Laure invitée chez Sophie son amie Dominatrice – Episode 9

12345
Loading...

Assas


à plusieursbisexualitéexhibition et voyeurismelesbiensoumission et domination


Les épisodes sont indépendants mais les lire dans l’ordre permet de mieux comprendre le parcours de Laure.

Laure 38 ans propose à une amie, la mère d’Antoine 23 ans de l’accueillir chez elle pour lui faciliter ses études en contrepartie d’une aide scolaire à sa fille Claire 16 ans. Très vite Antoine est séduit par cette quadra  et Laure craque pour lui. Antoine convaincu des envies refoulées et des fantasmes de Laure décide de lui faire abandonner ses principes et de lui faire connaître des plaisirs inconnus.

Dans les épisodes précédents Laure s’est totalement libérée, que ce soit avec Sophie, une amie dominatrice ou que ce soit en public, quand Antoine lui demande de s’exhiber devant une jeune femme dans un restaurant, en lui montrant son absence de sous vêtements, ou lors de séances de shopping dans un magasin de lingerie. Laure prend du plaisir dans des pratiques qu’elle ne soupçonnait pas, notamment lors de fessées et d’une punition au martinet. Lors des dernières vacances au bord de la mer (épisode 8), Laure a retrouvé la restauratrice et son amie lesbienne pour une nouvelle séance entre filles dans les toilettes puis la salle de restaurant avant de rencontrer une cliente du salon et sa compagne sur une plage naturiste et une soirée décomplexée

Le retour de vacances n’est pas morose comme pour certains. Laure avoue que cette nouvelle vie lui donne une furieuse envie de vivre, qu’elle se sent bien, qu’elle repousse ses limites de semaines en semaines sans plus aucune honte et que de savoir que je vais l’emmener beaucoup plus loin la fait mouiller en permanence.

Dès le deuxième soir, alors que Laure n’a plus qu’une question en tête, c’est de trouver des solutions pour vivre cette nouvelle vie et les nouvelles expériences qu’elle va devoir assurer et assumer avec son travail, mais surtout avec la présence de sa fille, elle m’annonce que Sophie lui a téléphoné.

– Après qu’elle m’ait demandé si nos vacances s’étaient bien passées et essayée d’en savoir plus, elle m’a demandé si nous étions libre pour venir diner vendredi soir. Nous ne serons pas seuls avec eux. J’ai voulu en savoir plus, mais elle m’a dit qu’elle te dirait tout et qu’une soumise n’a pas à poser ces questions. Elle m’a demandé que tu la rappelles.

– Je me doutais bien qu’elle allait essayer de nous inviter pour reprendre la clé de la cage de son mari qui est toujours encagé. Elle a du le cocufier pendant leurs vacances, l’humilier et avoir  des histoires croustillantes à raconter. Je l’appellerai demain.

– Elle ne m’en a même pas parlé. Ca doit l’arranger que nous ayons la clé.

Quand je l’appelle le lendemain midi, hors de la présence de Laure, Sophie m’indique qu’elle a invité deux couples et que notre présence mettrait de l’animation.

– Je connais les deux femmes par le club de sport depuis plusieurs mois. Nous nous sommes rapprochées petit à petit au fil des séances et elles ont commencé à se confier quand je leur ai dit que je profitais de la vie et que je n’hésitais pas à jouer de mes atouts quand un homme me plaisait parce que mon mari n’assumait pas. Elles m’ont avoué que pour se venger de leurs maris qui les avaient trompés, elles avaient pris des amants mais qu’elles avaient été déçues. Charlotte et Louise, m’ont avouées qu’elles avaient pensé à avoir des rapports lesbiens mais sans oser franchir le pas.  Ce sera un diner habillé décontracté mais les filles vont en profiter pour se mettre en valeur. Je n’ai rien révélé sur la soumission de Laure. Je laisse à son Maître le soin de le faire si il le désire, me dit elle avec une pointe d’ironie.

Je rappelle à Sophie nos accords sur la soumission de Laure, et que si un jour elle veut la dresser, elle ne doit pas brûler les étapes. Je l’assure de notre présence et que Laure en tant que soumise ne saura rien de plus que ce qu’elle lui a dit par téléphone.

En rentrant le soir, je préviens Laure que j’ai accepté l’invitation. De plus en plus en confiance et fière de son statut de soumise, elle accueille la nouvelle avec empressement, sans chercher à en savoir plus.

– La soirée est habillée, trouve un tailleur léger blanc avec une jupe qui découvre largement tes cuisses et te permette de montrer que tu es nue quand tu ouvres légèrement les jambes. Pour la veste, j’aime bien la fermeture à un seul bouton qui montre un décolleté jusqu’au ventre sans montrer tes poires.  A partir de ce diner, croiser tes jambes t ‘es interdit et  tout oubli sera puni.

– Oui, Maître.

Le vendredi soir, Laure s’est préparée avec attention, elle est superbe légèrement maquillée, habillée dans ce tailleur blanc, avec des haut talons, son collier avec la médaille. Elle le sait et aucun stress ne semble l’animer.

Quand nous arrivons, les deux autres couples sont déjà présents. Deux couples entre 35 et 40 ans,  les deux femmes habillées avec élégance mais beaucoup moins sexy que Laure et les maris en tenue décontractée, chemise blanche  et pantalon de toile. Laure fait son effet en franchissant le portail, y compris dans les yeux de Sophie et d’Alain.

C’est Alain qui fait le service, Sophie se consacrant à ses amis, mais je devrais plutôt dire à ses amies.

On pourrait se croire dans un diner mondain, une façon pour Sophie de mettre en confiance les deux couples invités et la connaissant, ce ne devrait pas durer. Laure reste très effacée, se demandant à quel moment le diner va s’emballer. Les deux femmes se ressemblent assez, souriantes, enjouées, un peu plus d’1m70, Charlotte blonde, Louise brune, et toutes deux avec un corps entretenu, et des formes agréables. Contrairement à Louise,  Charlotte a des seins assez volumineux, lourds et très légèrement tombant, un bassin plus large et des fesses larges et bombées.

Je remarque assez vite que Charlotte jette souvent des regards appuyés vers Laure qui s’en est aussi aperçue, et notamment sur les cuisses de Laure. Aurait elle un doute sur la présence d’une culotte ? En tout cas, la veste indique clairement qu’elle ne porte pas de soutien gorge.

Nous passons dans la salle à manger où un superbe buffet nous attend. Sophie place ses invités et comme par hasard Laure se retrouve face à Charlotte et  Louise qui pourront la dévisager autant qu’elles le souhaitent.

Chacun allant se servir, Charlotte s’arrange pour se servir au même moment que Laure et se rapprocher d’elle à la toucher. Louise n’est pas en reste non plus, mais plus discrète.

Sophie attaque immédiatement en racontant ses vacances et en précisant que sur la plage qu’ils avaient fréquentés, elle avait remarqué de beaux « mecs » bien faits et qu’elle ne s’était pas gênée pour en profiter.

– Nous sommes entre amis, je eux vous le dire sans état d’âme, déjà à 20 ans j’étais une jeune femme hyper sexuelle. J’ai toujours eu besoin d’hommes bien pourvus par la nature et Jean de ce côté là n’est pas à la hauteur. Il est adorable et je l’aime mais il a un petit sexe et il n’est pas endurant. Très vite sans me cacher j’ai pris des amants et aujourd’hui il est un soumis cocu et heureux. N’est ce pas Jean ?  Je n’hésite pas à mettre son petit zizi en cage comme depuis un mois.

Elle commence fort, et les deux maris invités ne pipent pas mot. Charlotte et Louise y vont petit à petit de leurs confidences, leurs maris les ayant trompé l’an passé, elles ont décidé aussi de s’amuser de leur coté en représailles, mais aujourd’hui elles nous confient qu’elles n’ont pas trouvées leur compte et se sont vite lassées.

– Pourquoi n’avez vous pas tenté de prendre une amante ? Vous n’avez jamais essayé avec une femme ? C’est différent bien sur mais c’est très agréable. Certaines ont de véritables de dons pour vous faire décoller, reprend Sophie en regardant Laure.

– Moi, je tenterai bien l’expérience réplique Charlotte en regardant Laure dans les yeux. Et vous Laure, vous ne dites rien. Nous sommes désolées, cette conversation intime vous gène peut être.

-Non, non pas du tout répond Laure. Je suis soumise à Mon Maître et compagnon, Antoine.

Les deux couples présents sont surpris par cette réponse directe.  Sophie jubile en bout de table, c’est juste ce qu’elle espérait.

– Cela vous gène de nous en dire plus, reprend cette fois ci Louise

– Maître, m’autorisez vous à répondre aux questions de nos invitées.

– Oui, Laure, tu peux leur répondre et ne leur cacher aucun détail.

– Mon Maître m’impose un certain nombre de règles de vie et si je fais une erreur ou si je n’obéis pas je suis punie, y compris très sévèrement. Les sous vêtements me sont interdits en toute circonstance. Je n’en ai plus, mon Maître les a mis sous clé. Comme ce soir, je suis seins nus et cul nu sous ce tailleur. J’ai l’interdiction de croiser les jambes. Il me prend et me fait jouir où il veut et quand il veut. Mon sexe et …

– Laure, emploie les bons mots, lui rappelle Antoine

– Oui Maître, ma chatte, mon cul et ma bouche lui sont réservés pour lui donner du plaisir. C’est lui qui choisit  chaque fois. Aucun homme n’a le droit de me toucher en dehors de lui, par contre il aime m’offrir à toutes les femmes qui en ont envie. Il me donne l’ordre parfois de les provoquer pour que je puisse leur donner du plaisir. Il aime m’exhiber.

– Et pour les punitions, demande à son tour Charlotte

– Il peut me frustrer, ou me fesser ou même m’attacher et me fouetter au martinet. J’aime quand mon maître me fouette, il me fait jouir et hurler de plaisir.

– Charlotte, voulez voir les marques sur les fesses de Laure du martinet qu’elle a reçu avant hier soir ? demande Antoine

– Laure va rejoindre Charlotte qui va se faire un plaisir de te déshabiller. Tu resteras nue. Charlotte qui n’attendait que cela déboutonne l’unique bouton de la veste de Laure et enlève le bouton qui ferme sa jupe qui tombe au sol. En hauts talons, intégralement nue au milieu des autres invités habillés, Laure se tourne pour que tous puissent voir les traces du martinet sur ses fesses.

– Laure, vous avez des seins magnifiques en forme de poire et des tétons superbes, lui dit Charlotte

– Cambre toi mieux que ca, offre à Charlotte tes poires et tes tétines. Laure a les tétines très sensibles, vous pouvez les rouler avec vos doigts  et les malmener, ils vont immédiatement durcir et pointer. Allez y, faites vous plaisir, sa chatte va s’humidifier, vous pourrez vous en rendre compte en la caressant.

Charlotte roule ses tétines, les tire et les mordille avec ses dents.  Charlotte gémit faiblement pour montrer son excitation.

Sophie qui souhaite reprendre la main et espère peut être qu’elle pourra fesser Laure propose à tous de se servir sur le plateau de desserts. Antoine fait signe à Laure de venir à coté de lui  et quand tout le monde s’est rassis, il reprend la parole.

– Laure, ton dessert sera de donner du plaisir à Louise que tu as fait attendre et qui a envie que tu t’occupes d’elle depuis le début  de la soirée. Passe sous la table et demande lui d’écarter ses cuisses pour la faire jouir. Ne bougez pas Louise, Laure va vous enlever votre culotte, si vous en avez une.

Laure s’exécute, elle rejoint Louise à 4 pattes sous la table. Louise soulève ses fesses pour aider Laure. Sophie récupère la culotte et la pose en plein milieu de la table, après l’avoir portée à son nez. Toute la table silencieuse entend le clapotis de la chatte de Louise, qui recule sa chaise, remonte sa jupe et pose un pied sur le bord de la table, en abandonnant toute pudeur. Au bout de quelques minutes, elle ne peut retenir ses cris.

Les invités entament leurs desserts lorsque Laure revient s’asseoir à sa place devant une assiette vide.

– Antoine, m’autorisez vous à proposer un dessert à votre soumise qui est si douée pour me faire jouir si vite ? demande Louise

Avec l’accord d’Antoine, elle va chercher le dessert souhaité par Laure et lui apporte. Pour la remercier, elle prend les seins de Laure et les malaxe, et roule ses tétines. Laure ferme les yeux pour savourer la caresse.

– J’espère que ton Maître m’autorisera tout à l’heure à te faire jouir et à jouer avec tes tétons qui m’excitent.

Tout se monde rejoint le salon pour le café. Charlotte frustrée qui ne tient plus en place va s’asseoir dans un grand fauteuil en cuir et ouvre ses cuisses pour montrer son désir.

– Laure, dit Antoine, regarde Charlotte qui n’attend que de profiter de tes talents, va la faire jouir, nous avons tous envie d’entendre ses gémissements et ses cris.

Laure s’agenouille devant le fauteuil, tire sur la culotte et écarte les jambes de Charlotte pour les placer sur les accoudoirs. Sophie vient aussi prendre la culotte, la met sous ses narines et la montre à tous la large tache humide à l’entre jambe. Laure plonge sa tête pour la lécher et jouer sur toute la longueur de la fente qui coule, agacer son clitoris, le mordiller, plonger sans la langue au fond de sa chatte, lécher sa rondelle pour l’assouplir. Charlotte ne peut s’empêcher de  geindre et prononcer des « ouiii , continue , continue »  à chaque fois que la langue atteint le cratère. Laure enduit ses deux doigts de liqueur et alors qu’elle continue à lécher sa chatte, force son petit trou. Charlotte explose immédiatement.

Laure rejoint les bras de son Maître pour s’y blottir. Sans se faire entendre, elle  lui glisse à l’oreille que Charlotte la trouble et l’excite, qu’elle aimerait lui palper les seins et caresser ses fesses.

– Je m’en doutais à tes regards, lui répond Antoine et toi non plus tu ne lui es pas non plus indifférente. Après quelques secondes d’arrêt, Antoine lui propose de lui laisser le champ libre mais que le prix à payer c’est de recevoir d’abord une bonne fessée  devant  tout le monde et d’accepter que Sophie la fouette si elle lui propose.

– Maître, je dois vous avouer que être fessée devant ces deux femmes m’excite.

– Antoine fait lever Laure, et sans un mot l’entraine au milieu de la pièce. Après s’être assis en face de Charlotte et de Louise qui parlaient ensemble, Il couche Laure sur ses genoux, lui écarte les jambes puis commence à la fesser. Laure fixe les yeux de Charlotte qui elle non plus ne la quitte pas des yeux. Les deux femmes se taisent. Laure commence un peu tôt à geindre alors que ses fesses commencent à rougir, pour exciter Charlotte qui n’arrête pas de croiser et décroiser les jambes. Laure ne quitte pas le regard de Charlotte et geint pour de bon car Antoine a accéléré les claques qui deviennent beaucoup sonores.

– Sophie, accepteriez vous de montrer à vos invitées vos talents de fesseuse. Vous savez combien Laure apprécie votre martinet. Elle est gluante, lui dit il en passant les doigts dans sa fente et en les montant à tous. Je vous laisse la faire jouir.

Sophie ne laisse pas passer l’occasion de fouetter Laure  Elle aime l’entendre crier.

– Viens devant moi, et présente moi bien tes fesses, tu sais combien j’aime te fouetter et t’entendre jouir, petite salope. Et toi Alain,  tu es encore habillé pour mater Laure ? A poil, montre à tout le monde ton zizi ridicule de cocu dans ta cage de chasteté. Ca donnera peut être des idées à nos amies pour leurs maris. A poil messieurs, montrez nous vos petites queues, sinon vous sortez.

– Avant que Sophie commence à fouetter Lise, Antoine de déshabille et présente son pieu à Laure pour qu’elle le suce quelques secondes.

Louise ne peut s’empêcher de dire  son admiration sur la taille du pieu d’Antoine, homme fidèle,  et de se moquer de celui de son mari. Charlotte trop concentrée sur le regard de Laure ne dit rien.

Laure a de plus en plus de mal à ne pas bouger les fesses. Elle ferme les yeux sous la douleur des coups de martinet de Sophie qui veut la marquer aux endroits sensibles  à l’intérieur des cuisses et jusqu’au bord de sa fente et de son tunnel. Charlotte qui ne peut résister à l’excitation que lui provoquent les cris de jouissance de Laure, a passé ses jambes sur les accoudoirs et se masturbe frénétiquement.

Antoine intervient pour arrêter Sophie qui continuerait bien. Laure se relève et va vers Charlotte qui vient de jouir et qui est restée les jambes écartées. A son oreille, elle lui confie qu’elle aimerait lui donner du plaisir, tout en malaxant ses seins lourds et qu’elle aimerait s’occuper de ses fesses qui l’excitent. La fessée c’était pour toi, pour avoir le droit de te retrouver un soir pour te lécher et te faire jouir, lui glisse t elle à l’oreille.

Avant d’aller retrouver les bras de son Maître, elle se penche et lèche la liqueur qui coule de sa fente, espérant retrouver très vite cette saveur dans la bouche.

A suivre …

 

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *