L’éducation sexuelle de Benoît et Manu 1/3

12345
Loading...

Vanessa


à plusieursbisexualité


Manu et Benoît sont en train de se sécher, nus sur la plage de Saint-Tropez, après un rapide bain de minuit. Le P’tit Benoît cherche à cacher son érection, il s’inquiète de la réaction de son camarade de vacances à qui il a menti pour l’entraîner jusque-là. II lui avait promis que Djamila et Marie les rejoindraient, et ils ne sont que tous les deux. Manu est déçu et s’il pense à un piège de PD, le p’tit Benoît va sûrement se faire cogner. Et justement Manu se rapproche et attrape le menteur par l’épaule :

— Chut, écoute-moi ça ! Finalement tu avais peut-être raison ?

Des gémissements venant des dunes leur redonnent le sourire et dressent aussi le jouet de Manu. Ils acquiescent en riant. La nuit aidant, ils s’approchent discrètement, assez pour reconnaître le couple star du camping : Mathieu est accroché aux hanches de Vanessa qui couine des oui-oui sous la lune. Le p’tit Benoît en profite pour se coller contre Manu et lui chuchoter à l’oreille en se masturbant :

— On va mater ça, hein, c’est trop bandant.

Manu bave d’excitation. Comme la plupart des autres jeunes mâles du camping, il fantasme sur la superbe Vanessa. Alors ils s’agenouillent côte à côte, pour profiter ensemble du spectacle. Manu offre un large sourire au P’tit Benoît et le prend par l’épaule tout en se caressant, ravi d’avoir un copain de vacances tout aussi obsédé sexuel que lui.

— Tu es trop fort, mec ! Vas-y, branle-toi avec moi, profite ! Chuchote le gaillard. Benoît est aux anges, son plan marche encore mieux que prévu.

Tout avait commencé le jour de son arrivée au camping Bellevue situé à quelques centaines de mètres de la plage de Pampelonne, à Saint-Tropez. Il montait tranquillement sa tente quand il aperçut, dans la tente voisine à demi ouverte à cause de la chaleur, de belles jambes nues, musclées et poilues. En bon mateur, il arracha tous ses piquets et déplaça sa tente igloo pour avoir un meilleur point de vue. Et il piqua un phare en découvrant un grand pénis en érection au bout de ces jolies jambes. C’était la première fois qu’il voyait, en vrai, un engin pareil !

Il planta dix fois la même sardine en se tapant sur les doigts, hypnotisé par ce sexe fantasmatique. Et il faillit même tourner de l’œil en voyant une main s’en emparer et le caresser. Trop ému, il courut prendre une douche au bloc sanitaire le plus proche. Une fois dans la cabine, il put enfin libérer sa tige, qui cherchait à sortir de son short depuis un bon moment.

Le cerveau shooté par l’excitation, il se branlait en simulant avec ses doigts la pénétration de ce sexe incroyable. L’eau tiède caressait délicieusement sa peau pendant que ses mains s’agitaient. Il finit par laisser échapper un gémissement pas très discret, emporté par plusieurs vagues d’émotions intenses. Si ça continue comme ça, mes vacances seront peut-être réussies cette année. Pensa-t-il. C’était ses premières vacances sans ses parents, il voulait en profiter pour officialiser ses préférences pour les garçons et se faire vigoureusement dépuceler.

Il avait déjà branlé et sucé des mecs. Il aimait bien faire ça avec son cousin, la nuit, en cachette, tout nu sous les draps, les rares fois où ils avaient eu l’occasion de dormir ensemble. Il avait aussi des relations clandestines avec Lucas, le meilleur ami de son grand frère. Il avait deviné que Lucas était gay et passionnément amoureux de son Frère, alors il lui avait fait du chantage en le menaçant de tout dire s’ils ne se retrouvaient pas à la piscine municipale. Forcé au silence, Lucas s’était laissé entraîner dans une cabine du vestiaire où l’audacieux Benoît lui avait fait l’amour à sa façon, Lucas y avait pris goût, leurs rendez-vous à la piscine étaient devenus réguliers, au grand bénéfice de Benoît qui, à force de nager et chahuter dans l’eau, commençait à avoir une fine musculation.

Le mois dernier, il avait eu une petite aventure dont il était assez fier : Aria, une de ses copines de sa classe de terminale au lycée Saint Cyprien se plaignait de son petit-copain Chan : hélas bien trop timide pour faire autre chose que lui tenir la main et l’embrasser du bout des lèvres.

— Je n’ai plus douze ans protestait l’amoureuse, tu me comprends, toi ?

— Oui, je te comprends, tu as des seins si appétissants et des fesses si attirantes !

Et paf, une première baffe l’interrompit, il improvisa pour échapper à la deuxième :

— Je peux essayer d’arranger ça, dis-lui de venir me parler et je vais le transformer en sexe-friend !

Aria le remercia avec un tendre bisou sur la joue et une caresse sur ses fesses rebondies qu’elle jalousait. Chan vint à sa rencontre en fin de journée et Benoît s’émerveilla de la beauté de ce frêle jeune homme d’origine asiatique au regard envoûtant. Il le raccompagna chez lui en lui faisant quelques compliments. Flatté, Chan l’invita dans sa chambre pour continuer à bavarder et là l’intrépide Benoît passa à l’attaque :

— Je suis un grand sorcier de l’amour ! déclama-t-il pompeusement. Je vais te montrer tout ce que ta petite copine va te faire comme chose très très vicieuse grâce à moi. Elle va se mettre nue comme moi maintenant, lancer comme ça ses habits, le haut d’abord et puis le bas.

Chan fasciné par l’audace de son invité qui se tortillait nu et en érection devant lui, riait aux éclats.

— Tu veux bien que je te montre mes talents de sorcier ?

— Oui, oui, montre-moi !

— Elle va caresser ses fesses comme ça, pour t’exciter, ensuite elle va s’approcher de toi pour te caresser et te dévorer.

Chan fut pris par un délicieux fou rire qui excita le p’tit Benoît. Il renversa le bel Asiatique hilare sur son lit et le mit nu en quelques secondes. Il découvrit un torse finement musclé, des abdos bien dessinés et une jolie tige aussi belle et motivée que la sienne. Subjugué de tant d’audace, Chan riait de plus belle et se laissa caresser, mordiller, masturber et sucer sans bouger, simplement en fermant les yeux.

À cause de sa timidité, Chan rêvait souvent qu’on venait le masturber pendant son sommeil. Il adorait ça et il aurait volontiers payé une prostituée pour qu’elle vienne lui faire des gâteries alors qu’il ferait semblant de dormir.

Mais Benoît l’intrépide recracha la délicieuse chipo du beau jeune homme « endormi » pour tenter l’étape suivante de son show :

— Et toi, que vas-tu faire ? Non, tu ne vas pas rester passif très longtemps ! car à mon signal tu passeras à l’offensive.

Chan surmonta sa timidité maladive et acquiesça courageusement. Il se redressa et exhiba sa tige bien tendue.

— À mon tour maintenant de te faire l’amour ma belle princesse ! chuchota-t-il avec un sourire crispé.

Puis il verrouilla la porte de sa chambre, éteignit la lumière et s’allongea sur Benoît. Il sembla alors se transformer comme par magie en amant audacieux.

— Toi aussi tu es très beau et très sexy !

Désinhibés par l’obscurité, ils s’embrassaient et se caressaient fougueusement. Ils conclurent leurs ébats par un 69 gourmand.

Un silence complice s’installa entre eux. Benoît rentra chez lui en chantonnant joyeusement.

Le lendemain au lycée, il courut à la rencontre du couple d’amoureux.

— Suivez-moi ! ordonna-t-il en frétillant d’impatience.

Il les tira jusqu’au gymnase du lycée pour les pousser dans le WC spacieux réservé aux handicapés. Il verrouilla la porte derrière eux et chuchota ses instructions à sa copine :

— Mets-toi à poil pendant que je m’occupe de ton chéri !

Il commença à le déshabiller en murmurant son show.

— Chan est très amoureux de toi. Il est beau comme un dieu. Admire l’athlète qui se cache derrière ses vêtements trop amples. Il s’offre à toi nu et tendu par le désire.

Le bel Asiatique avait laissé ce jeune fou le mettre à poil en quelques secondes, mais maintenant il était pétrifié par la timidité avec ses mains en cache-sexe. Benoît surexcité tomba à genou devant son prince asiatique et dégagea ses mains nouées en cache-sexe pour gober son pénis qui se retendit en quelques secondes.

— Regarde ma belle cette superbe tige impatiente, viens la caresser, met-la dans ta bouche ! Oui, comme ça !

Elle suçota et tritura sa première bite consciencieusement, puis Benoît la redressa et la retourna.

— Chan mets-toi derrière elle, oui comme ça, tu glisses ta tige entre ses cuisses et tu la serres contre toi pour l’embrasser dans le cou, lui caresser les seins ou lui titiller le minou. Guide ses mains, ma belle, selon ton plaisir, oui c’est ça, encourage-le.

La chipo palpitante de Benoît, le metteur en scène, devenait douloureuse et forçait sa braguette. Il se mit nu fébrilement, et se glissa derrière le timide garçon. Pour la première fois de sa vie, il avait terriblement envie d’enfoncer sa bite dans un mec, dans les superbes fesses de ce prince.

— Et toi mon grand, tu bouges ton bassin. Sors-la pour bien la mouiller avec ta salive. Voilà ! Tu la caresses aussi avec ta tige, oui c’est ça !

Ce furent ses dernières recommandations avant de jouir dans les fesses de Chan et de s’éclipser pour aller en cours.

Par la suite, le couple le remercia chaleureusement et Chan l’invita chez-lui après les examens, mais Benoît avait dû annuler le rendez-vous pour cause d’oral de rattrapage du bac et de départ en vacances au camping Bellevue près de la plage de Saint-Tropez. Chan lui avait répondu qu’il essayerait de passer le voir à son camping…

(à suivre : L’éducation sexuelle de Benoît & Manu — Épisode 2/3 — Genre : bisexuel)

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *