Samia – 30 C’est vraiment vous ?

12345
Loading...

mia michael


BDSMhumiliationsoumission et domination


Madame Stone se tourne vers moi. J’ai un petit mouvement de recul. Elle me dit :

— Vous voyez, pour que la punition soit efficace, il ne faut pas se dépêcher. La douleur met un moment à se répandre et puis il y a l’appréhension des coups à venir…
Elle en parle avec gourmandise. Pas de doutes, elle adore faire ça.
— On continue, Moucheron ?
— Ouiii, Madame.
Moucheron est toujours les fesses en l’air, tremblante et gémissante. Le fouet claque deux fois de plus sur ses fesses déjà bien rouges. Là, elle reconnaît qu’elle est une voleuse, ce qui est sûrement faux. Deux coups de plus et ses fesses s’ornent de nouvelles bandes du plus joli effet. Moucheron dit qu’elle mérite ces deux coups parce qu’elle suçait la bite de son frère et de son père. Oh ! Ça plaît à Madame Stone, ça. Elle lui dit :
— Tu aimais faire ça ?
— Oui Madame, j’aimais les sucer et leur lécher le cul…
— Bon, la punition est terminée… À condition que tu me remercies comme il faut.
Moucheron se jette aux pieds de Madame Sone et couvre ses chevilles de baisers en la remerciant de l’avoir fouettée. Aucune fierté, ces esclaves. Madame Stone dit :
— Remettez-vous toutes au travail, sauf Banane. Tu viens avec moi.
— Oui Madame
J’ai l’impression que Banane va se retrouver entre les cuisses de Madame Stone dans peu de temps. Je lui dis :
— Je voudrais garder Moucheron, le temps de faire un selfie.
Elle fait un geste, genre « rien à foutre ». Elle est vraiment désinvolte avec moi. Je réglerai ça plus tard. Moucheron vient se mettre à côté de moi, elle a peur. Je lui dis :
— Montre tes fesses, je vais faire un selfie.
Je m’assieds et je mets mon visage à côté de ses fesses toutes rouges. Je fais quelques photos, pour le site de Sandra Mae. Je mets la main sur ses fesses, elles sont brûlantes, c’est mignon. Je lui demande :
— Quelle est la fille qui lèche le mieux ?
— Je crois que c’est Poussière, Maîtresse.
Oui, je pense à Madame Stone qui s’envoie en l’air sous la langue de Banane et pourquoi pas moi ? Je lui dis :
— Va la chercher.
— Oui Maîtresse.
Poussière arrive bientôt. C’est une jolie Hispanique. Je lui dis :
— Suis-moi.
— Oui, Maîtresse.
On va sur la terrasse. Toujours nue, je m’assieds dans un des fauteuils et pose un pied sur le bord de la table. Je lui dis :

— Déshabille-toi !
Quand elle est nue, je lui montre ma chatte du doigt. Poussière se met aussitôt à genoux entre mes jambes et elle couvre ma chatte de baisers…

Je crie :

— Une fille, sur la terrasse.
Une fille arrive aussitôt, je ne me souviens pas de son nom. Je lui dis :
— Café.
— Oui Maîtresse…
Oooh ! J’ai l’impression que la langue de la fille me caresse le nombril… de l’intérieur, tellement elle va loin. C’est cool, la vie ici. Même pour les esclaves ! Prenez Poussière : elle a le grand honneur de me lécher la chatte. Des millions de spectateurs de Cléopâtre rêvent d’être à sa place. Bon, il y a Madame Stone et le fouet, mais ils sont spécialement étudiés pour ne pas blesser. Je crois que les esclaves font beaucoup de cinéma… Poussière se démène et je m’apprête à larguer les amarres et à voguer vers une mer de félicité, quand Summer arrive essoufflée et en sueur. Elle me dit :
— Viens avec moi.
— Mais…
— Je dois répéter ?
Je repousse Poussière, je me lève et je suis Summer. On va dans « sa chambre ». Là, elle enlève son short en jean en disant :
— Ce truc est trop étroit ou alors j’ai grossi. L’entrejambe n’a pas arrêté de me masturber pendant que je courais.
Elle se couche sur le lit, les jambes écartées, sa chatte humide bâille un peu parmi les poils noirs. Pas besoin d’un dessin je me transforme en Poussière et je lèche sa chatte aux senteurs marines puissantes après le jogging et avant la douche. J’ai l’habitude et j’aime bien, même si aujourd’hui, c’est fort… Je la lèche, suce ses grandes lèvres, enfonce ma langue dans son vagin et son anus. Elle me donne une claque sur la tête en disant :
— Pas de fantaisies, clito !
Je le suce doucement tout en le léchant et quelques minutes plus tard, elle serre ma tête entre ses cuisses et jouit… Quand elle les desserre, je dois avoir les oreilles toutes rouges. Elle me dit :
— Tu ne vas pas passer ton temps à te faire lécher par toute les esclaves, tu as des scénarios à lire. Demain, jogging à 8 h.
C’est un comble, je dois la lécher et elle, elle m’empêche de jouir. Elle doit voir que je râle, ce qu’elle ne supporte pas. Et, évidemment, c’est là une nouvelle occasion de me montrer quelle est ma place. Elle me prend par la nuque, on est à nouveau les yeux dans les yeux, je les baisse, tandis qu’elle me dit :
— D’ailleurs, je veux que tu me demandes la permission pour jouir… Et puis, va te laver le visage, tu sens la chatte pire qu’un congrès de gouines !
Je vous rappelle qu’elle est armée et qu’avec elle, je ne crains rien…. cela vaut bien quelques humiliations. Ce qu’elle veut, c’est me contrôler. Elle est payée par Sam pour s’occuper de moi et elle fait bien son job, voire trop bien. D’un autre côté, je suis contente qu’elle me demande de la lécher, plutôt que la première esclave venue…
***
Je deviens célèbre. Je suis interviewée par différentes chaînes de télé et j’ai de plus en plus de fans. Summer me fait lire, enfin parcourir, un scénario par jour… Je dois dire que ma vie ici me plaît. Tous les jours, j’assiste à la punition de la servante qui a démérité, puis je me fais lécher par une des huit filles… Pas celle qui vient d’être fouettée : je n’ai pas envie qu’une fille en larme et avec le nez qui coule le fourre dans ma chatte.
L’après-midi, je fais des courses avec Summer, on va à la plage et on rejoint souvent nos amis à Venice. Les gens me reconnaissent et font des selfies…
Cependant, Monsieur Sam s’impatiente. Il nous a convoqués dans son bureau, la semaine prochaine.
***
Ce midi, Summer a un message et elle me dit :
— Ce soir tu es invitée à une soirée à l’hôtel du « Slave Paradise. »
— On va à quelle heure ?
— Je ne suis pas invitée…
— Alors, j’y vais pas.
Soupir exaspéré de Summer qui me dit :
— Monsieur Sam insiste. Il y aura des gens importants qui veulent te rencontrer.
Je ne réponds pas… elle ajoute :
— Je te conduis jusqu’à l’hôtel… et je viens te rechercher.
Je soupire et réponds :
— Bon, d’accord.
L’après-midi, on m’apporte la robe que je dois mettre. C’est une robe blanche tellement transparente qu’on pourrait lire ce qui est écrit sur l’étiquette de ma culotte… si j’en avais une.
Vers 20 h, on est dans le parking du Slave Paradise. On embrasse les gardes qu’on connaît. En chemin vers l’hôtel qui est au bord de la mer, je me colle à Summer. J’ai pas envie d’aller seule. L’hôtel est très éclairé. Il y a des servantes en uniforme un peu partout. Venant d’un salon, on entend de la musique, des rires… Je dis à nouveau :
— J’y vais pas sans toi.
Elle ne râle pas, mais elle s’éloigne et téléphone. Je suis assise dans un canapé, les bras croisés en mode « J’irai pas ». C’est vrai quoi, je suis une vedette et j’ai besoin de ma garde du corps… Je lui dis :
— Ils vont t’inviter et…
Et là, un homme entre dans la pièce. Il est… quelconque… Il s’approche de moi, je me lève et il prend mes mains dans les siennes en disant :
— Ravi de vous rencontrer, Mademoiselle Stirland.
Il me baise la main.

Alors ça, c’est la première fois, pas qu’on me baise, mais qu’on me baise la main. Je réponds :

— Je suis ravie aussi… mais…
Je le connais ! Je lui dis :
— Vous êtes… euh… un sosie ?
Il rit et répond :
— Non, non, je suis le vrai.
— Désolée, Monsieur le Président, je m’attendais si peu….
— J’ai vu votre film et je vous ai trouvée sublime… J’ai eu envie de vous rencontrer pour vous baiser… la main.
— La main et le reste, si vous le désirez, Monsieur le Président.
Il rit. Vous vous rendez compte : je fais rire le Président des États-Unis, l’homme le plus puissant du monde… après le Président Chinois, bien sûr.
Il s’éloigne un peu de moi pour me regarder et dit :
— Tu es ravissante. Tourne…
Je prends des poses de pin-up de dos et de face. Il ajoute :
— Tu es d’accord pour m’accompagner à cette soirée. ?
— Je vous suivrais jusqu’au bout de monde Monsieur le Président.
Il rit à nouveau. Je lui dis :
— C’est que je ne suis pas très habituée aux mondanités. Je suis née à la campagne…
— Je sais, tu es née et tu as vécu à Notasulga, tu es très intéressée par les esclaves, tu as envie de devenir une star ou alors d’épouser un homme riche et de vivre dans une grande maison coloniale avec beaucoup d’esclaves… Ah oui, et tu as la trouille dès que tu es loin de Summer…
Je le regarde, bouche bée et les yeux ronds. Summer me dirait : ferme la bouche, Ashley. Il est devin ou alors la CIA surveille mes moindres faits et gestes. Il me dit :
— Viens…
Il me prend par le bras, une servante nous ouvre la porte et je fais mon entrée dans une robe transparente qui doit venir d’un sex-shop, mais je suis au bras du Président des États-Unis.
Quand j’entre dans la pièce, tout le monde nous regarde. C’est intimidant sauf si on est au bras du Président. À moins que… je me tourne vers lui en disant tout bas :
— C’est sûr que vous… êtes bien le Président ?
— Mais, oui, Ashley. Tu veux voir le drapeau américain qui est tatoué sur mes fesses ?
Il rit… moi aussi. On est amis !
Dans la pièce, la première chose que je vois, ce sont quatre derrières de filles. Elles sont attachées sur une structure composée de deux barres asymétriques. Une haute sur laquelle elles sont appuyées et une très près du sol pour attacher leurs poignets. Elles sont bâillonnées au moyen d’une balle dans la bouche, un accessoire pour le bondage. Les filles sont nues et elles ne ressemblent pas à des esclaves, car elles sont bien coiffées et maquillées. Je fais un gros effort pour détacher mes yeux de ce spectacle. Je regarde les gens, Monsieur Sam vient à ma rencontre en disant :
— Bienvenue Ashley. Notre Président avait très envie de te rencontrer.
Je l’embrase et réponds :
— Oui… euh… moi aussi…
N’importe quoi, Ashley ! Mais, bon, je n’ai pas l’habitude des mondanités. Madame Wolf est là avec sa bête copine, Sara, je crois.

À suivre.

 

Nos 7 livres illustrés sont ici :

https://www.lamusardine.com/recherche?s=mia+michael&controller=search

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *