LAURE ET SOPHIE, DOMINATRICE – EPISODE 5

12345
Loading...

Assas


à plusieurslesbiensoumission et domination


Pour ceux qui n’ont pas lu, les épisodes précédents  « Laure …………. ».

Les épisodes sont indépendants mais les lire dans l’ordre permet de mieux comprendre le parcours de Laure.

Laure 38 ans propose à une amie, la mère d’Antoine 23 ans de l’accueillir chez elle pour lui faciliter ses études en contrepartie d’une aide scolaire à sa fille Claire 16 ans. Très vite Antoine est séduit par cette quadra  et Laure craque pour lui. Antoine convaincu des envies refoulées et des fantasmes de Laure décide de lui faire abandonner ses principes et de lui faire connaître des plaisirs inconnus.

Dans l’épisode précédent (n°4)  Laure retrouve Sophie, une amie qu’elle avait perdue de vue. Invitée à déjeuner un dimanche avec Antoine chez Sophie et Jean son mari, Laure cède aux avances de Sophie qui a toujours eu envie d’elle, devant les deux hommes.

 

En rentrant un soir de l’hôpital alors que Laure est en congés à la maison avant que nous partions une semaine à la mer, elle m’annonce que Sophie, sa meilleure amie quand elle avait 20 ans, qu’elle a retrouvée récemment par hasard pendant un shopping lui a téléphonée pour l’inviter à venir passer 2 ou 3 jours chez elle et son mari dans sa maison avec piscine  que nous connaissons depuis un dimanche très chaud !

– Chéri, Sophie m’a appelée pour me proposer de venir passer 2 ou 3 jours chez eux et profiter de la piscine avant que l’on parte en vacances. Alain son mari travaille comme toi et ne sera là que le soir. Sophie nous propose que tu viennes nous rejoindre tous les soirs après l’hôpital, 10 kms ce n’est pas loin, qu’en penses tu ?

On pourra aller faire du shopping, profiter de la piscine et encore de plein d’autres choses entre filles !

– A ton sourire, tu es déjà excitée à l’idée de passer tes journées entre filles. Sophie va pouvoir profiter de toi en permanence. Toi qui me disait que les femmes ne t’intéressaient pas, j’ai déjà vu comment vous vous êtes amusées quand on a été invités pour déjeuner dimanche. Bien sûr que je suis d’accord, mais à une condition, appelle là, je souhaite lui parler avant.

Immédiatement Laure se jette sur le téléphone et me le donne.

– Bonjour Sophie, Laure m’a parlé de ta proposition. Je suis d’accord et si Alain est auprès de toi, mets le haut parleur. Pour être transparent avec vous 2, et comme vous le savez pas de contact physique avec un autre homme que moi, et son petit tunnel étroit m‘est réservé, pas de pénétration. Tu peux exciter sa corolle mais c’est tout.  Pour le reste, elle est à toi, tu disposes d’elle comme tu veux, et tu lui apprends tout  ce qu’elle ne connaît pas de l’amour entre filles.

– Antoine, compte sur moi, c’est très clair. Tu n’as rien à craindre d’Alain. Elle peut venir demain matin ?

– Sophie, elle n’attend que ça. Son sac va être vite fait, 1 ou 2 débardeurs qui ne cachent rien de ses 2 jolies poires et de ses tétons dressés, une jupe ras des fesses et un micro short. Ni culotte, ni soutien gorge, y compris si vous allez faire du shopping.

Si Alain m’entend, je lui propose que tu l’imites, pas de string, et aucun sous vêtement pendant le séjour de Laure.

Alain est tout de suite d’accord et pour la 1ère fois, je ne la touche pas de la soirée. Je veux qu’elle soit frustrée avant de retrouver son amie.

Quand je rejoins le lendemain soir la maison de nos amis, c’est deux femmes nues et bronzées qui m’accueillent. Laure est en pleine forme et elle a plein de choses à me raconter. Une douche avant de plonger dans la piscine, imité par Alain, et de les rejoindre pour l’apéritif.

Sophie se fait un plaisir pour nous raconter leur journée autour de la piscine à bronzer, mais aussi à profiter l’une de l’autre.

Je ne savais pas que Laure léchait aussi bien une chatte. Elle m’a jouir plusieurs fois, y compris quand elle a décidée de m’agacer ma petite entrée avec sa langue.  Moi aussi j’ai bien profité de son minou, quelle jouisseuse, jamais rassasiée. Et j’ai profité de ses 2 poires et de ses tétons, j’en ai tellement rêvé quand j’avais 20 ans, mais elle était tellement coincée que pas touche. Je rattrape mon retard et c’est pas fini. Quand elle reviendra chez vous,  elle sera totalement dépravée.

Eclat de rire général.

Laure ne peut s’empêcher de nous donner des précisions, assise sur son fauteuil de jardin  avec un pied posé sur le bord, exposant totalement un minou bien humide à nos regards,

– Sophie, nous dit elle, m’a fait  découvrir le plaisir d’une langue féminine, elle lèche comme une reine et j’aurais pu rester des heures en 69. J’ai adoré renter mon bout de langue dans son petit trou. Je comprends maintenant pourquoi mon chéri aime mouiller cette entrée.

Sophie reprend pour nous dire que Laure est une amante sensationnelle même si elle ne l’a pas parfois écoutée. Je voulais l’épuiser mais elle n’a pas été  jusqu’au bout

– Je t’avais dit au téléphone qu’elle t’appartenait pendant ce séjour, il ne fallait pas hésiter à la punir, une bonne fessée sur tes genoux pour lui apprendre l’obéissance. Je n’ai pas réussi à la fesser un soir, je ne voulais pas risquer de lui faire mal. Mais toi, vas y.

Laure ayant compris qu’elle n’y échapperait pas, va s’allonger sur les genoux de Sophie qui commence doucement à la fesser puis petit à petit accentue la force des claques, jusqu’à la faire gémir de douleur et bientôt de plaisir.

– Puisque tu as l’air d’aimer la punition, va te mettre à genoux devant ton homme et ton Maître et implore  de te fesser jusqu’à ce qu’il te fasse crier.

– Mon Homme, mon Maître, je vous supplie de me fesser jusqu’à entendre mes cris et de vous arrêter que quand vous l’aurez décidé.

Je prends le visage e Laure et j’embrasse se lèvres avant de la coucher sur mes genoux et insérant une jambe entre ses cuisses pour qu’elle puisse frotter sa chatte sur ma cuisse et mélanger jouissance et douleur. Je la claque beaucoup plus fort que Sophie, et malgré tout retient ses cris

– Et toi, Alain viens te mettre à genoux pour me lécher. Tu n’es bon qu’à ça. Applique toi, si Laure jouit avant moi tu seras puni

Laure et moi sommes surpris par le ton autoritaire de Sophie. Ils ne nous ont pas tout dit encore sur leur couple.

Laure commence à geindre et je la soupçonne à ses allers retours de plus en plus appuyés sur ma cuisse de vouloir jouir la 1ère pour en savoir plus sur la suite.

Laure jouit à grands bruits, peut être un peu trop, avant son amie.

Sophie apostrophe Alain en lui disant d’arrêter, qu’il est bon à rien et qu’il sera sévèrement puni.

– Viens ici, Laure. Tu vas montrer à ce minable, comment tu me fais jouir.

Laure y met tout son talent avec réussite et reste aux pieds de Sophie.

– Alain, sers nous à boire et  apporte moi la cage de chasteté. Il n’y a pas de raison de cacher nos pratiques de couple devant nos amis.

A son retour, Sophie poser la cage de chasteté au centre de  la table.

J’ai toujours été une femme hyper sexuelle et je suis devenue de plus en plus dominatrice. Alain m’est totalement soumis sexuellement. Nous n’avons osé vous en parler dimanche, car même si vous paraissiez avoir l’esprit large, cela peut choquer.

Laure et moi faisons non de la tête.

Je suis bi sexuelle comme vous avec pu le voir, et j’ai besoin d’hommes endurants et très membrés. Ce n’est pas le cas d’Alain, petite bite et il ne tient pas longtemps.. Petit à petit, surtout pendant notre séjour à l’étranger, j’ai pris des amants sans me cacher d’Alain parce que je l’aime et que je suis très heureuse avec lui. Il est cocu et est heureux, c’est le principal.

Il m’arrive de le punir, et je sais que cela l ‘excite et lui plait même si parfois c’est difficile.

Viens ici lui, dit elle. Alain s’approche, Sophie lui met la cage de chasteté en se moquant des dimensions de son sexe par rapport au mien  et ferme à clé la cage. Puis elle se lève et vient passer autour du cou de Laure la chaine en or avec la clé.

– Cette fois ci c’est Laure qui a la clé. Inutile de me supplier d’ouvrir. Arrange toi pour ne pas avoir d’érection. Et  je te rappelle qu’il t’est strictement interdit de toucher Laure.

Je verrai demain avec Laure combien de temps elle va la garder.

Je comprends mieux pourquoi, elle m’avait dit au téléphone que je n’avais rien à craindre entre Alain et mon amour.

Le soir même, j’ai bien l’intention de m’occuper de Laure et de la faire crier le plus fort possible pour exciter Sophie mais aussi Alain, encagé.

Une fois couchés, je prends Laure contre moi pour qu’elle me confie son avis sur cette soirée et les confidences de son amie sur leur vie. Mais elle en décide autrement  et se met à genoux au pied du lit.

-Maitre, laissez votre soumise s’occuper de vous et vous donner du plaisir. Je vous appartiens, mes trous sont à vous pour y mettre votre semence

Laure a parlé suffisamment fort pour que ce soit parfaitement audible depuis la chambre de Sophie.

– Viens me sucer et je déciderai quel trou je te remplirai.

Elle s’applique et très rapidement j’atteins une érection maximale.

En lui disant de se retourner et de se mettre en position d’Andromaque, Laure espère que j’investisse son petit trou. Je la lèche avec délice pour l’exciter au maximum et la faire couler, et j’excite son entrée privée avec ma langue. Ses  gémissements remplissent l’étage, mais quand je commence à investir sa chatte, ce sont des gémissements frustration.

Maitre, crie t elle, je vous en supplie passez par derrière, j’aime tellement ça. Vous m’avez dépucelé, c’est à vous seul.

– J’ai mal entendue soumise Laure.

Elle décide de crier encore plus fort, Maître, je  vous en supplie enculez moi, défoncez moi le cul, élargissez mon tunnel, enculez moi.

– Depuis quand une soumise se permet d’avoir un langage de putain ?  Le Maitre décide et la soumise accepte.

– Et je lui assène plusieurs claques bruyantes sur les fesses alors que commence à faire des aller retour dans sa chatte.

– Maitresse Sophie, voulez vous profiter de la bouche et de la langue de votre soumise pour vous faire jouir ?

Sophie arrive tout souriante, sachant que la frustration de son mari, encagé, et interdit dans notre chambre, doit lui être intenable. Elle monte s’asseoir sur le lit les jambes grandes écartées devant le visage de Laure, lui appuie sur la tête pour lui écraser la bouche sur ses lèvres intimes. Je fais jouir Laure de longues minutes, lui claquant les fesses pendant qu’elle fait jouir sa Maîtresse.

Le lendemain, dernier soir chez Sophie et Alain, après le traditionnel plongeon dans la piscine, Alain toujours encagé nous sert le champagne. Sophie laisse Laure nous raconter leur journée et leur séance de shopping. Laure a achetée une robe ultra courte dont le haut n’est fait que de deux bandeaux qui sont noués derrière la nuque laissant les poires libres sous le tissu, laissant le ventre et le dos jusqu’à la raie des fesses nus. Il suffit de dénouer le nœud sur la nuque et tout tombe « un appel au viol ».

Sophie lui a offert un kimono du soir en soie qui lui arrive au ras des fesses. Sans culotte elle ne cachera ni sa fente, ni ses fesses. Nouée à la taille par une ceinture, il suffit de ne pas trop serrer pour laisser les yeux et les mains s’occuper de ses seins.

Sophie a amenée Laure dans son  magasin de lingerie préféré et dont je suppose que la propriétaire est très coquine et connaît le comportement de ses clientes. Alors que deux jeunes clientes essayent des strings, porte seins, jarretelles en dentelle très ajourées, dans des cabines dont les rideaux n’ont pas été entièrement tirés,  Sophie demande à Laure d’enlever sa robe dans la cabine d’en face grand ouverte et d’attendre que les clientes puisse voir qu’elle est arrivée entièrement nue sous sa robe.

Sophie fait un choix de kimonos dans le magasin et appelle Laure pour lui demander de les essayer. Laure la rejoint, nue en petits talons pour essayer en plein magasin. Les jeunes femmes n’ont plus de raison d’essayer dans leurs cabines et vont faire leurs choix à moitié nues dans le magasin. La responsable du magasin apprécie, elle avait fermé la porte à clé  en prévision.

Je félicite mon amour pour cette séance d’exhibition entre femmes, sous le contrôle de sa Maitresse.

– Tu mérites un cadeau de ton Maitre, je vais accéder ce soir à ta demande d’hier.

Laure est toute souriante. Sophie intervient en disant que nous avons encore tout notre temps avant de diner et propose que Laure offre ses fesses immédiatement sur la terrasse. Elle prend Laure par la main et la place face à moi pour dénouer sa mini robe qui tombe immédiatement, puis l’entraine vers un coussin devant la piscine pour la faire agenouiller et présenter ses fesses bien cambrées.

– Maitre, me dit Sophie, souhaitez vous que je vous prépare votre soumise ?

Avec mon accord, elle s’agenouille derrière les fesses de Laure et lui fait une feuille de rose, et avec son doigt, puis un deuxième enduits de liqueur, prépare le début de son tunnel. Laure gémit de plaisir et montre son envie en s‘empalant sur ses doigts.

Je présente ma queue devant la chatte Laure pour la lubrifier puis la prenant aux hanches ma queue s’enfonce petit à petit dans un conduit déjà assoupli .

Laure recule pour s’empaler toute seule, puis bouge ses fesses d’avant en arrière. La jouissance monte.

– J’aime me faire enculer, vas y mon chéri pilonne moi, pilonne mon cul de soumise et de salope.

Je ne peux plus me retenir et j’arrose  son tunnel. Elle crie, hurle de jouissance.

Une fois calmée, je lui fais des 10aines de baisers dans le cou sans sortir des on tunnel, où je me sens si bien. Je demande à Laure si elle se rappelle de tous ses propos. Elle me répond par l’affirmative et les revendique.

– Cela mérite une punition. J’espère que ta Maitresse aura du temps demain avant que tu la quittes pour te fesser.

Nous dinons tranquillement après tous ces évènements. Sophie et Laure sont en forme et nous rions beaucoup. Par moments, Sophie regarde son amie avec un petit sourire. Je pense qu’elle a trouvé une idée, peut être ce soir.

Au café, Sophie se lève  pour prendre Laure par la main et l’éloigner de la table.

– Une punition, il ne faut jamais la remettre au lendemain, c’est tout de suite.

Elle bascule Laure sur ses genoux, et la fesse avec force. Laure ne résiste pas, écarte les cuisses pour montrer sa soumission et bientôt crie et pleure avant de feuler de jouissance.

– Attends, je n’ai pas fini avec toi. La fessée est trop douce pour toi. Je vais te faire goûter plus fort, sachant qu’il y a encore beaucoup plus fort. Et je ne demande pas ton avis, ni l’autorisation de ton Maître puisqu’il t’a confiée à moi jusqu’à demain.

Sache que si un jour tu décides de venir de faire dresser, je te ferai connaître des plaisirs interdits et des plaisirs inconnus encore de toi. Je te ferai jouir à un niveau dont tu ne peux pas de douter. Antoine restera ton amour et ton Maître mais je deviendrai ta Dresseuse. Tu deviendras une soumise admirée de tous les Maitres et Maitresses. Réfléchis, car c’est une décision très importante pour toi et pour ta vie. Et peux comprendre que tu refuses pour l’instant. Tu m’opposeras ta vie familiale, ton job, ta réputation si ça se sait. A tout cela, je trouverai des solutions et ta fille ne sera jamais sacrifiée. Je ne suis pas pressée. Je t’attends depuis 18 ans exactement et à cette époque là, je ne pensais pas du tout à cela. Un jour, tu viendras frapper à ma porte, à poil, me demander de m’occuper de toi. Ce jour là, il n’y aura pas de retour arrière.

Sophie part dans la maison et revient avec barres, et bracelets de  cuir pour les chevilles et les poignets, et un martinet.

Attachée selon les indications de Sophie, Laure ne peut plus bouger ni les bras, ni les jambes écartées. Cambrée au maximum, elle offre ses fesses à sa fesseuse.

– C’est vrai que tu as un beau cul, je vais te fouetter au martinet. Demande moi de te fouetter et je commence. Si tu cries trop, je te bâillonnerai.

– Maitresse Sophie, je vous demande de me fouetter et de me motiver pour venir me faire dresser.

Je sais plus quoi penser. Je suis incapable d’intervenir. Sophie commence avec le martinet, et la fouette d’une fesse à l’autre. Laure geint mais beaucoup moins que je pensais, alors Sophie accélère le rythme et applique plus fort le martinet. Les fesses de Laure passent au rouge foncé et sont triées par les lanières. Ce sont des cris,  elle tente de bouger dans tous les sens. Je suis prêt à tout stopper quand sans prévenir sa vessie se vide sous elle et elle hurle de jouissance. Sophie stoppe tout de suite.  Elle vient voir si tout va bien, Laure a les yeux dans le vide. Je vais chercher un linge et de l’eau fraiche pour tamponner ses fesses. Sophie lui donne un verre d’eau à boire et lui dit des mots tendres à l’oreille, puis elle l’embrasse.

-Merci Maîtresse, c’est incroyable. Je n’ai jamais joui à ce niveau là.  Excusez moi de m’être laissé aller.

– c’est normal, ne t’inquiète pas. Tu as été formidable. Ton homme peut être fier de toi et fier d’être aimé, adoré par toi.

Ni l’un, ni l’autre ne pensions vivre ça quand Laure a accepté l’invitation de son amie.

Beaucoup de questions vont se poser en rentrant à la maison. Je vais devoir la rassurer et préparer avec elle le retour de sa fille entre deux séjours de vacances la semaine prochaine.

A suivre …

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *