Maud et Léo – chapitre 8

12345
Loading...

Pierre Albin Teillaud


BDSMsoumission et domination


MAUD ET LÉO (8)

Maud prit un soin particulier à s’habiller ce soir-là. Robe ajustée sur ses fesses généreuses, mi cuisses, un tailleur d’homme échancré dévoilant la courbure de ses seins généreux. Elle était nue sous ses vêtements, si ce n’est des bas noirs qui donnaient un relief si particulier à ses longues jambes galbées. Elle rencontrait ce soir un couple rentré en contact avec elle via son site Internet.

Le parfum musqué sublimait sa tenue. Elle ne passait pas inaperçue dans les rues qu’elle arpentait d’un pas agile et rapide. Ses talons effilés claquaient sur les pavés moyenâgeux. Elle connaissait son pouvoir de séduction et prenait l’ascendant sur les hommes et les femmes qu’elle croisait. Leurs pensées qu’elle devinait obscènes, l’excitait. Le frottement de la robe sur ses bas créait une chaleur intime au creux de son sexe.

Maud ne se posait plus depuis longtemps, la question de savoir si elle pouvait désirer, jouir sans dominer. La réponse est négative et le pouvoir qu’elle exerce  sur les inconnus dans la rue en était la démonstration la plus éclatante.

Sur ses réflexions, la chatte déjà humide, elle rejoint le couple au bar à vin où elle avait ses habitudes. Le lieu était cosy, une douce ambiance musicale, les vins délicieux. Elle remarqua une femme qui les observait pendant qu’elle les saluait.

Maud se dit que ce couple n’était pas assorti. Lui au front dégarni, un peu d’embonpoint, sans grâce. Elle, blonde, les lèvres charnues teintées de noir, un beau visage aux traits fermes. Tout son corps dégageait le désir réprouvé. En faisant connaissance, Maud se demandait quels étaient leurs attentes, leurs désirs. Le vice ? Elle le découvrirait plus tard en conduisant le couple dans son espace le plus secret.

Conversation banale sans le regard bleu électrique de cette femme qui l’attirait. Elle laissait aller son imagination pendant cette approche. Pensées sensuelles, érotiques envers la mystérieuse femme brune qui provoquait un doux émoi entre ses cuisses. Maud écarta légèrement ses jambes laissant deviner à la femme le haut de ses jambes. Sûre d’elle, discrètement, elle bougea de telle sorte que l’inconnue puisse voir sa chatte découverte.

Le couple dit à Maud rechercher un nouveau départ dans leur sexualité. Malgré les soirées dans les lieux libertins, candaulisme pour Monsieur face à sa femme active avec des femmes, baisée par des queues avides déchargeant sur son cul, son ventre et ses seins, son sexe restait flaccide. Les mots crus, le cul des femmes ouvert écrasé sur sa face, les fellations, le cul ouvert de sa femme pilonné ; rien n’y faisait.

Maud accepta de les recevoir chez elle à ses conditions de dominatrice… Un sourire énigmatique parcourut le visage de l’homme mièvre. Nous sortons du bar à vin. Rendez-vous pris pour le lendemain.

Maud rejoint l’inconnue dans le bar ; un frisson parcourut son corps. Maîtresse dominatrice comme Maud, elle avait parfaitement compris ce petit jeu. Sa beauté froide l’enhardit et les verres de vin aidant, la discussion devint de plus en plus intime. L’excitation venant, Maud se rendit dans les toilettes dans lesquelles elle se remémorait plusieurs rencontres charnelles imprévues.

L’inconnue la rejoignit et sans plus attendre, lui prit la taille, la tourna face à la glace, écarta ses jambes avec son genou. Elle lui ordonna de ne pas bouger, pendant qu’elle se lavait les mains. Ses doigts n’eurent aucune difficulté à pénétrer sa chatte déjà très humide. Elle remonta la robe fourreau au-dessus de ses fesses pour faciliter le mouvement de la main au creux de ses reins, fourrant le sexe inondé au plus profond. Maud sentait sa main entièrement enfouie dans sa chatte, tournant dans un sens puis l’autre sans retenue. Elle dégoulinait de plaisir sur la main.

Quand l’inconnue enfonça son pouce dans le cul de Maud, un orgasme puissant, physique la submergea. Maud gémissait. Elle retira sa main. Je léchais chacun de ses doigts et l’embrassa goulûment.

Maud invita l’inconnue chez elle. Elle accepta à une condition : vous retrouver avec le couple dit-elle avec une voix rauque, d’un souffle. Maud accepta aimantée par son regard pervers. Cette connivence dans le plaisir sexuel laissait entrevoir à Maud un jeu de pouvoir et de domination avec le couple en quête de nouvelles sensations.

Leur discussion se poursuivit tard dans la nuit avec force alcools et tapas, orientée sur les histoires personnelles, les consultations chez une sexothérapeute pour l’une, les vacances libertines au Cap d’Agde pour l’autre, les pratiques sexuelles dévoilées sans fard. Le patron du bar à vin se faisait complice de Maud et leur offrit un dernier verre de vin en se mêlant à la conversation, les invitant à sa prochaine soirée de lectures érotiques.

Maud et son amante échangèrent leurs coordonnées. Elle se prénommait Lucie et se faisait appeler Sixtine Lucie.

 CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

***

Retrouvez les autres histoires de Pierre-Albin Teillaud :

https://www.meshistoiresporno.com/author/pierre-albin-teillaud/

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *