Ashley et les esclaves – 1 Quitter Notasulga.

12345
Loading...

mia michael


BDSMscience-fictionsoumission et domination


Notasulga, Alabama, le 6 juin 2028

Dix-huit ans, enfin ! Ce matin, je quitte la famille chrétienne qui m’accueillait. J’ai un sac avec quelques vêtements, une brosse à dents, deux livres…
Je n’ai vécu avec ma mère que sporadiquement, entre ses séjours en cure de désintoxications. Je n’ai jamais connu mon père… À son sujet, ma mère a plusieurs versions. La mienne est qu’il s’agissait d’un client. La dope, ça coûte cher…
J’ai un peu d’argent reçu à droite à gauche et parfois « trouvé », si vous voyez ce que je veux dire. Je me devais de parler de mon enfance, c’est fait, donc je n’y reviendrai plus.
En ce qui me concerne, je mesure 1 m 65 et pèse 55 kg, mes mensurations sont 92 cm de tour de poitrine, 88 cm de tour de hanche et 62 cm de tour de taille. J’ai des cheveux bruns et des yeux gris-vert. Mon visage est régulier, j’ai un petit nez et une bouche ourlée naturellement. Je plais beaucoup aux garçons et même aux filles…
Je sais que mon accent du Sud est prononcé, mais ça, je peux y remédier. Je manque aussi d’instruction, ça peut également s’arranger. Je mise tout sur mon physique. Mon but, c’est la ville, la vraie : d’abord  Atlanta, la capitale du Sud, ensuite Los Angeles. Là, je rencontrerai des hommes riches et j’aurai une vie de luxe. Dans mes rêveries, je m’imagine en robe blanche épousant un vieux bonhomme richissime… Je vais embellir ses dernières années ou, encore mieux, ses dernières semaines.
Pour commencer, je dois parler de la situation politique. En 2024, le sénateur du Mississippi, John D. Birch est devenu le nouveau président des États-Unis. C’est un Républicain pur et dur. Les démocrates disent qu’il a eu le soutien du KKK et des partis ultranationalistes. Peut-être, mais ça n’empêche pas que ce sont les Américains qui l’ont élu. Le président Birch a fait campagne en parlant de l’insécurité et des mesures qu’il compte prendre pour y remédier. Comme emprisonner les gens coûte très cher à la société, il a fait voter la loi suivante : un condamné à une peine de moins de dix ans doit payer une somme d’argent qui remplace la peine de prison. S’il refuse, il sera vendu afin de payer sa dette. L’état et les citoyens ne sont plus obligés de dépenser de l’argent pour entretenir des prisonniers, au contraire, l’argent de la vente des délinquants permet d’améliorer la vie de tous. D’autre part, les gens qui sont vendus deviennent une main-d’oeuvre particulièrement bon marché. Tout le monde en profite, aussi bien les entreprises que les particuliers.
À tel point que des sociétés étrangères viennent s’installer aux États-Unis, attirés par cette main d’oeuvre. Y compris des usines chinoises. Bien sûr, ces amendes à payer favorisent les riches et la classe moyenne. Les gens revendus sont principalement des « petits Blancs », des Noirs et des Hispaniques. On prétend que les juges fixent des amendes très importantes quand il s’agit de jolies filles. Ça me rend très prudente, mais c’est leur but…
On parlait beaucoup de cette situation dans ma dernière famille d’accueil. Ils disaient même « Quand on n’aura plus Ashley, on achètera une fille ou deux. »
Cette loi est très récente et à Notasulga, il n’y avait que quelques esclaves. Tout le monde les appelle des esclaves. Il y avait surtout des ouvriers agricoles et quelques servantes, noires et blanches. Par exemple, un riche propriétaire terrien avait deux esclaves comme servantes. Il est très facile de les reconnaître car elles ont des colliers de fer ou d’un autre métal autour du cou. J’ai assisté à une scène qui m’a marquée : dans la cour de la grosse ferme, une esclave blonde était couchée sur une grosse souche, la jupe relevée et ses fesses blanches à l’air. Une femme la fouettait tout en l’engueulant pour sa paresse. J’étais fascinée par le claquement du fouet sur les fesses, les plaintes de la fille, les reproches de sa patronne… Je repensais tout le temps à cette scène. J’ai donc décidé de devenir célèbre et d’avoir des esclaves que je punirais… si elles le méritent, bien sûr.
Ah oui, je m’appelle Ashley Stirland… et mon but, c’est d’aller à LA pour devenir une vedette. Sur le Net, dans des films ou tout autre support.
Ayant quitté Ploucland sans aucun regret, je marche sur le bord de la route avec mon petit sac et je fais de l’auto-stop.

Pas besoin d’agiter le pouce longtemps,  mes fesses – vraiment à l’étroit dans mon jean – se chargent du boulot. Il y a 125 miles jusqu’à Atlanta.

La première voiture qui s’arrête, c’est… Madame Mosby, qui a été mon institutrice. Elle me demande :
— Bonjour Ashley, tu veux que je te dépose ?
— Bonjour Madame. Volontiers, mais je vais à Atlanta.
— Tu quittes le village ?
— Oui, j’ai 18 ans aujourd’hui.
— Oh ! bon anniversaire. Tu veux que je te dépose à mi-chemin ? J’ai juste le temps.
Elle a toujours été spécialement gentille avec moi, alors, je lui souris en répondant :
— Volontiers, merci.
Après être montée dans la voiture, elle dit tristement :
— C’est peut-être la dernière fois qu’on se voit.
— Mais non, je reviendrai au village voir mes copines et vous.
On discute un peu du passé, je vous passe les détails. Elle me demande quels sont mes projets… Impossible de lui dire que je veux épouser un millionnaire de 95 ans, alors je réponds :
— J’ai rendez-vous dans un restaurant du centre pour un job.
Elle me parle des dangers des villes pour une belle fille dans mon genre. Moi, j’entends « bla-bla-bla », comme si on était en cours… Et puis elle pose sa main droite sur ma cuisse en disant :
— Tu as toujours été ma préférée et la plus belle élève que j’ai jamais eue.
Oh !! Je sais bien que je lui plais, mais je ne l’imaginais pas me caresser les cuisses. Elle est gentille, mais avec sa cinquantaine d’années bien en chair, c’est un peu comme une bonne tante. Vous voyez ? Elle ajoute :
— Je serai malheureuse de ne plus te voir.
Elle ne va pas pleurer quand même ! Je réponds :
— Je vous promets de venir vous voir… Je vous aime bien aussi. J’ai même rêvé que nous nous embrassions…
Là elle devient toute rouge et bredouille :
— Et, euh… tu… aimais ?
— Oh oui ! Surtout que vous embrassiez mon minou.
Coup d’œil de madame l’institutrice. N’en croyant pas ses oreilles, elle me redemande :
— Tu aimerais ?
— Ben oui, toutes les filles aiment qu’on leur embrasse le minou.
— Si tu savais le nombre de fois que j’ai rêvé de toi. On partait toutes les deux et…
OK, je vois. Je sais que je suis le fantasme de pas mal de mecs, mais de mon institutrice, ça me plaît. J’attends une proposition concrète… Ah, la voilà : elle me dit :
— Si tu veux, on roule un peu et puis on s’arrête pour manger dans un resto à côté d’un motel, pour… euh…
— M’embrasser le minou ?
Elle rit, puis répond :
— Oui…
— Vous léchez bien ?
— Oui… et je te donnerai un peu d’argent.
Cool… Je réponds :
— Votre programme me plaît… Il me fait même mouiller.
Nouveau coup d’œil. Tante Mosby aime les filles ! Dingue !
Se faire lécher la chatte par son institutrice, ça c’est rock ‘n roll, non ? Une sorte de revanche sur les familles chrétiennes pures et dures. On roule encore un peu, avant qu’elle ne s’arrête devant un restaurant.

On mange, on boit une bière… Elle me regarde en se léchant les babines, pas à cause du hamburger, mais à l’idée de se retrouver entre mes cuisses.

Quand on a fini, nous sortons et je mets ma casquette sur la tête. Elle me demande :
— Tu crains toujours le soleil ?
Oh, elle se souvient de ça ? Je réponds :
— Oui, je bronze très vite et je n’ai pas envie qu’on me prenne pour une Métisse ou une Hispanique.
— Pas de danger, ma chérie.
Je suis sa chérie ! Je m’imagine en classe, elle me dit : « Tu as 10 sur 10, ma chérie. »
Après avoir fini de manger, elle va au bureau pour payer la réservation d’une chambre. Je l’attends à l’ombre. À sa sortie, je lui dis :
— J’ai soif, prenez des bières.
— Oui, pardon ma chérie, j’y vais.
— Dépêchez-vous, j’ai vraiment soif.
Elle court presque et revient avec un pack de 6 bières. Il faudra qu’elles soient fraîches, sinon, elle retourne. On va dans la chambre. Elle me prévient :
— Je dois faire pipi.
Ou se laver la chatte, mais je n’ai aucune intention de la lécher. Je vais lui faire une surprise : j’enlève mon jean, mon tee-shirt, mes baskets et je m’allonge, nue, sur le lit, un bras sous la tête. Elle sort du cabinet de toilette et stoppe net en me voyant ! Je lui plais, y a pas de doutes. J’écarte mes jambes pour qu’elle puisse enfin voir la chatte d’une de ses élèves. Quoique, je n’en sais rien après tout. Elle me murmure :
— Tu es trop belle, Ashley… Je n’imaginais que tu avais d’aussi beaux seins.
Normal, je devais mettre les vieux vêtements des femmes chez qui j’étais et c’était généralement beaucoup trop grand. Je lui lance :
— Déshabille-toi !
La tutoyer et lui donner des ordres, quel plaisir ! Elle enlève sa robe et ses sous-vêtements. Elle est effectivement dodue, mais ça me plaît quand même. Tout est rond : son cul, son ventre, ses cuisses… Même ses seins qui pendent un peu… Je lui dis :
— Sers-moi à boire.
— Oui Ashley.
Elle va ouvrir la bière, prend un verre… Je la préviens :
— Sans trop de mousse.
Putain, si les copines pouvaient nous voir ! Elle me donne la bière. Je bois goulûment, tandis qu’elle s’assied au pied du lit. Après avoir bu, je lui demande :
— Alors comme ça, je te plais ?
— Oh oui…
Je lève une jambe et lui caresse la joue avec le pied. Aussitôt, elle tourne la tête pour l’embrasser. Ah oui, là, je sais que je lui plais, parce qu’un pied qui sort d’une basket, quand on a marché le long d’une route par 30 ° à l’ombre, c’est… spécial. Mais mon poussy, faut qu’elle le mérite. Donc je la provoque :
— Demande-moi la permission de me lécher.
Sans hésitation, elle commence :
— Ashley…
Mais je la coupe :
— À genoux et c’est « Mademoiselle Ashley ».
Obéissant immédiatement, elle s’agenouille pour me dire :
— Mademoiselle Ashley, permettez-moi de lécher votre minou.
Oh, putain ! C’est mon institutrice qui vient de dire ça ! Ça me fait mouiller, la voir s’aplatir de cette façon ! Je lui réponds :
— D’accord, mais commence par l’embrasser.
Elle couvre ma chatte de baisers. J’adore voir ses cheveux gris entre mes cuisses et sentir ses lèvres m’embrasser avec passion… Bon, on va monter d’un cran :
— Maintenant, lèche-moi vraiment, petite chienne.
Ouch ! Sa langue est partout depuis mon clito jusqu’à mon trou du cul…

Je n’ai pas pris le temps de prendre une douche ce matin, mais là, ma chatte va être nickel. N’importe quelle fille qui se fait lécher par son institutrice vous le dira : c’est super excitant ! Je ne vais pas tenir… J’ai l’impression que mon minou se rétracte et puis tout se relâche et je jouis sur son visage en le plaquant sur mon bas-ventre. Elle continue à lécher doucement tandis que je caresse son dos avec mon pied… Je l’arrête :

— J’ai soif !
— Oui Ashley.
Elle me sert encore une bière… Jusqu’à présent, tout se passe bien. Bon, je ne me fais pas trop d’illusions, tout le monde ne va pas être à mes ordres comme elle. Elle me demande :
— Je peux vous embrasser… euh… le corps, Mademoiselle Ashley ?
J’attends un peu avant de répondre négligemment :
— Oui…
Elle m’embrasse du cou aux chevilles, en passant par les seins, le nombril, le pubis, les genoux… C’est amusant, mais bon, la récré se termine. Je lui dis :
— On doit repartir, il faut que je voie quelqu’un dans le centre pour un boulot.

Je bois encore une bière, on se rhabille et on s’en va.
Je somnole dans la voiture, tandis qu’elle me répète à quel point je lui plais. Oui, j’ai bien compris, là… On arrive à Atlanta, putain, ça c’est une ville ! Surtout pour une fille de Ploucland comme moi… On arrive dans le centre. Elle me donne encore quelques conseils et son numéro de téléphone, puis ajoute :
— Tu m’appelles et je viendrai où que tu sois.
Cool… Elle me donne aussi 100 $. Encore mieux, je double ma fortune. Je la remercie et je l’embrasse… Oh, elle a l’odeur de ma chatte… C’est mignon.

Je sors de la voiture… Elle agite la main, oui, bye, bye…

A suivre.

Les tomes 1, 2, 3, 4 et 5 de « Mia sans dessous » sont ici :
https://www.lamusardine.com/recherche?s=mia+michael&controller=search

 CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

Vous êtes auteur ? Voici quelques conseils pour écrire les vôtres : https://blog.meshistoiresporno.com/2020/08/23/meshistoiresporno-mode-demploi-et-nouvelle-formule/

Retrouvez en cliquant sur ce lien les autres histoires de Mia Michael

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *