relation de bon voisinage

12345
Loading...

anastasia


exhibitionfellationvoisin voisine


Après plusieurs semaines d’un ciel gris et de température basse pour la saison, le soleil avait enfin décidé de faire son apparition pour quelques semaines. Dès que les emplois du temps le permettaient tout le monde profitait des parcs et terrasses de cafés, des jardins, transat et elle ne dérogeait pas à la règle.

Il faisait un temps idyllique, elle décida de profiter de son jardin. Elle vivait dans une maison divisé en 4appartement et vu l’heure qu’il était, elle savait que tous les autres locataires serait déjà parti au travail. Serviette, huile solaire, musique et téléphone sous le bras, elle descendit dans le jardin qu’ils avaient en commun. Installer confortablement sur son transat, elle mit la musique en marche, s’enduisit le corps d’huile de monoï et commence sa journée prélasse au soleil. Elle ignorait cependant qu’un des locataires n’était pas allé travailler ce jour-là. Il s’agissait d’un jeune asiatique de presque 30ans qu’elle avait déjà repéré, qu’elle trouvait plutôt mignon, avec de jolie main et un joli petit cul. A chaque fois qu’elle le croisait elle se mettait à fantasmer, elle imaginait qu’il posait ces mains sur son corps en lui faisant de nombreuses caresses et qu’il lui procurait énormément de plaisir.

Alors qu’elle était sur son transat depuis déjà presque 2h, ce dernier se réveilla toute en douceur malgré la musique qui provenait du jardin et qui envahissait son salon dont la fenêtre était resté ouverte. Après être allé prendre une tasse de café à la cuisine, il se dirigea vers la fenêtre pour profiter de la lumière mais surtout pour savoir d’où venait la musique qu’il écoutait. Lorsqu’il regarda par la fenêtre il la vie dans le jardin, le corps brillant et tendu vers le soleil.

Pendant se lapse de temps, il avait pu la voir se caresser délicatement pour étalé l’huile dont elle s’enduisait. Après de longues minutes, voir même un bon quart d’heure de voyeurisme, elle se leva du transat.  Il eut le réflexe de se cacher le long de la fenêtre pour ne pas qu’elle le voit, comme s’il savait faisait quelque chose de mal, mais elle ne l’avait pas encore vu.  Elle c’était levée pour aller se rafraichir avec le tuyau d’arrosage. Il ne perdit pas une miette du spectacle qu’elle lui offrait sans le savoir. L’eau commença à ruisseler sur sa généreuse poitrine, sur  son corps. Le mélange de l’eau et l’huile donnait, grâce à la lumière, un effet soyeux et plutôt érotique selon lui.  Ce petit spectacle privé l’émerveillait, lorsqu’il vit qu’elle venait de laisser le tuyau et revenait vers le transat il ne put s’empêcher de penser que cela allait devenir encore plus intéressant, surtout qu’avant de se repositionner sur le transat elle défit le dos de son haut de maillot de bain. Lui, il ne la voyait que de dos, ce qui rendait la chose encore plus excitante. Il pouvait ainsi imaginer cette poitrine que se maillot de bain renfermais. Malheureusement il ne put qu’observer la façon dont elle se défaisait de ce haut car elle s’allongea sur le ventre.

Il resta quelques minutes à l’observer mais finit par retourner vaguer à ces occupations. Il s’occupa comme il put, à faire un peu  de rangement, de ménage mais il n’avait qu’une envie : aller la retrouver dans le jardin. Pour essayer de se changer les idées il alla prendre une bonne douche mais là encore il ne pouvait s’empêcher de penser à cette énorme poitrine, à ce qu’il aimerait bien en faire. Un tas d’idée lui envahie l’esprit, il se mit alors à bander dur malgré l’eau presque froide. Il se mit alors, toute en se masturbant,  à s’imaginer qu’il lui bouffait les seins, toute en faisant glisser ces mains entre ces jambes pour venir la caresser, qu’elle venait ensuite lui faire une fellation avant qu’il ne la prenne à quatre pattes sur le transat.  Après plusieurs longues, très longues minutes il finit par sortir de sa douche, légèrement soulagé, bien que toujours autant envie. C’est pourquoi en sortant de la salle de bain, il se redirigea vers la fenêtre tout en se mettant une serviette autour de la taille.

Cela faisait déjà 2h qu’il avait cessé de l’observer. Il avait espéré ne plus la trouver  sur le dos.  Ne fut malheureusement pas le cas. Au moment où il s’éloignait de la fenêtre, elle se redressa, se leva de son transat face à lui. Il put  voir cette énorme poitrine qu’elle avait, mais très peu de temps car elle remit le haut de son maillot de bain, éteignit la musique pour se dirigea vers la maison. Il ne pensait pas la revoir sur ce transat donc  il s’installa à son ordi pour travailler un peu. Au bout de 30 min la musique résonna de nouveau dans le jardin. Il s’empressa  de finir ce qu’il faisait pour retourner à son point d’observation. Elle était au téléphone, allongé le buste légèrement surélève.

C’est à ce moment-là, à travers ces lunettes de soleil,  qu’elle se rendit compte qu’elle n’était finalement pas seule et qu’il avait dû l’observer toute la matinée. Elle fut un peu surprise mais finalement elle se dit que cela pouvait être une bonne occasion de réaliser ces envies le concernant. Le coup de téléphone fini elle se positionna lascivement sur son transat tout en observant ce qu’il faisait. Voyant qu’il ne cessait de la regarder elle décida de jouer avec lui à son insu. Elle se leva, se redirigea vers le tuyau d’arrosage, commença à fait couler l’eau sur elle de façon plus érotique voir sensuel, tout en passant ces propres mains un peu partout : ces seins, son ventres, ces fesses etc. Elle cessa ce petit spectacle, alla vers son transat en se positionnant dos à lui de façon à aguicher un peu plus sa curiosité. D’une façon provocatrice elle fit glisser ces cheveux sur le devant et du bout des doigts elle vint attraper les extrémités des cordons de son maillot et tira.  Le nœud se défi rapidement.

Dans un mouvement provocateur mais pudique elle se cacha les seins de son avant-bras, se mit de profil, retira son maillot de bain comme pour lui faire comprendre quelle savait qu’il était là à l’observer. De sa fenêtre il avait l’impression que l’action se déroulait au ralenti. Il savoura chaque secondes. Il vit comment elle retira son maillot de bain toute en essayant de se cacher les seins, tout en faisant retomber ces longs cheveux sur son dos. Jusque-là il n’avait pu qu’entrapercevoir cette généreuse poitrine qu’elle avait et qui lui faisait envie c’est pourquoi il désirait plus que tous qu’elle se mette face au soleil. Il voulait pouvoir admirer cette poitrine sans aucune entrave. Alors qu’il se remettait à imaginer tout un tas de chose, elle se réinstalla sur le transat face au soleil. Après c’être positionner confortablement, elle attrapa sa bouteille d’huile solaire, en fit tomber plusieurs goutes sur ces deux énorme seins et sur son ventre. Elle s’appliqua, par la suite, sous le regard de cette homme, à étaler toute ces petites goutes sur ces seins dans un mouvement sexuellement érotique et lui ne perdait pas une miette.

L’envie de jouer avec se faisait de plus en plus forte, surtout qu’il ne pouvait détourner son regard d’eux. Elle s’avait qu’il était là à l’observer c’est pourquoi elle décida de pimenter un peu cette petite exhibition privé en commençant à se caresser sensuellement les seins. Le mélange : soleil, chaleur, d’huile provoquait chez elle une hyper sensibilité de cette zone en particulier. Ces tétons ne tardèrent  pas à pointer, surtout vu comment elle s’excitait elle-même. Ce petit jeu faisait aussi bien effet sur lui que sur elle. Elle ne voulait pas que cela aille trop loin, elle voulait faire durer le plaisir de l’exhibe pour elle et de l’anonymat pour lui. Malheureusement le plaisir se faisait oppressant. Après quelques minutes elle recommença à se caresser mais en allant plus loin cette fois. Ces mains délaissèrent ces seins pour descendre plus bas. Elle se mit à caresser délicatement sa chatte.

L’idée même que quelqu’un puisse être en train de l’observer dans un moment aussi intime et qu’il puisse se donner du plaisir en l’observant l’excitait beaucoup. Elle avait raison de s’excité et de se caresser autant car de son côté l’excitation était également bien présente. Il n’avait cessé de l’observer. Sans s’en rendre compte, il c’était mis à se caresser par-dessus sa serviette de bain. En quelques secondes se dressait entre ces cuisses fermes un sexe qui ne désirait qu’une chose : une bonne fellation et une bonne chatte. Alors qu’elle se caressait de nouveau les seins d’une main, lui ne faisait plus attention de se cacher, trop occupé à ce masturber, toute en l’observant se faire du bien. Elle put ainsi voir qu’il se caressait en la regardant se faire plaisir. C’était très excitant. Tous les deux n’avaient qu’une envie, c’était  que l’un s’occupe de l’autre vice versa. Il voulait descendre la rejoindre et l’aider à se faire plaisir, lui bouffer les seins, la chatte, la prendre dans plusieurs positions aussi fougueusement qu’elle le voudrait. Il ne savait pas comment elle réagirait s’il venait, il resta donc là à sa fenêtre, à s’astiquer la verge tous seul. De son côté, elle avait envie de passer sa langue sur son corps, sur son sexe, pouvoir le prendre à pleine bouche, le sentir aller et venir en elle et pourquoi pas plusieurs fois de suite. N’en pouvant plus de l’observer alors qu’elle voulait qu’il la rejoigne, elle décida d’interrompre son plaisir

Si tu venais plutôt me rejoindre pour qu’on puisse s’amuser tous les deux au lieu de te branler tous seul dans ton coin en me regardant me caresser ??? lui lança-t-elle.

Surpris il eut le réflexe de se cacher. Après avoir repris ces esprits il réfléchit quelques secondes, il remit sa serviette autour de la taille, bien qu’il ait une trique impressionnante impossible à dissimuler. Il se dirigea vers la porte et descendit vers le jardin. Pendant ce temps elle avait repris ces caresses, les yeux clos, le corps tendu vers le soleil, empreint à un désir de sexe impressionnant. Tous d’un coup un gros nuage vint la priver de soleil. Elle ouvrit les yeux, le vit debout à côté du transat,  une grosse bosse sous sa serviette.

Avec un petit sourire, tout en le regardant droit dans les yeux, elle s’assit sur le bord du transat, passa la main dans l’ouverture de la serviette, attrapa sa queue déjà si dur. Il lui attrapa les cheveux,   lui pencha la tête, l’embrassa fougueusement alors qu’elle le branlait. Lorsqu’ils cessèrent de s’embrasser elle attrapa la serviette de sa main libre, tira dessus pour la lui retirer, libérant ainsi une si belle queue bien dur. Elle ne le fit pas attendre bien longtemps avant d’approcher son visage de son sexe. Après un moment de délectation, elle approcha encore plus son visage, entrouvris sa bouche et sorti sa langue. Lui ne bougeait pas, il se laissait faire, il l’observait. Elle commença à passer le bout de sa langue sur son gland en de tout petit coup, puis de la faire glisser tout autour, jouant à lui titiller le frein. Elle ouvrit sa main pour faire glisser sa langue le long de son sexe pour pouvoir atteindre ces bourses. Elle se mit à les lécher et à les sucer.

Elle remonta de nouveau vers son gland pour pouvoir le titiller à nouveau. Elle ouvrit un peu plus la bouche pour  commencer à le sucer. Elle débuta par de petit mouvement de vas et viens sur le gland, pour humidifier la zone, et au fur et à mesure elle enfonça son sexe de plus en plus loin. Une fois bien lubrifiée elle accéléra ces mouvements buccaux mais également ceux de la main. Elle allait et venait le long de sa queue, jouant par la même occasion avec sa langue et son piercing. Lui restait là sans rien faire, il savourait cette fellation qu’elle était en train de lui faire. Plus ça allait, plus il se tendait vers elle, positionnant sa main sur sa tête. Quant à elle, elle allait et venait le long de sa queue de plus en plus vite. Allant de plus en plus loin, toute en venant par moment, aspirer son gland, donnant des petits coups de langue, jouant de son piercing sur son frein. Il n’avait rien a redire sur cette fellation, il prenait son pied et la savourait pleinement, elle le suçait merveilleusement bien et elle, elle adorait le sucer aussi. Après 10 min elle arrêta de le sucer mais non de le branler. Elle s’allongea sur le transat, le fit se mettre à califourchon au-dessus d’elle, debout de façon à ce que son sexe se trouve juste en face de sa bouche. Il comprit rapidement où elle voulait en venir. D’elle-même elle dégagea ces mains, lui, il s’appuya  d’une main sur le dossier du transat, qui était légèrement surélève et de l’autre attrapa son sexe. Il lui présenta son gland devant sa bouche.

Elle sorti de nouveau sa langue, il vint tapoter son gland dessus ainsi que sur ces lèvres. Elle finit par refermer ces lèvres dessus. C’est alors lui qui prit le contrôle de la fellation. En prenant appui avec ces deux mains sur le dossier, il commença à faire aller et venir sa queue, comme il le désirait, à la vitesse qu’il désirait, aussi profondément qu’il le désirait, tandis qu’elle se caressait. Il kiffait cette fellation, comme jamais on lui avait fait. Dans cette position il sentait qu’il n’allait pas tarder à jouir, il s’excitait de plus en plus et ne voulais pas s’arrêter, bien au contraire, il redoubla de fougue et d’ardeur. Il  accéléra le mouvement tout en se contractant. S’entend qu’il allait jouir elle dégagea son sexe de sa bouche et avant qu’il n’ait pu faire quelque chose  elle se mit à le branler aussi bien et fort que possible tout en le titillant du bout de sa langue. Après quelques secondes il se mit à jouir sur ces seins tout en poussant un gémissement de plaisir intense. Elle finit par le branler délicatement tout en le suçant pendant plusieurs secondes.

Les petits coups de langue et les sucions qu’elle lui procurait alors qu’il venait de jouir le faisait tressaillir de  plaisir du fait de son hyper sensibilité. Sur le point de s’écrouler sur elle, elle se dégagea, le fit s’allonger à sa place et en profita pour aller chercher le tuyau d’arrosage. Elle se nettoya le visage avant de revenir vers le transat avec le tuyau. Elle enclencha le jet mini, se mit à faire couler de l’eau sur son partenaire de jeux pour le rafraichir, pour qu’il puisse boire s’il le voulait.  Après l’avoir suffisamment rafraichis elle commença à faire pareil avec elle. Elle positionna le jet face à son visage pour que l’eau ruisselle délicatement sur son visage, son cou, ces seins et tout le reste de son corps. Au début il ne bougea pas, il resta allongé sur le transat à la regarder faire puis, pour mieux la voir et mieux profiter de cette poitrine, il s’assit face à elle. Elle commença à passer érotiquement ces mains sur ces seins, en les caressant, les prenant  à pleine main, venant titiller ses tétons du bout de ces doigts,  son visage à quelques centimètres de ces seins. Il la laissa faire puis brusquement il se leva, attrapa le tuyau, le jeta à terre, l’attrapa par les cheveux et se mit à l’embrasser fougueusement. Après un baiser intense,  de petite morsure qu’elle lui faisait, il délaissa ces lèvres et descendis le long de son coup déposant baiser et morsure légère partout où il passait, lui arrachant plusieurs soupir de plaisir. Il finit par atteindre enfin l’objet de son désir. Il avait rien que pour lui cette énorme poitrine qui l’avait fait bander sous la douche et qui le rendait fou. Il les attrapa, un dans chaque mains et commença à s’en délecter.

Il passa de longues minutes à les caresser, à lécher, à sucer, à mordiller ces tétons qui se durcirent de plaisir et du traitement érotique qu’il leurs infligeait un nombre incalculable de fois. Elle était loin de s’en plaindre car elle adorait ça. Les gémissements de plaisir qu’elle poussait en étaient la preuve irréfutable. Elle avait placé l’une de ces mains sur sa tête pour l’accompagner dans le mouvement, lui faire comprendre de ne surtout pas arrêter, chose qu’il n’avait pas l’intention de faire. Néanmoins tandis qu’il s’amusait avec, une de ces mains commença à glisser le long de son ventre pour venir se poser sur sa chatte, par-dessus son maillot. Du bout des doigts il appuya légèrement pour enfoncer son maillot entre ces lèvres et ainsi atteindre son clito. Il finit par passer sa main sous le maillot. Il la senti toute humide de plaisir. Il reprit alors le petit jeu et à chaque fois qu’il y appliquait des caresses sur son clito, il mordillait l’un de ces tétons. Il avait vite compris que les deux combinés lui procuraient beaucoup de plaisir. Elle se mettait à gémir, à ondulé encore plus du bassin. Malheureusement, c’était une position plutôt inconfortable pour les deux, il l’a fit alors s’allonger sur le transat.

Sur le coup elle fut un peu déçus elle pensait qu’il voulait qu’elle s’occupe encore de lui mais ce ne fut pas le cas. Alors qu’elle c’était allongé, il se remit à titiller ces gros seins pendant quelques secondes avant de les délaisser. Il se mit à descendre le long de son ventre en y faisant glisser sa langue. Arriver au niveau du nombril, il attrapa les deux cote du maillot et le lui retira. Ils se retrouvèrent alors tous les deux nu sur ce transat, en plein soleil. Une vision plutôt érotique du sexe, vu de l’extérieur, que beaucoup apprécie voir et pratiquer. Elle, elle avait toujours eu envie de le faire. Tandis que sa main était posée sur sa chatte toute humide de plaisir, que deux de ces doigts allaient et venaient être ces lèvres pendant que son pousse venait titiller son clito, ces lèvres étaient revenues mordiller des petits bouts de chaire. A croire qu’il ne pouvait se détacher d’eux.

Au début, les doigts de sa main droite ne faisaient qu’aller et venir entre ces lèvres. Parfois le bout de ces doigts venait s’arrêter à l’entrée de son vagin, 4 ou 5 fois, comme s’il voulait la préparer à une entrer en force. La fois suivant, il lui inséra deux doigts dans le vagin très rapidement et aussi profondément que possible ce qui la fit gémir, limite crié de plaisir. Très intensément, tout son corps se tendit vers lui et avoir ainsi ces seins tendu vers lui, il ne put résister à lui mordiller les tétons ce qui ajouta du plaisir à ce moment. Il commença à faire aller et venir ces doigts en elle tandis qu’il commença à titiller son clito du bout de sa langue. Les deux combinées, la faisait gémir encore et encore, tout son corps était tendu vers ce plaisir. Il savait parfaitement joué de ces doigts car elle n’avait jamais autant pris son pied. Il lui faisait un cuni et « doigtage » dans les règles de l’art du sexe. Il alternait la pénétration avec de petits mouvements de rotation de ces phalanges, qui venait surement appuyer sur son point G, ce qui la rendait complètement folle, surtout allié à cette langue et ces lèvres qui ne cessaient de lui lécher la chatte. De son côté elle d’ondulait de plus en plus du bassin pour que le plaisir soit encore plus intense, elle en venait même à se mordre les lèvres de plaisir. Plus il s’appliquait sur son plaisir à elle, ce qui est plutôt rare de nos jours il faut bien l’admettre, plus les gémissements se faisaient intense, plus son souffle était fort. Son corps était sensible, offert au plaisir ainsi qu’à tout ce qu’il avait envie de lui faire. Il ne tarda pas à se rendre compte que l’orgasme approchait et c’est pourquoi il redoubla d’ardeur. Elle finit par lui attraper la tête d’une main, le dossier du transat de l’autre alors qu’il la pénétrait encore plus rapidement et plus sauvagement, il sentit sa chatte se contracter ainsi que tout le reste de son corps.

Il décida alors de remonté vers ces seins, lorsqu’elle se mit à jouir, il réitéra les petites morsures et sucions sauvages et passionné sur ces seins, elle finit par l’attraper et l’embrasser fougueusement. Elle avait le souffle cour, elle tremblait de tout son corps, sa chatte était encore en pleine extase. Après quelques secondes il sentit son corps se relâché et retomber sur le transat, il déposa de nouveau quelques petites caresses sur son clito encore tout excité ce qui la fit frémir, avant de remonter ces mains vers ces seins et ces lèvres. Il s’allongea à côté d’elle, ils restèrent ainsi plusieurs minutes le temps qu’elle reprenne son souffle et ces esprits.

Ils ne se parlent pas. Pas la peine à ce moment-là de mettre des mots sur ce qui venait de se passé, tout deux avaient aimés et rien d’autre n’importait. Néanmoins chacun d’eux espérait pouvoir remettre ça. Ils savouraient ce moment de détente après ces sensations fortes, elle se dégagea, se leva s’approcha du tuyau pour se rafraichir, quoi de plus normal après un plaisir aussi intense en plein soleil. Alors elle attrapa son paréo et elle lui dit

>>J’espère que tu t’es bien reposer parce qu’on est loin d’avoir fini. Rafraichi toi, je reviens tous de suite.

Elle se dirigea vers la porte d’entrée et disparu à l’intérieure de la maison pour n’en revenir que 10min plus tard avec une boite qu’elle déposa au pied du transat. Il la regarda surprit et surtout curieux de savoir ce que pouvait bien contenir cette boite.

>> Je ne vais pas te dire ce qui se trouve dans cette boite, tu le comprendras bien assez tôt. Tu sauras par toi-même quand tu devras l’ouvrir et prendre ce qui s’y trouve.

Sur le coup, il pensait que cela devait être des préservatifs ou du lubrifiant mais il était encore loin du compte. Pendant qu’il s’arrêtait à penser à ce que pouvait bien contenir cette boite elle c’était approcher, c’était mit debout devant le transat. Elle l’avait fait s’assoir juste devant elle pour l’embrasser tendrement, pendant de longue minutes leurs lèvres ne se décolèrent pas, leurs langues ne cessèrent de s’entremêlé et leurs mains commençaient à se caresser. Instinctivement il se mit debout, bien qu’étant plus grand qu’elle, ces mains se placèrent sur ces fesses qu’il caressait. L’une de ces mains remonta jusque dans sa chevelure pour empoigner une mèche de cheveux. Penchant la tête en arrière il vint lui déposer nombres de petit baiser et suçon dans le cou. Après avoir relâché la pression elle fit de même, en commençant par les oreilles qu’elle venait sucer et mordiller, puis descendit vers le cou, pour remonter de l’autre côté. Tandis qu’elle s’amusait elle le fit pivoter pour se retrouver à sa place, petit à petit elle se mit à descendre, s’arrêta sur ces tétons qu’elle lécha, mordilla très délicatement puis continua sa descente. Il était encore au repos  et elle espérait bien qu’il ne resterait pas ainsi longtemps. Elle l’attrapa d’une main et commença un très léger mouvement de va et vient avant de le prendre à pleine bouche. Elle commença alors à le sucer avec ferveur et en un rien de temps elle le sentit grossir entre ces lèvres. Elle vint titiller son gland du bout de sa langue avant de ne sucer que lui, en jouant avec sa langue sur son frein. Elle le senti grossir et se gorger encore plus de plaisir. Instinctivement, il avait placé ces mains sur sa tête mais n’avait nul besoin de l’obliger à quoi que ce soit, elle se débrouillait parfaitement toute seule. Alors qu’il savourait cette nouvelle fellation, elle le repris à pleine bouche tout en le branlant. Elle le sentit devenir aussi dur que la première fois qu’elle avait pu l’avoir dans sa main, qu’elle avait pu s’en délecter. Sentant qu’il était maintenant bien dur elle pouvait enfin s’amuser avec lui. Elle se mit à faire aller et venir sa queue dans sa bouche doucement puis plus rapidement, alternant ainsi la rapidité et les jeux de langue. Soudain elle s’arrêta. Il la vit défaire son paréo, attraper ces seins pour essayer de les placer autour de sa queue.

Etant plus grand qu’elle, sa queue était un peu haute, il le prit alors entre ces mains, s’accroupi et vint la placé entre ces seins, elle commença à faire aller et venir ces seins le longs de son sexe. A chaque fois que son gland dépassait, elle venait lui donner quelques petits coups de langue. Pour plus de plaisir il décida de l’aider, il prit alors ces seins et commença lui-même à faire aller et venir son sexe entre ces seins. Elle, elle avait placé ces mains sur ces fesses comme pour l’aider, continuant ces petits coups de langue. Cette petite branlette espagnole, il semblait apprécié mais elle finit par lui dire

>>Si on changeait de position ???

Elle se releva, attrapa la serviette qui se trouvait sur le transat, la mit par terre sur l’herbe du jardin juste à cote de la boite, elle le fit s’allonger et vint se positionné tête bèche au-dessus de lui. Bien que pas très à l’aise dans cette position du 69, elle finit vite par oublier ces réticences lorsqu’elle se remit à le sucer, enfonçant sa queue profondément. De son côté, il ne tarda pas à lui faire plaisir, bien que déconcentré par ce qu’elle lui faisait, il approcha de nouveau ces lèvres et sa langue de sa chatte et commença à faire aller et venir sa langue tout le long tandis que ces doigts retrouvèrent rapidement se trou toujours aussi humide. Tout d’un coup, il pencha la tête en arrière en gémissant car elle venait d’enfoncer sa queue aussi loin que possible dans sa bouche touchant ainsi son aluette, et il adorait ça. Lorsqu’elle se remit à aller et venir normalement sur son sexe il pivota la tête et vit de nouveau cette boite qu’elle avait apporté. Discrètement il tendit le bras pour l’approcher. Il l’ouvrit, fouilla et en sortis la première chose sur lequel il tomba : un petit Plug.

Il se mit à sourire, en pensant que cette après-midi allait être toute une expérience. Il attrapa le Plug et doucement et il approcha ces doigts de son petit trou pour voir si elle allait s’y refuser ou pas. Du bout des doigts il titilla l’entrer qui allait en s’assouplissant. Il y inséra d’abord une phalange la faisant aller et venir petit à petit pour commencer à le dilater, puis fini par lui introduire totalement le doigt. Après quelque mouvement, il retira son doigt attrapa, le Plug qu’il humidifia de sa mouille à elle se mit à pousser doucement. Ce dernier entra sans difficulté. Il commença alors à le faire aller et venir doucement, puis de plus en plus vite changeant de main de temps en temps tandis qu’elle de son côté continuait à aller et venir avec plaisir le longue de cette queue qui la faisait mouiller comme jamais. Il commença alors à le faire aller et venir au rythme où elle allait et venait le long de sa queue, ce qu’elle comprit assez rapidement. Elle commença alors par des mouvements léger, allant jusqu’au milieu de sa queue, remontait et venait passer sa langue sur son gland. De son côté, il faisait le même mouvement et se mit à le faire bouger en petit cercle pour que le trou s’agrandisse. Il le faisait aller et venir de plus en plus loin limite jusqu’a la garde et à chaque fois il réussissait à la faire gémir de plaisir malgré le fait que de son côté il avait du mal à se concentré du à ce qu’elle faisait endurer à sa queue, surtout jusqu’où elle l’emmenait.

Malgré le fait qu’il adorait sentir sa queue dans sa bouche, contre sa langue, il avait envie de la prendre.

J’ai envie de te prendre la maintenant dans cette position ___ lui dit-il.

Il se dégagea mais l’obligea à rester à quatre pattes, surtout avec ce Plug. Lorsqu’il alla pour prendre un préservatif dans la boite il y vit un superbe vibro rose qui lui donna quelques idée de jeux pour plus tard pour l’instant il n’avait qu’une envie pouvoir sentir sa queue dans cette chatte si humide de plaisir. Il se mit rapidement un préservatif, se mit en position, une main sur le Plug pour ne pas qu’il sorte, plaça sa queue et la pénétra doucement pour savourer chaque centimètres de cette magnifique chatte. Il la pénétrait jusqu’à la garde, puis commença ces coups de rein doucement, mais ne pouvant plus se retenir, il alla de plus en plus fort et plus en plus vite. La sensation de frottement avec ce Plug augmentait son plaisir à lui et se sentir prise comme ça augmentait son plaisir à elle. Il s’en donnait à cœur joie. Après plusieurs minutes il voulut changer de position, il la fit passer de levrette à amazone. La sensation n’était pas la même pour lui mais il appréciait quand même énormément  surtout que comme ça il pouvait de nouveau jouer avec ces gros seins, en faire ce qu’il voulait tandis qu’elle prenait le contrôle des mouvements. Elle se mit alors à gémir énormément

>>Je …je vais….

Elle ne put finir la phrase qu’elle se remit à gémir et fini par jouir une première fois. Malgré ça, elle resta dans cette position et continua à aller et venir le long de cette queue qu’elle sentait parfaitement en elle. Lorsqu’elle se mit à jouir elle se contracta tellement que le Plug sortis et tomba à terre. Cela ne les dérangea pas le moins du monde car ils continuèrent à baiser sur l’herbe. Il finir par passer en missionnaires, il put ainsi la prendre bien profondément lui arrachant de nombreux cris de plaisir, il sentait d’ailleurs ces mains sur ces fesses qui le poussait à aller encore plus vite, plus fort. Par moment elle plantait ces ongles dans la chaire du au plaisir. Dans cette position il pouvait s’embrasser d’une fougueuse façon il passait ces mains dans ces cheveux pouvant ainsi la contrôler. Il n’en pouvait plus, non pas qu’il avait envie de jouir, il kiffait la baisé aussi sauvagement qu’il était en train de le faire

Va plus vite s’il te plait fait moi jouir comme sa — lui dit-elle entre deux gémissement.

Aussitôt dit aussitôt fait. Il augmenta la cadence et la puissance de ces va et viens. Elle finit par être prise de tremblement, souffle cour mais elle ne put se retenir bien longtemps. Elle se mit à jouir et a crier si fort son plaisir suivit de peu par les siens.

Ils restèrent ainsi le temps de reprendre leur souffle et après c’être « libérer » et nettoyer ils se rafraichirent avec le tuyau et se posèrent tous les deux  sur la serviette pour profiter du soleil …..

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

Vous êtes auteur ? Voici quelques conseils pour écrire les vôtres : https://blog.meshistoiresporno.com/2020/08/23/meshistoiresporno-mode-demploi-et-nouvelle-formule/

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *