La Boutique de Lingerie (3)

12345
Loading...

Assas


exhibition et voyeurismelesbien


Toutes mes amies m’appellent Chris, j’ai 40 ans, je suis mariée et je travaille dans une boutique de lingerie. Pas une boutique de marque dans une galerie commerciale, une boutique indépendante dans une rue dans le centre d’une grande ville avec un choix de la lingerie classique mais toujours avec une esthétique recherchée, pour les jeunes femmes et les moins jeunes, mais également des marques de luxe et un rayon au fond de la boutique très coquin pour ne pas dire érotique.

Dans le premier chapitre, j’ai raconté ma rencontre avec Sophie, plus jeune que moi de 10 ans, lesbienne convaincue, qui me séduit dès la 1ère minute, lors d’un achat de lingerie accompagnée de sa mère, avant de revenir seule le lendemain. Dans le second épisode, Sophie et moi nous installons ensemble et Sophie me fait découvrir un Club privé lesbien.

Le dimanche matin, c’est grâce matinée, après cette soirée au club lesbien. Les filles ont du mal à émerger et en plus elles ne peuvent pas résister à un câlin amoureux.  Sophie prend tout son temps au risque d’être en retard. Elle va à ce déjeuner un peu à contre cœur, n’ayant pas envie de s’éloigner de son amoureuse.

– Tu aurais peut-être dû accepter que je vienne comme ta mère te l’avait proposé.

– Non pas question de céder à ma mère, je veux t’éviter l’examen de passage. Je ne lui ai jamais présentée qui que ce soit. Elle va s’en donner à cœur joie, lui répond Sophie.

– Écoute, tout va bien se passer, elle va vite comprendre que notre histoire est sérieuse et que tu es très amoureuse. Si tu as envie que je te rejoigne, appelle-moi et je viendrai.

Même si Chris a confiance sur le bon déroulement, elle a du mal à rester calme. Un coup de téléphone va la délivrer. C’est presqu’en courant qu’elle rejoint sa compagne. L’accueil de la mère de Sophie est chaleureux. Sophie écourte un peu la conversation au bout d’une heure car elle n’a qu’une seule envie, c’est de se promener main dans la main sous le soleil.

Alors que Sophie et Chris s’assoient dans un parc au soleil un peu à l’écart, Sophie se confie à Chris.

– Je n’ai pas eu le temps de te le dire ce matin au réveil, mais tu as chamboulé mes préjugés hier soir par deux fois. Une première fois quand tu étais sur mes genoux et que nous regardions la jeune femme se faire fesser et que je sentais ton excitation et puis une seconde quand je t’ai fessée en arrivant chez nous. Devant la croix, c’est toi que je voyais attachée et moi avec la cravache. À la maison, à te fesser j’étais aussi excitée que toi, mais je n’ai pas osé te le montrer. Jusqu’à hier soir, j’étais indifférente et même j’avais un certain mépris pour celles qui s’y adonnaient. Je ne pense plus que pimenter nos étreintes en me montrant dominatrice.

– Me promener nue en été sous ma robe ou faire du topless sur la plage et même du naturisme, j’ai toujours aimé et j’ai découvert une fois que quelques claques sur mes fesses pendant l’acte augmentaient mon plaisir, mais hier soir je n’ai pas réussi à ne pas couler devant la croix et quand tu m’as fessée, j’ai explosé. Tu t’en es rendue compte. Tu es très douée, j’ai eu du mal à croire que c’était la 1ère fessée que tu donnais.

– À ce propos, tu as mis une petite culotte pour venir ?

– Oui, j’ai une petite culotte qui s’est humidifiée en parlant de fessée et un soutien-gorge. Pas question pour moi de choquer ta mère. Je voulais être une femme parfaite à ses yeux !

– Eh bien, tu sais ce qu’il te reste à faire, enlève les deux et donne-les-moi.

Chris regarde autour d’elle, et en étant la plus discrète possible, lève ses fesses pour faire glisser son bout de chiffon trempé et enlever son soutien-gorge en ouvrant les boutons de sa robe. Sophie prend tout son temps avant mettre la petite culotte de Chris dans son sac, elle la porte à ses narines pour sentir plusieurs fois les effluves intimes de sa compagne

– Tu te rends compte de ce que tu me fais faire, humer une petite culotte trempée en public, lui dit Sophie avant d’éclater de rire.

Après quelques baisers discrets échangés sur le banc, elles repartent, main dans la main, se promener. Ni l’une, ni l’autre n’a envie de rentrer.

Alors que le soleil se couche, Sophie entraîne Chris, dans une rue à la limite du quartier chaud de la ville.  Chris s’en aperçoit en voyant la première vitrine dans laquelle la lingerie et quelques boités de gadgets sont exposés.

– Tu viens souvent ici, demande Chris

– Une fois ou deux je suis venue pour acheter une tenue sexy pour aller dans le bar lesbien. Je t’avoue que je n’étais pas très à l’aise, mais avec toi, j’ai l’impression que toutes mes barrières sont en train de tomber.

Les deux femmes choisissent de rentrer dans un magasin dont l’enseigne fait de la publicité, mettant en avant que c’est un magasin coquin fréquenté par les couples.

En effet, en rentrant, elles s’aperçoivent que la clientèle est mixte, quelques hommes seuls et quelques couples se promènent entre les rayons. Elles sont le seul couple de femmes, mais personne n’y prête vraiment attention.

Après s’être arrêtées devant les rayons de vibromasseur, de godemichets, dont certains très réalistes, elles arrivent devant les rayons de tenues féminines plus érotiques les unes que les autres. Un jeune couple est présent dans le rayon. Chris regarde avec intérêt les modèles choisis par la jeune femme sous les yeux de Sophie qui s’en amuse.  Le compagnon de cette jeune femme la pousse sans difficulté à choisir les robes les plus courtes et les plus ajourées. Chris la rejoint pour choisir à son tour une robe. Elle aussi cherche une robe ultra courte qui dévoilera ses trésors, une robe pour provoquer dans une future soirée dans le bar ou le club lesbien. Quand la jeune femme s’aperçoit de ses choix, elle lui adresse un sourire de connivence.

– Vous avez une cabine, lui demande la jeune femme

– Non, pas encore lui répond Chris. Les cabines semblent trop petites pour essayer dans la même, mais nous pouvons choisir des cabines face à face pour comparer nos tenues.

Avec 2 robes sur le bras, Chris rejoint une cabine et la jeune femme l’imite dans celle d’en face. Sophie et le compagnon les rejoignent, se doutant qu’elles ne vont pas en rester là.  Sophie reste devant la cabine, s ‘appuyant sur le côté du rideau empêchant Chris de le fermer si toutefois elle en avait eu l’intention.

Chris défait sa robe en un geste. Elle est nue face à la jeune femme, qui porte un micro tanga, et à son compagnon.

Elles sont aussi sexy l’une que l’autre, en hauts talons, robe au ras des fesses, avec un décolleté jusqu’au nombril et dos nu.

– Tu devrais enlever ton tanga, lui dit Chris. Cela fait une marque, et ce n’est pas joli.

– Tu veux venir me l’enlever ? lui demande la jeune femme avec une pointe de provocation.

Chris, excitée, la rejoint. Accroupie les cuisses ouvertes, elle passe les mains sous la robe en laissant ses mains la caresser depuis les genoux puis tire sur le tanga pour découvrir une fente humide totalement épilée. Chris ne peut s’empêcher d’embrasser cette fente dont les petites lèvres sont déjà ouvertes.

La jeune femme ouvre ses jambes pour lui donner son accord et appuie sur la tête de Chris qui commence à laper cette chatte coulante, plonge au plus profond pour goûter sa liqueur. Quand elle atteint enfin le bouton, s’étant fait volontairement attendre, la jeune geint de plaisir sans se préoccuper du bruit qu’elle fait.

La vendeuse a rejoint la cabine, juste derrière Sophie. Quand elle passe sa main sur ses fesses, puis plonge ses doigts dans sa fente, Sophie ne la repousse pas, excitée par le spectacle donné par Chris. La vendeuse imite Chris, accroupie devant Sophie, elle lui prodigue les caresses buccales qui la font aussi feuler de plaisir.

Le compagnon de la jeune femme reste spectateur, mais au vu de la bosse de son pantalon, il n’est pas insensible au spectacle. Sa compagne, en ayant fini avec Chris, l’attire dans la cabine, descend sa braguette et absorbe sa queue tendue.

Avant de payer à la caisse, Sophie entraîne Chris vers les godemichés.

– Je peux vous aider lui demande la jeune vendeuse ?

– Oui, volontiers nous cherchons un god ceinture de bonne taille, pour satisfaire ma compagne.

La vendeuse lui propose un modèle dont une partie s’introduit dans la fente de celle qui le porte, lui assurant que le plaisir sera partagé.

– Vous l’avez essayé ? lui demande Sophie

– Oui, j’ai adoré

Chris est toute rouge, surtout que la conversation s ‘est déroulée à voix haute, faisant profiter les quelques clients de l’échange.

En sortant la jeune vendeuse leur adresse avec un grand sourire un « Au revoir et à bientôt j‘espère », auquel Chris et Sophie lui répondent en lui envoyant un baiser du bout des doigts.

J’ai hâte de porter cette robe en soirée, mais avant je ne vais pas pouvoir attendre de te faire jouir avec cette queue.

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *