L’Amazone

12345
Loading...

unbeautenebreux


soft


(À Michèle, c’est elle la narratrice de cette petite nouvelle)

Nous sommes allongés sur ce large lit, côte-à-côte. Fatigué, il s’est endormi sur le dos, les mains sous la tête. De mon côté, je réfléchis sereinement au parcours qui nous a amené jusqu’ici. Le soleil, adouci par l’automne, pénètre par une fenêtre ouverte. L’auvent de la petite terrasse se balance furtivement dans la brise. Au loin, un clocher égraine les heures au gré de l’après-midi.

Je me tourne sur le côté et le dévisage tendrement, cet amant si longtemps attendu et ardemment recherché. Il est calme et détendu. Les rides sur son front se sont en partie effacées …. Je pouffe en moi-même à l’idée de pincer le lobe fendu de son oreille sans défense. Timidement, je tends une main légère et aérienne vers son torse glabre, effleure du bout des doigts tendus son sternum et m’attarde un instant sur un minuscule mamelon. Puis ma main, telle une aile, remonte à son épaule rassurante et se pose enfin.

Jusque-là, nul mouvement de sa part, aucun tressaillement apparent. Qu’il est calme et relâché dans son sommeil profond. Seules ses pupilles, dans le relief des paupières, sont étrangement mobiles. Probablement qu’il rêve. Rêve-t-il de nous, chevauchant sans frontières, ni retenue, à travers l’azur, vers d’autres horizons ?

Soulevant lentement ma tête, je dépose délicatement des baisers. D’abord au creux de son coude puis un autre sur son flanc pâle et sur son ventre souple. Soudain l’envie me prend et, repoussant le drap qui nous couvre, je bascule sur mon genou, m’appuyant sur le coude, pour enjamber son bassin immobile, telle l’amazone enfourchant sa monture. Ses yeux s’entrouvrent et entre ses paupières mi-closes apparaissent, comme deux étoiles fugaces et mobiles, ses prunelles encore endormies. Son nez frémit, son front se plisse … il s’éveille en douceur.

Profitant de l’aubaine, j’imprime à mon bassin une légère bascule, frottant contre son pubis l’origine de ma fente. Cette fois, il est là, je le sens. Tout d’abord dans ce mât, jadis rabattu, qui maintenant se redresse. Mais aussi dans ses mains qui gentiment me pressent : l’une sur ma cuisse, l’autre sur mon sein, chacune occupée à masser mon derme et mes muscles.

Nous restons ainsi en suspension …. Nos respirations, auparavant anarchiques, ont trouvé un pas commun, un rythme partagé. Ô quelle douce communion à cet air fluide et tiède dans lequel nous baignons.

Je me soulève à nouveau pour libérer de ma main ce fougueux animal et le rabattre sur son ventre. Cette fois-ci il tressaille et gémit brièvement.

Nouveau point d’orgue dans notre partition. Je me penche en avant et lui présente mes lèvres tendues qu’il happe prestement en soulevant sa tête. Baiser langoureux et longuement savouré.

Entre-temps, ses mains ont glissé vers mes fesses, qu’il caresse régulièrement en cercles concentriques. Un premier frisson me parcoure et me pousse en arrière. Je m’appuie des paumes sur ses genoux, libérant un peu mon étreinte cavalière. Nouveaux gémissements, simultanés cette fois-ci. Ses pouces curieux explorent ma chatte exposée et parcourent sans relâche mes propres aspérités. Il m’impose son tempo, sa cadence, comme une mélodie entêtante et rythmée.

Nouvelle pause, nouveaux regards croisés, nos yeux plongés l’un dans l’autre, arrimés l’un à l’autre. Quelques secondes d’éternité passent sans souffler.

Je détends mes hanches, allongeant lentement mes cuisses le long des siennes, mes pieds vers ses pieds, tout là-bas à l’autre extrémité du lit étalé. Mon bassin se décolle et, d’une main gauche mais hardie, il dirige son étamine durcie vers l’entrée de mon pistil accueillant et dilaté ….

Une belle après-midi de retrouvailles attendues avec mon amant retrouvé et jamais reperdu !

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

 

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *