Ashley – 16 Sur un building, perchés…

12345
Loading...

mia michael


BDSMfétichismesoubrette


Ils discutent de la version érotique du film. Ah ? Ils font deux versions ? Madame Wolf dit à sa chérie :
— Je voudrais voir ce qu’elle vaut dans les scènes de sexe… Est-ce que ça te dirait de la tester ?
Quoi, une esclave va me tester ??? Et pourquoi pas un clochard ? La chérie répond :
— Summer et elle sont aussi négligées l’une que l’autre. Si elles faisaient ça entre elles ?
Là, Summer va lui arracher la gorge avec les dents ! Non ! Elle regarde Sam qui fait « oui » de la tête. J’ai compris : la chérie est la grande patronne des studios et elle se déguise comme ça pour s’amuser. Elle me dit :
— Je dis ça pour ton bien, petite. Je pense que tu as pris une douche ce matin… ou plutôt hier, mais tu devrais mettre du déodorant.
Je vais lui dire… rien ! Comment ça « dégonflée » ? Elle me regarde dans les yeux et… je baisse le regard, oui, vous avez raison « dégonflée ». Bon… Summer enlève son jean et son tee-shirt. Elle me dit :
— Déshabille-toi et viens te mettre à genoux devant moi.
… Euh… avec elle, d’accord. J’enlève ma robe et au passage, je renifle mes aisselles. J’ai une légère odeur de transpiration, c’est tout. Quelle garce, cette fille ! Je suis sûre que son but était juste de m’humilier.
Je me mets à genoux devant Summer, le nez dans sa chatte en friche. Les mercenaires, ça ne se rase pas la chatte. Elle a une odeur forte, elle, mais j’aime son odeur. Je me cambre bien pour faire apprécier la minceur de ma taille et la rondeur de mes fesses aux autres, puis je glisse mon visage entre ses cuisses et je lèche sa chatte. J’entends la « chérie » dire :
— Maintenant, lèche-lui le cul.
Encore elle !! Le cul de Summer est mille fois plus appétissant que ta face de singe d’esclave de…
Summer se retourne et se penche en avant tandis que j’écarte ses fesses et que j’enfonce ma langue dans son anus, pour appeler une chatte, une chatte.

Sam nous dit :
— C’est bon les filles, rhabillez vous. Alors, chers amis, vous en pensez quoi ?
Ils sont tous d’accord pour dire que je suis « la » fille qu’il faut pour ce rôle… Dans ces conditions, j’ose interrompre la conversation pour dire à Madame Wolf :
— Dites, Madame, je pourrais vous demander pourquoi c’est cette fille qui me dit ce que je dois faire ?
— Ce n’est pas tes affaires. De plus, quand les grandes personnes parlent, les gamines se taisent.
La chérie me fait un grand sourire. Là, j’en ai marre ! Je me lève en disant :
— Très bien. Je vais me taire ailleurs.
Je me lève et je reprends le sentier qui nous a amenés ici. Summer me suit et me rattrape. Aïe ! Je sens qu’elle va me passer un savon. Alors, je me mets à pleurer. Elle me dit :
— Ashley ! Bordel ! Ils te donnent un rôle en or et toi tu fais des caprices.
— Ils n’ont aucune… bouh… hou… aucune considération pour moi.
— Tu veux une bonne fessée pour te remettre les idées en place ?
— NON !!
— Alors tu vas t’excuser, ensuite, tu te mets près de moi et tu la fermes ! D’accord ?
— Oui….
On retourne près d’eux. Summer dit :
— Ashley a quelque chose à vous dire…
— Je vous prie de m’excuser, je viens d’une petite ville de Georgie et je ne suis pas habituée… à…
La chérie répond :
— On t’excuse, mais n’intervient plus dans la conversation. D’accord ?
Petit coup de coude de Summer… aïe ! Je réponds :
— Oui, Mademoiselle.
Ils se remettent à discuter. Je m’assois et je boude. Je voudrais un minimum de considération et ne plus me faire engueuler par une vraie ou fausse esclave. J’ai enlevé mes chaussures et je regarde mes pieds. Oh ! Y a des fourmis sur le toit de ce building, je les observe. C’est beaucoup plus intéressant que leur discussion… et là j’entends quand même le metteur en scène dire :
— Pour moi, c’est la fille idéale pour le rôle, mais il faudrait quelqu’un pour la surveiller. Summer, ce serait bien.
Madame Wolf est du même avis, elle dit :
— Summer ce serait parfait, même si elle est chère.
Elle la regarde et ajoute :
— Un mois de tournage plus un mois de promo, combien ?
Summer me regarde, réfléchit, puis tape sur son téléphone. Madame Wolf et Sam regardent leurs tablettes. Puis ils se regardent tous les deux. Qu’est-ce qui se passe, on ne parle plus ?? Ils se regardent. Ah, j’ai compris, ils sont télépathes. Oh, après tout je m’en fous de leur petit jeu. J’ai vu un papillon ! Sur le toit de ce building, vous imaginez ?
Ah ! Sam me parle :
— Fais ce que te dira Summer. Vous pouvez y aller, les filles.
On leur dit « au revoir », pas de réponses, ils parlent entre eux. Dorénavant, plus de bisous, ils sont pas assez sympas. On entre dans la forêt tropicale et on reprend l’ascenseur, mais on s’arrête en chemin. Je suis Samia jusqu’à un bureau sur lequel il est écrit «comptabilité». Sur une table, il y a le script « 7 ans de réflexions, remake » et une carte de crédit. Elle prend le tout. Pourquoi c’est elle qui a la carte ? Summer voit tout de suite à ma tête que ça ne me plaît pas, elle me dit :
— Y a un problème Ashley ?
— Non… enfin si, ils auraient pu me donner une avance.
— Monsieur Sam préfère que tu dépendes entièrement de moi. Un genre d’esclave, quoi. Mais moi, je veux une esclave souriante, sinon…
Je lui fais un grand sourire. On reprend l’ascenseur. A nouveau, je vois le vide sous mes pieds. C’est ridicule mais je prends à nouveau la main de Summer. On arrive saines et sauves en bas et on reprend sa voiture. Je lui dis :
— Et maintenant, où qu’on va ?
— Tu veux sans doute dire « où va-t-on ? »
— Où va-t-on, Mademoiselle Summer ?
— On va prendre une chambre près d’ici. Ensuite, tu apprends les cinq premières pages de ton rôle par cœur. Quand c’est fait, on va manger.
— Et si je n’y arrive pas aussi vite ?
— Tu manges pas !
C’est Summer, ça ! Je lui demande encore :
— On fera des courses ?
— Oui, dès que tu connais ton rôle.
C’est une obsession ! Elle entre dans le parking d’un motel, mais rien à voir avec celui où elle logeait dans Watts. Ici, ce sont des bungalows entourés de palmiers et de plantes à fleurs… On se gare et on va au bureau. Une réceptionniste nous regarde d’un air un peu dégoûté. Il faut dire que nos vêtements sont un peu défraîchis. Summer va la secouer ! Non, elle lui dit :
— On voudrait un bungalow à côté de la piscine.
— C’est que…
— C’est Monsieur Sam Boizano qui m’a conseillé de venir ici.
Elle lui tend la carte de crédit. Le nom de Sam plus la carte, c’est magique ! Aussitôt, la fille lui dit :
— Certainement Mademoiselle. J’ai un bungalow juste à côté de la piscine.
Elle prend la carte, la scanne et lui donne la clé, sous forme de carte aussi. Bizarre ! La fille ajoute :
— Si vous voulez aller à la cafeteria, ce sera mis sur la note et si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas.
— Merci.
On reprend la voiture et on va se garer devant un bungalow. On a une petite terrasse qui donne sur la piscine. C’est super beau… Seul petit problème, dès qu’on est entrées, Summer coupe l’air conditionné et se déshabille. Elle me dit :
— J’aime pas ça.
Moi, j’aime bien ! Elle me donne cinq feuilles du script en disant :
— Apprends ça.
— Tout ?
Elle me regarde et je dis très vite :
— Je prends à boire et je m’y mets.
Elle tape sur sa tablette et me montre un texte en disant :
— Tu dois au moins savoir de quoi il s’agit.
Je lis :
***
Richard Sherman, un employé dans une maison d’édition spécialisée dans les livres avec des couvertures aguichantes, a accompagné sa femme Helen et son fils Ricky à la gare pour les vacances. Il rentre chez lui et fait la connaissance d’une nouvelle voisine, une jeune femme belle et sexy, qui a emménagé dans l’appartement des voisins du dessus. Elle vient se présenter à lui et il est subjugué par sa beauté. De fil en aiguille, d’un premier rendez-vous au suivant, une relation avec la belle voisine va commencer.
***
Pas mal, ça me plaît. Summer a mis un maillot et elle me dit :
— Je vais nager, étudie.
Oui, mais… heuuu !! Et moi ? Je lis le texte, le relis… J’observe un peu deux mouches pratiquant la sodomie. Elle est déjà de retour et me dit :
— Alors, tu connais ? Récite ton texte !
Je commence les premiers dialogues et je cale. Elle ouvre un tiroir et me donne des feuilles de papier à lettres en disant :
— Copie-le.
Elle repart… ppppffff… je recopie tout… Elle revient 15 minutes plus tard. Je récite le texte et je cale, mais nettement plus loin. C’est quand même mieux, non ? Non, elle me dit :
— Recopie-le.
J’en ai les larmes aux yeux. Je lui dis :
— C’est parce que j’ai trop faim…
— Non, c’est parce que tu ne t’appliques pas. Recopie !
Je recopie tout le texte à nouveau. Quand j’ai presque fini, elle revient avec une énorme glace, avec du chocolat, de la chantilly et des petits parasols. Elle s’assied devant moi et mange bruyamment en m’expliquant à quel point c’est bon. Je lui arracherais bien sa glace… Tout en mangeant, elle me dit :
— Il y a aussi une autre façon de te stimuler. Je prends ma sandale, je te couche sur mes genoux et je tape sur tes fesses jusqu’à ce qu’elles soient aussi rouges qu’une tomate bien mûre.
Je me lève pour la gifler… ou je prends mes feuilles et je vais dans la salle de bain m’installer dans la baignoire.

Là, je lis et je retiens. Dix minutes plus tard, je reviens dans la chambre. Summer a arrêté de manger et l’énorme glace est là, occupée de fondre. Je lui dis :
— Je connais.
— Bien… je te donne la réplique.
On joue et je n’oublie rien, pas une virgule, pas un point sur un i. C’est une image. Elle me dit :
— Tu peux manger ce qui reste.
Je mange la glace avec un tel plaisir que j’ai presque un orgasme. Quand il ne reste plus un microgramme de glace, de chantilly ou de caramel, je lui dis :
— Merci.
— Pour la glace ou pour t’avoir stimulée ?
— Les deux.

A suivre.

Mes livres illustrés par Bruce Morgan sont ici :

https://www.lamusardine.com/recherche?s=mia+michael&controller=search

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

 

Retrouvez en cliquant sur ce lien les autres histoires de Mia Michael

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *