre bien en chair. Maintenant, je sais ce qu’elle veut : moi. Elle me tend la main, je la prends et elle m’entraîne sur le lit. Elle se couche sur le côté les jambes repliées et elle me dit :
— Mets-toi en face de moi.
Je me couche de la même façon et je caresse ses seins. Elle est rebondie et ferme. Elle m’embrasse. Elle a l’haleine fraîche et mentholée, super. Une chatte peut être un peu… sauvage, mais une bouche doit être impeccable. On mélange nos langues et nos salives. Sans qu’on doive le leur dire, les petites chiennes ont glissé leurs museaux entre les jambes repliées de leurs maîtresses. Moi, j’ai la petite chienne blanche. J’ai fouetté ses fesses et elle couvre les miennes de baisers. Ce n’est pas juste, mais très agréable ! Elle pose ses mains sur mes fesses et viole mon cul avec sa langue.

C’est un viol très agréable et je ne la fouetterai pas pour ça… sauf si la mère m’en donne l’ordre.
Les petites chiennes s’activent au sous-sol, là où vivent les domestiques. À l’étage supérieur, on s’embrasse et on se caresse, la mère et moi.
Elle embrasse mes seins et même mes aisselles moites. Répondant à un timing que je ne connais pas, mon esclave colle sa bouche à ma chatte toute collante. L’image m’excite. L’autre esclave doit faire la même chose à la mère, mais elle reste impassible, tandis que je serre les dents pour retenir l’orgasme que je sens grandir à nouveau en moi. Je ne pense ni au fouet ni à la langue de l’esclave dans ma chatte… Mais, c’est une bataille perdue d’avance, j’ai trop de tempérament. La mère me regarde intensément et sa bouche vient cueillir mes gémissements de plaisir sur mes lèvres. Jouer avec les esclaves, ça me rend lyrique !
On se repose un peu l’une contre l’autre, les museaux des petites chiennes entre nos fesses. Après un moment, la mère me dit :
— Retourne ta chambre, sinon on va jaser.
Tu m’étonnes ! Je réponds :
— Merci pour tout, ma mère.
— Tout le plaisir a été pour moi… Si tu as un problème, viens me trouver.
— Merci beaucoup.
Je l’embrasse. Puis, je me rhabille et j’embrasse les esclaves en les remerciant… Mais non, je rigole : on ne remercie pas un sex-toy après usage.

A suivre.

Mes livres illustrés par Bruce Morgan, sont ici :

https://www.lamusardine.com/recherche?s=mia+michael&controller=search

 

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

 

Retrouvez en cliquant sur ce lien les autres histoires de Mia Michael

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *