Ashley – 20 Premier jour de tournage.

12345
Loading...

mia michael


BDSMpunitionsoumission et domination


Je regarde Summer partir. C’est comme si c’était mon premier jour à la petite école… Pourquoi ma maman m’abandonne ? Ashley, pitié ! Arrête de bêtifier ! Oui, bon, ça va. « Mon assistante » me dit :

— Je suis très contente de travailler pour vous, Mademoiselle. Vous êtes très belle. Vous allez devenir une star.
Je l’aime bien, mon assistante. Je réponds :
— C’est gentil… Dis, j’ai pas eu le temps de déjeuner, tu pourrais me trouver du café et quelque chose à manger ?
— Certainement Mademoiselle, je vous conduis dans le studio et j’y vais.
Mon assistante m’amène dans le hangar qui nous sert de studio. Madame Wolf, la productrice est là, assise derrière une table couverte de papier. Kim lui donne le papier de Summer. C’est une femme d’une cinquantaine d’années, plutôt forte et très noire de cheveux. Je lui serre la main… Elle me dit :
— Tu es à l’heure, c’est bien, je vais te présenter l’équipe. Voici Lee Varella qui remplace le réalisateur que tu as vu. Comme on a dû changer de film, on change de metteur en scène. Monsieur Varella est le grand spécialiste des scènes de combats.
Ensuite, elle me présente trois acteurs du film. Ceux qui vont jouer Jules César, Antoine et le frère de Cléopâtre. C’est lui, le plus séduisant. Je me taperais bien mon frère et les autres aussi d’ailleurs. Elle ajoute :
— Tu tourneras certaines scènes avec une perruque, mais on a décidé que ce serait mieux que tu retrouves ta couleur naturelle. On va s’occuper de ça et de t’épiler aussi. À l’époque, les femmes étaient épilées. Pas les paysannes, bien sûr.
Elle ne me demande pas si je suis d’accord. Mais bon, j’aime bien la couleur naturelle de mes cheveux et puis c’est à House of Pussies qu’ils avaient fait tout un cirque de ma ressemblance avec Marilyn. Elle n’aurait pas pu tourner Cléopâtre. Je ne discute pas, je suis une future star facile.
Je vais avec Kim chez le coiffeur. Il est sympa… Elle m’apporte du café et des pains au chocolat, une spécialité française délicieuse !
Il y a d’autres coiffeurs et d’autres filles qui se font coiffer. Je dis bonjour de loin. Je mange plus ou moins facilement pendant que le coiffeur me teint les cheveux. Il travaille très vite. Il me dit :
— C’est comme ça dans le cinéma, faut aller vite. On va laisser poser et l’esthéticienne va vous épiler. Ça ne vous dérange pas qu’il y ait du monde ?
— Pas du tout…
J’enlève ma robe et, pendant que la teinture « prend », une fille m’épile avec des bandes de cire, des aisselles aux chevilles. On le sent, mais je suis une star stoïque, c’est-à-dire que je crie mais pas trop fort. Ensuite elle m’enduit de crème pour que des marques rouges n’apparaissent pas. Elle pourrait continuer à me masser la chatte, mais le coiffeur m’installe dans un fauteuil. Il sèche mes cheveux qui sont dans les bruns et me coiffe à l’égyptienne, un chignon compliqué. Quand c’est fini, il me dit :
— Venez vous regarder.
Je vais devant un grand miroir et je me vois. Oh ! Qu’est-ce que je suis belle et plus nue que nue depuis que je suis complètement épilée. Des filles viennent aussi me regarder. Il y en a même deux qui me font des compliments, ça doit être rare dans ce milieu…
L’étape suivante, c’est l’habilleuse. Aujourd’hui, c’est simple, une Noire sympa couvre ma nudité à l’aide de quelques voiles.
Après ça, Cléopâtre retourne dans son palais, accompagnée de son esclave ou alors, Ashley retourne au studio avec son assistante. On croise des ouvriers et là, j’ai des vrais compliments : « Trop belle » « Toi quand tu veux » « Le plus beau cul du monde ». Oui, les voiles ne dissimulent rien de mes charmes. Cléopâtre fait de grands sourires à ses sujets. On arrive dans le studio. Ils sont surpris de me voir, même Madame Wolf. Elle me dit :
— Si tu joues bien… on va faire un carton, petite.
Je dois absolument me souvenir de ce que j’ai appris chez les sœurs. Si je joue bien… je pourrai avoir ce que je veux.
La première scène, j’en ai déjà beaucoup parlé. Cléopâtre est au pieu avec son frère et ils parlent politique en se caressant. Miracle à Hollywood : je me souviens bien de mon texte et je joue bien… On fait la scène en plan-séquence, c’est-à-dire sans interruption. Monsieur Lee me dit :
— On recommence la réplique 24. Toi, joue de la même façon, Ashley.
Cool, on refait quelques répliques et c’est bon, Madame Wolf nous dit :
— On refait toute la séquence, mais nus tous les deux.
Oui, il y a une version érotique… Je serais même partante pour une version hard. On refait la scène, nus… Mon frère me caresse la hanche puis un sein. On termine par un baiser de cinéma, sauf que j’ouvre un peu la bouche et que la langue de mon frère envahit ma bouche.

J’aime bien le cinéma ! On doit refaire certaines scènes nues, mais dans l’ensemble je suis bonne à la première prise. À midi, je mange avec Madame Wolf, le metteur en scène, les comédiens, le chef opérateur… Les figurants et les techniciens sont à une autre table. Je suis à côté de Madame Wolf, elle est contente, tout se passe bien. On mange froid et c’est bon…

À la fin du repas, je vois arriver une jeune femme dont le visage me dit quelque chose. Quand elle embrasse Madame Wolf sur la bouche, je me souviens d’elle ! C’est la petite garce qu’on a rencontrée au sommet de l’immeuble. C’est elle qui jouait les esclaves et qui m’a dit que je devais utiliser un déodorant. Elle n’a plus de collier ni de tunique qui laisse voir un sein, mais un jean et un chemisier sans manches, tout bêtement. Elle dit bonjour à tout le monde. À moi, elle dit :
— Alors, tu travailles bien ?
Vous voyez le ton condescendant ? C’est Madame Wolf qui répond à ma place :
— C’est surprenant, mais elle joue bien.
Pourquoi surprenant ? Elle me dit :
— Je dois partir. Quand je ne suis pas là et Summer non plus, c’est Sarah qui nous remplace. Fais ce qu’elle te dit !
— Mais… elle n’est plus votre esclave ?
— C’était un déguisement, sotte. On revenait d’une soirée.
Elle s’en va… Je râle… J’entends que Sarah discute dans une langue que je ne connais pas avec la script. Tout est bizarre chez cette fille, mais ce qui est sûr c’est que je n’en veux pas ! Summer, je l’ai choisie… et j’y suis attachée, mais celle-ci, elle n’a rien à me dire. On termine le repas et on reprend le tournage. J’ai du mal à me concentrer. Monsieur Varella me dit :
— Qu’est-ce que tu as ? Tu étais si bonne ce matin.
Sarah, la petite connasse, dit :
— Je sais ce qu’elle a, je vais arranger ça.
Elle se lève et me prend brutalement par une oreille. Je crie :
— Vous me faites mal !
Je suis obligée de le suivre pliée en deux.

Elle m’entraîne dans un coin du studio et me colle contre un mur, puis elle met son visage à 3 cm du mien. Elle est dans ma bulle !! Elle me dit :

— Ou tu joues aussi bien que ce matin, ou je prends un des fouets et je te punis devant tout le monde ! Tu as compris ?
— Mais…
— Pas de mais. Tu as compris ?
— Ouiii….
— Oui, qui ?
— Oui Mademoiselle Sarah.
— Bien… À propos, tu n’as toujours pas mis de déodorant, toi !
Elle rit ! Je m’en fous ! Je le dirai à Summer et elle lui fera sa fête à cette petite garce ! En attendant, je vais me concentrer et bien jouer… Ensuite, je m’occuperai d’elle… enfin, pas personnellement !
Je recommence la scène que j’avais ratée et cette fois, c’est bon. Tout le reste se passe bien car je suis très concentrée.
En fin d’après-midi, Summer arrive… et tandis que je vais me démaquiller, je vois qu’elles discutent toutes les deux. Summer va lui dire !
Quand je reviens habillée et démaquillée, je vois qu’elles boivent une bière et discutent ensemble. Pire, elles rigolent. Je vais près d’elles. Summer me dit :
— Alors, ça s’est bien passé ?
— Oui, sauf elle qui m’a menacée !
Je m’en fous, je le dis. Summer répond :
— Qu’est-ce qu’elle t’a fait, pauvre petite ?
Elle se fout de moi ? Sarah lui dit :
— Elle râle parce je lui ai dit qu’elle sentait la transpiration.
Je dis très vite :
— Pas que ça… Toi, je t’ai choisie et tu es payée et…
Sarah me coupe et dit à Summer :
— Tu vois ? Tu sais ce qu’on devrait faire ?
Elle se penche et parle à l’oreille de Summer. Eh ! Mais c’est pas poli ça !! Et ça dure ! À la fin, Summer éclate de rire, puis elle dit :
— D’accord, on fait ça.
Quoi ?? Qu’est ce qu’elles veulent me faire ? Summer me dit :
— On va faire un jeu de rôle. Après ça, tu obéiras à Sarah aussi bien qu’à moi. Ton mental acceptera l’idée.
Qu’est-ce que c’est, ce charabia ? Je réponds :
— Tout le film repose sur moi. Si on me fait mal, je ne tourne pas demain, je le jure…. Je dirai à Monsieur Sam et aussi à Madame Wolf et aussi à mon agent qui est très influent et…
— Et au Président et au pape ?
Elles rigolent toutes les deux. Sarah me dit :
— On ne va pas te faire mal, on va jouer…. On disait que tu étais une esclave en fuite…
Elle se tourne vers Summer, qui ajoute :
— Et nous, on est des chasseurs de primes. On doit te rattraper et te ramener au « Slave Paradise » où tu seras vendue.
Ce qu’il reste de techniciens et de figurants s’est rapproché pour voir le spectacle. Je leur dis :
— Je ne m’enfuis pas, je me rends.
— Ah non, c’est pas du jeu. Cours…
— Mais non, je…
— COURS !!!
Je cours et bien sûr, elles me rattrapent. Qu’il est con, leur jeu… Mais elles ne font pas que m’attraper, elles me déshabillent. Je crie :
— Je ne joue plus, lâchez-moi… Au secours !
Ceux qui regardent ne bougent pas, ils sont ravis du spectacle. Elles m’attachent les chevilles et les poignets dans le dos. Ensuite, elles me mettent une large bande de tape sur la bouche. Je veux crier « Vous n’avez pas le droit, je me plaindrai » mais tout ce qui sort de ma bouche, c’est « mmmmfffff ».
Deux techniciens me prennent par les pieds et les épaules. On va vers le parking. Comme on croise des gens, j’essaie de me débattre, mais les hommes serrent leurs prises et j’arrête… Une femme demande :
— Qu’est-ce qu’elle a fait ?
Summer répond :
— C’est une esclave qui s’est échappée, on la ramène à son propriétaire.
Cette fois, je veux crier « C’est pas vrai, on m’enlève ! » mais ça fait de nouveau « mmmmfffff ». La femme dit :
— Faudra la fouetter pour qu’elle ne recommence pas.

À suivre.

Un grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

Nos livres sont ici :

Mes livres sont ici :

https://www.lamusardine.com/recherche?s=mia+michael&controller=searchnon

 

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *