Je montais dans ma voiture, il était presque 9h, mais en regardant de plus près, un papier était coincé dans l’essuie-glace. Je le récupérais, et le dépliait…à l’intérieur une adresse que je mettais dans le GPS de la voiture.

Celui-ci indiquait un trajet de 28 minutes. Je me mettais en route. En conduisant je me demandais comment j’avais pu me mettre dans une telle situation…mais je n’avais plus le choix, je ne pouvais pas reculer et me sentais prête à accepter mon sort pour sauver mon couple…après tout, mon mari et mes enfants n’y étaient pour rien….

L’adresse se trouve dans une zone industrielle, un peu repliée de la ville…je gare la voiture…et me dirige vers cet entrepôt qui semble désaffecté. J’appuie sur la sonnette…et quelques instants après le volet automatique s’ouvre…une grande bouffée d’air et je me décide à rentrer…quelques pas à l’intérieur avant de m’arrêter. Le volet redescend, l’entrepôt est de nouveau totalement fermé…quelques lumières s’allument. Puis une voix s’adresse à moi via un haut-parleur tout déglingué accroché au mur et ces mots qui résonnent « avancés jusqu’au milieu de la pièce ».

Mes talons font du bruit à chacun de mes pas sur la dalle en béton…on n’entend qu’eux…l’entrepôt est très grand donc ça résonne énormément. Je ne vois personne.

J’arrive au milieu, plusieurs couvertures couvrent le sol…je comprends que c’est ici que je vais me donner à lui…d’ailleurs la voix dit « arrête toi là ».

Le silence me semble interminable, mon cœur bat plus vite…avant que la voix dise « commences à te déshabiller » …

Après un moment d’hésitation, je pose mon sac à main au sol…puis je retire ma veste…mon chemisier…ma jupe……je suis maintenant droite, une main sur mon soutien-gorge, et l’autre sur mon string…comme pour les cacher….

« Elle est bien foutue madame la DRH. Mets-toi à poil. »

Je me mis à dégrafer mon soutien-gorge pour libérer mes seins…qu’un bras est de suite venu cacher…pendant que mon autre main descendait mon string avant de venir cacher mon sexe à la vue de cet étranger…

Je restais ainsi immobile, la honte m’envahissait …je ne savais même pas de quel côté il me regardait ce qui ne faisait que renforcer mon embarras…

« Il y a un bandeau noir au sol, bandes toi les yeux et tu as intérêt à ne plus rien y voir » …je m’exécutais.

Puis j’entendis des pas se rapprocher…puis plus rien …il devait être là…sur les couvertures…tout proche…

Je sentis une main se poser sur mes seins, les caresser, les malaxer, les titiller …mais…au même moment deux mains se posaient sur mes fesses …alors qu’une autre se glissait entre mes cuisses…il y avait donc deux hommes…..

Ils échangèrent un « elle est vraiment bonne » …puis l’un d’eux me dit « nous ce qu’on veut c’est comme le patron, si tu es gentille avec nous, et obéissante, ton mari ne saura jamais que tu l’as fait cocu… » … « et tu vas voir de la bonne bite d’ouvriers c’est très bon aussi, et en plus on a mangé de la pilule bleue …pour faire durer le plaisir… » …l’autre éclata de rire en entendant cela.

J’étais tripotée dans tous les sens, à croire que ces mecs n’avaient pas touché une femme depuis des lustres. L’un d’eux pris ma main, la guida sur sa verge toute droite…ils étaient déjà à poil eux aussi.

Ils m’allongèrent sur le dos sur les couvertures, l’un s’était mis entre mes cuisses et me léchait abondamment ma chatte, quand l’autre m’obligea à mettre le haut de corps en position latérale avant de poser son gland sur ma bouche….

Pas évident quand on ne voit rien mais il était clair qu’il voulait que je le suce. Sa queue sentait fort, sûrement parce qu’elle n’était pas rasée, mais elle remplissait ma bouche de des va et vient. Je branlais sa tige tout en la suçant, je répondais à ses directives « c’est bon… lèche mon gland » … « n’oublies pas mes couilles avec ta langue » …puis je sentis son sperme gicler dans ma bouche, tout en lâchant à l’autre homme « t’en a pas marre de la lécher, baises la…tu vas voir comme elle est bonne notre DRH » …

Je continuais de lécher sa bite qui commençais à ramollir quand je sentis l’autre présenter son engin puis me pénétrer en une fois…faut dire que j’étais trempé tant du ruissellement de ma chatte que de sa salive qu’il avait largement déposée…car contre toute attente, je prenais du plaisir avec ces hommes…

Je ne compte pas pendant ces heures, le nombre d’assaut subis…sûrement un effet des pilules bleues…mais ils m’ont baisée dans tous les sens…j’ai juste réussi à préserver mon anus quand j’ai dit à celui qui venais d’y insérer deux doigts que je le suppliais d’arrêter et que même mon mari n’y avait pas droit…

Rhabillée, je conduisais en direction de la maison…je sentais le sperme s’échapper de mon vagin, inonder mon string…et couler le long de mes cuisses…j’avais été baisée longuement…mais l’honneur était sauf…mon mari ne saurait jamais que je m’étais faite prendre un jour par mon patron

Quand à ces deux hommes, je n’ai jamais su qui ils étaient, à part des ouvriers de la boîte.

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur  ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www. facebook. com/nouveauxinterdits

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

  1. Assas le à
    Assas

    Bonjour
    la fin est un peu décevante. Je m’attendais à mieux. Peut être son mari avec un copain, ou 2 copains de son mari avec lui en voyeur, ou ….
    Il y avait beaucoup de possibilités.
    Vous êtes un excellent narrateur ou une excellente narratrice et c’est très bien écrit
    A bientôt pour une nouvelle histoire ?

  2. Ralf le à
    Ralf

    Magnifique!
    Excitant et très sensuel !
    Les plaisirs de l’interdît.
    Superbe

  3. Vanessa le à
    Vanessa

    ça ne peut pas être la fin car les coupables ne sont pas punis. (Signé Vanessa) Mon amie-sorcière a sans doute en tête quelques sévères châtiments et croyez-moi, elle aime les infliger personnellement ! (Signé : Alex)

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *