Dans la peau d’une esclave – 3

12345
Loading...

mia michael


BDSMscience-fiction


DANS LA PEAU D’UNE ESCLAVE – ÉPISODE 3

On arrive dans la clinique d’un autre frère du Temple d’Athéna, le Professeur Di Martino.

Aïcha et une infirmière prennent la valise. On va dans la salle d’opération. Elles mettent Fenza sur une table. Elle est nue, et même si ça me fait mal aux seins, (oui, là, où il y a ma puce), je dois reconnaître qu’elle est vraiment séduisante… enfin, dans le genre menu… Elle n’a que trois ans de plus que moi, mais on lui donnerait plusieurs années de moins.

Le professeur me dit :

Alors, on en fait une bimbo, Calypso ?

Exactement. Si vous pouviez augmenter le volume des seins et des fesses… Et les grandes lèvres qui sont ridiculement peu apparentes. Une esclave, doit avoir une grosse chatte bien visible, vous ne trouvez pas ?

Si, bien sûr. Ce que je peux faire aussi c’est changer sa voix, comme si elle venait de respirer de l’hélium, mais en plus fluet.

Je ris de bon cœur en l’imaginant hurler des ordres avec la voix aiguë d’une fillette de 8 ans.

Le professeur prélève un tout petit peu de graisse sur une fesse de Fenza. Il met l’échantillon dans un appareil qui lui a fourni aussitôt une graisse en tout point comparable, aucun rejet possible. Il gonfle ses seins, les faisant passer d’une taille 85 à une taille 90. Pas plus, je veux que ce soit… harmonieux. Par contre on a mis nettement plus de graisse dans ses fesses. Comme, cette garce a une taille mince, le résultat est spectaculaire. Elle peut aller dans le monde Lambda, jouer au volley sur la plage d’Ipanema avec les filles du coin !

Il a aussi augmenté le volume des grandes lèvres, qui pendent, juste ce qu’il faut, entre ses cuisses. C’est vraiment obscène.

Je remarque qu’après toutes ces manipulations, le professeur a une belle bosse dans son pantalon.

Je lui dis :

Vous voulez qu’Aïcha vous soulage.

Oui, c’est pas de refus.

Je regarde Aicha et aussitôt, elle va se mettre à genoux entre les jambes du professeur. Aicha est une perle… pas pour l’enfiler, on n’a pas le temps. Elle dégage le sexe du professeur et le prend aussitôt en bouche.

Pendant qu’elle le suce, il me dit :

On a mis au point un nouveau gadget pour la TDF (Triade du Dragon de Feu). Je crois que ça va être le truc à la mode cet été. Va voir dans le fond de la pièce, derrière l’armoire.

Il est bien gentil le prof, mais je n’ai pas vraiment le temps de jouer. Mais bon, je vais voir. Il y a une chienne dans une cage ! Enfin, il s’agit d’une esclave nue, mais avec des petites oreilles pointues et une belle queue en panache. C’est très mignon. La petite bête me regarde en gémissant, avec des yeux suppliants, genre, « j’ai perdu ma maman. » Elle a un collier avec une plaque, sur laquelle il est écrit son nom : « Louna ».

Je retourne dans la grande pièce et je dis :

Elle est belle comme tout professeur ! C’est inouï ce que vous arrivez à faire.

Il répond :

Aaah… oui… Tiens ! Aaaah et tiens… Avale bien tout !

Mais, là, c’est à Aicha qu’il s’adresse et il parle des 10 CC de sperme qu’il vient de lui envoyer dans la bouche.

Ça fait du bien ! Excuse-moi, Calypso…Si cette petite bête te plaît, tu peux l’avoir. Elle est un peu ratée celle-là, sa queue est décentrée. De toute façon, on a plusieurs autres esclaves qui seront opérées demain.

Elle a effectivement la queue qui tire un tout petit peu sur la gauche, mais, ça ne me dérange pas. J’ai eu un amoureux qui était dans le cas et ce n’était pas désagréable du tout.

Merci, c’est vraiment gentil…

Il arrive en se rajustant,

Toujours ravi de faire plaisir à une Sœur (du Temple d’Athéna).

Il ouvre la cage et dit :

Allez, sort de la.

La petite chienne a l’air d’avoir très peur de lui. Elle saute sur le sol et vient aussitôt se cacher entre mes jambes. Elle me lèche même les chevilles en remuant la queue.

Le professeur prend une laisse qui se trouve au-dessus de la cage et lui donne un bon coup sur les fesses, en disant :

On a dit, pas lécher, sale bête !

Aussitôt la chienne s’aplatit, les oreilles baissées.

Le professeur me donne sa laisse et un morceau de grosse corde qui est son jouet préféré. Avec son collier, c’est tout ce qu’elle possède.

Il me dit :

Voilà, elle est à toi. Nourris-la deux fois par jour et sois ferme avec elle, quelques bon coups de laisse lui rappelleront qui est la maîtresse.

Merci beaucoup. Dites, elle sait parler ?

Oui, si tu l’y autorises et elle peut marcher, aussi, mais pas trop souvent, il faut que ça reste une chienne.

Il regarde sa montre,

Il faut que je file. Je te laisse terminer avec mon infirmière.

On s’embrasse… sur la bouche…

Je donne la laisse à Aicha pour qu’elle attache la petite chienne.

Pendant ce temps, l’infirmière a fait un petit travail dans la gorge de Fenza.

Elle me dit :

Voilà, Excellence, elle a la voix d’une petite fille.

Excellence ! Putain, je ne m’y fais pas !

Elle va chercher deux autres femmes.

La coiffeuse teint les cheveux de Fenza en blond platine, mais en laissant de grandes repousses noires. Ça fait négligé et salope à souhait ! Une vraie bimbo de bars à matelot…

L’esthéticienne lui fait une épilation définitive totale. Une esclave n’a pas à avoir des poils et puis, elle ne doit pas dissimuler la grosse moue boudeuse que font ses grandes lèvres entre ses cuisses.

Ensuite… Oui, c’est une longue transformation, un homme vient lui tatouer un grand « ESCLAVE » entourée d’une chaîne, sur le côté du cou. Puis, autour du poignet et de la cheville gauche. Il lui imprime aussi deux marques au fer rouge, (hélas, elle dort toujours, j’aurais aimé la voir gigoter sous le fer rouge…), une fleur de Lys, sur l’omoplate en souvenir des putains de l’Ancien Régime et une marque sur la fesses gauche avec le fer qui est employé dans les marchés aux esclaves du monde Lambda. Il représente une esclave à genoux qui tend les bras, entourée de la mention « Esclave »

Pour terminer, on lui injecte la minuscule puce de l’esclave qui a pris sa place. Dorénavant, elle n’a plus aucuns droits… si, ce n’est le droit d’obéir !

Je me dis, « Tu vas avoir une grosse surprise, Fenza ! »

Je regarde ma création : une fille avec de beaux seins en poire, des fesses de Brésilienne, une chevelure bicolore et… une voix de dessin animé. Elle est décorée de 3 tatouages et deux marques au fer rouge.

Elle ressemble à ce qu’elle est, une belle bête pour le plaisir et le travail. Mission accomplie.

On rentre chez nous et on va déposer la nouvelle esclave dans une des chambres communes…

Je vais me coucher avec Aicha… qui sait ce que j’attends d’elle : sa bouche sur ma chatte, qui est toute collante… mais, plus pour longtemps…

Tout en appréciant la technique de mon esclave, je me dis que j’ai vraiment aimé cette aventure. Il faudra refaire ça… Monter un petit commerce, genre « Avec Calypso, Changez de peau »… enfin peut être pas un petit commerce, car les frères du Temple et de la Triade vont certainement voir les choses en grand

Mmmhhh… Aicha est douée… On pourrait penser que je suis à sa merci maintenant, si elle révèle tout ce qu’elle sait, le scandale serait énorme et… « Oh oui… là, ma belle… doucement » et je risquerais la relégation sur une planète bagne… J’ai pris mes précautions, grâce à un petit gadget qui… « ooooohhh … ouiiiiiii !!! Je jouis !! »

Pfff… j’ai pris deux fois mon pied dans la soirée, une première fois en transformant ma marâtre de belle-mère en esclave bimbo et maintenant sous la langue d’Aïcha. Je lui dis :

Viens m’embrasser, ma belle…

Ce n’est pas tant sa bouche que j’aime, c’est mon odeur et mon goût sur sa bouche.

Chapitre 4 – Mais, qui suis-je ?

Fenza.

Je me réveille… péniblement. Je n’ai pourtant rien bu hier et c’est comme si j’avais la gueule de bois ! J’ouvre les yeux et… je ne suis pas dans ma chambre mais dans le quartier des esclaves ! Mais, qu’est-ce que je fais ici ??

J’ai mal à la tête, mais aussi à une fesse aussi et à une omoplate !

Je passe la main sur la fesse et je sens un pansement, mais qu’est-ce qu’il s’est passé hier ?

Je me lève et me dirige les jambes tremblantes vers la grande véranda qui s’ouvre vers le jardin.

J’ai de plus en plus mal à la fesse et à l’omoplate.

Je dois passer par le jardin et sous la grande tente blanche. Je vois ma belle-fille Calypso. Elle est punie et devrait toujours être enchaînée à son lit, jusqu’à ce que je décide d’aller la délivrer. Elle déjeune… avec l’esclave Aïcha, qui est assise devant elle. Deux esclaves les servent, tandis que Calypso caresse une esclave qui a des oreilles et une queue de chien. C’est un mauvais rêve délirant ? Si, c’est la réalité, elle va le payer, la garce. Je lui dis :

Qu’est-ce que tu m’as fait ?

Oh, ma voix ! J’ai une voix de petite fille ! Je deviens folle !

Où est Lisa ?

Calypso me regarde en souriant,

Qu’est-ce que tu veux esclave ? Tu cherches à te faire fouetter ?

Esclave !!

Il y a un grand miroir appuyé contre un arbre. Calypso dit aux deux esclaves :

Déshabillez-la et amenez-la devant le miroir.

Aussitôt les esclaves m’enlève ma chemise de nuit et me conduise devant le miroir. Calypso nous rejoint, sa petite chienne sur ses talons.

A suivre.

Les tomes 1, 2, 3, 4 et 5 de Mia sans dessous sont ici :
http://www.lamusardine.com/P31501-mia-sans-dessous-4-morgan-bruce-michael-mia.html

Mes livres non illustrés, ici :
https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0 …

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

***

Retrouvez les autres histoires de Mia Michael :

https://blog.meshistoiresporno.com/author/mia-michael/

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

  1. Massart Jean Louis le à
    Massart Jean Louis

    Parfait comme à son habitude on attend la suite avec impatience

  2. Jean Marie le à
    Jean Marie

    C’est avec beaucoup de plaisir que je suis cette nouvelle série de Mia dans laquelle elle démontre sa capacité d’imagination pour développer une fiction s’inspirant de la réalité. Dans l’attente de la suite !!! Bisous à l’auteur !!!

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *