Samia – 33 Un mariage express.

12345
Loading...

mia michael


BDSMsoumission et domination


Quatrième partie.
**************
Madame Conway m’explique ce que je sais déjà : il faut que le Président soit marié  pour séduire les citoyens et pour les voyages à l’étranger.
On part se marier à Jackson Mississippi,  ville natale de mon mari. On est tous les deux du Sud profond.
C’est un pasteur qui nous marie vite fait dans une petite église. Il n’y a que quelques invités, la mère du Président, qui a l’air complètement dépassée par ce mariage, mais heureuse que son fils se case enfin… avec une femme. Bien sûr, il y a aussi nos proches : Summer, Monsieur Sam, Madame Wolf, avec une autre chérie, heureusement, et quelques personnes que je ne connais pas…
Après la cérémonie, on quitte la ville et on arrive dans une région boisée. Au bout d’une allée, je vois un grand hôtel. C’est un bâtiment de style colonial, c’est-à-dire avec des colonnades… Un peu comme la Maison-Blanche, mais en plus petit, bien sûr. On entre, deux rangées de servantes s’inclinent sur notre passage. Là, c’est vraiment justifié, c’est le Président et la Première Dame… Je ne vois pas de clients, mais c’est la fin de l’après-midi. Ils arriveront sans doute plus tard.
On traverse le bel hôtel. Vers l’arrière, au milieu d’une végétation tropicale, il y a une terrasse et une belle piscine… Des filles apportent du champagne… Moi je demande une « margarita ». Mon mari me dit :
— Je vais te faire un petit cadeau.
Quoi ? Un brillant, une Rolls, un yacht, une île ?
Un des hommes que je ne connais pas me tend des papiers en disant :
— Monsieur le Président a loué une maison à Malibu pour un an. C’est vous qui en aurez la jouissance. Si vous voulez bien signer ces papiers, je vous donnerai le titre de location.
Il aurait pu l’acheter et m’en faire cadeau, le rat !  Je sais que j’aurai une somme très importante tous les mois, ça compense. Je regarde Summer. Elle lit le message suivant dans mes yeux « Est-ce que je dois signer ? » Elle fait oui de la tête. Je signe tous les papiers et il me remet un exemplaire. Même si ce n’est pas sa tasse de thé, j’embrasse mon mari en disant :
— Merci, c’est gentil.
J’ajouterais bien « Tu aurais pu m’en faire cadeau ». Il répond :
— Tu es l’épouse idéale.
Il ajoute :
— J’ai acheté les esclaves aussi. Et Madame Stone va rester.
Combien il y en a ? Huit, je crois. J’ai huit esclaves à moi… enfin, à nous.
On m’apporte une grande margarita. On boit au Président, à moi, au mariage, à la prochaine élection. Je donne le papier que j’ai reçu à Summer en demandant :
— Tu veux bien le garder ?
— Oui, bien sûr.
Il fait très chaud, je dis au Président :
— J’irais bien nager pour me rafraîchir.
— Bien sûr, vas-y ma chérie.
— C’est que, je n’ai pas de maillot…
— Pas besoin de maillot, j’ai loué tout l’hôtel et tous les gens qui sont ici sont des amis ou des collaborateurs.
Il a loué tout l’hôtel, pas mal… J’enlève ma robe. Oh ! J’ai oublié de mettre des sous-vêtements. Nue, je m’étire et tous les yeux sont braqués sur la chatte ou le cul de la première dame ! Je me balade un peu autour de la piscine puis je plonge dans l’eau… ou alors, je descends par une échelle. Oui, Summer m’a appris à nager mais c’est très récent. La petite chérie de Madame Wolf se déshabille et elle me rejoint dans la piscine. Elle nage vers moi et me dit :
— On n’a pas eu l’occasion de se parler. Je m’appelle Chloé et je suis étudiante en art. Je vous trouve ravissante Madame la Présidente.
Elle a l’air vachement plus sympa que l’autre. Je réponds :
— Je suis ravie aussi…
Je mets la main sur sa taille et je l’embrasse sur la joue… chastement, ce qui n’empêche pas le bout de nos seins de se frôler amoureusement. Elle se presse un moment contre moi. Summer s’est déshabillée aussi et elle plonge impeccablement. Des gardes se déshabillent et ils viennent nous rejoindre… Je regarde Summer, puis Chloé et les gardes… Pas mal la vie de Première Dame… Je suis consciente que les choses ont bien changé et que la vie du Président et de sa femme n’a plus rien à voir avec celle de Ike et Mamy Eisenhower. Sans remonter aussi loin, un Président comme John D., c’est vraiment… atypique.
Les gardes sont à mon goût. Ils plongent, puis jouent avec un ballon. Je regarde leurs sexes qui bougent dans tous les sens, comme s’ils avaient une vie indépendante. Un des gardes me demande :
— Vous ne jouez pas avec nous, Madame la Présidente ?
D’accord, Summer m’a effectivement appris, mais j’ai envie de m’amuser, alors je réponds :
— C’est que… je ne sais pas nager.
— Voulez-vous que je vous apprenne ?
— Volontiers.
Il me fait basculer en avant mais en me tenant : une main sur les seins, l’autre sur la chatte. C’est vraiment troublant, pas d’apprendre à nager, mais ces grandes mains sur des endroits aussi sensibles. On joue comme ça un moment. Je sais que mon mari ne perd pas une miette du spectacle. Après un moment, Summer s’approche de nous et dit au garde :
— C’est pas le bon moyen avec elle. Sors ses fesses de l’eau.
Elle donne une méchante claque sur mes fesses mouillées en criant :
— Maintenant, nage jusqu’au bout de la piscine et reviens.
Aïe ! Mes fesses ! Mamy Eisenhower n’aurait jamais accepté ce genre de familiarité ! J’entends les autres rire, tandis que je nage et je reviens vers elle. Je vais me mettre contre elle en disant :
— Tu m’as fait mal…
— Mais tu sais nager maintenant.
C’est pas protocolaire, mais Summer a tous les droits.
Ensuite, on joue au ballon avec le garde… on se frôle, on se touche, on s’éclabousse… Le jour commence à décliner et il fait frais. Je demande à Summer :
— On sort de l’eau ?
— D’accord…
On sort et on s’essuie sous les yeux de mon mari et des invités. Il y a moyen de faire ça d’une façon très sexy.
Des filles sont venues rejoindre les invités. Je pense qu’ils ont choisi une ou deux esclaves pour la nuit. Un homme en noir vient m’annoncer :
— Madame la Présidente, le dîner peut être servi quand vous voulez.
Pourquoi il me dit ça, le pingouin ? Ah oui, c’est genre « Madame est servie ». Je regarde Summer. Elle me comprend même quand je ne parle pas. Elle me demande :
— Toi, faim ?
Ben oui… C’est mon premier jour, c’est facile de se moquer. Le Président me donne le bras pour aller dans une grande salle à manger… Il me dit :
— J’ai proposé aux gardes de manger avec nous.
— Très bonne idée.
Ça, les Présidents précédents ne le faisaient sûrement pas non plus.
Mon mari me demande :
— Quel est le garde que tu préfères ?
— Celui qui m’a appris à nager.
— Ah, c’est Ron.
Il l’appelle et lui dit :
— Tu te mettras à côté de ma femme
— Certainement Monsieur le Président.
On s’assied, moi je suis entre mon mari et… mon futur amant. Enfin, j’espère… Des serveurs apportent du champagne, des petits toasts. L’un deux me demande :
— Puis-je vous servir, madame la Présidente ?
— C’est quoi ?
Mon mari répond :
— Du sauternes, tu vas aimer.
Je goûte… mmmmhh… c’est frais, fruité, langoureux… j’adore. Tout le monde boit et discute… Ron, mon beau voisin, me dit :
— J’ai adoré vous apprendre à nager, Madame la Présidente.
— Ne m’appelle pas comme ça.
Il met sa main sur mes cuisses et me dit à l’oreille :
— D’accord mon poussin.
C’est mignon, peut-être pas très protocolaire mais, bon, le protocole, moi, je m’assieds dessus et sans culotte ! Le président aussi. Enfin, ici, avec des amis. Il est plus intéressé par le flirt entre Ron et moi que par autre chose.
On nous sert du homard, j’adore ça. Pas facile à manger proprement, heureusement ils ont fendu le corps. La tête est pleine de corail, je mouille tellement c’est bon. Je flirte avec mon voisin… Il m’embrasse et tout le monde a l’air de trouver ça normal. Ils doivent être habitués aux frasques du Président. Celui-ci nous regarde du coin de l’œil, tandis que Ron et moi, on mélange nos langues et nos salives… Vers la fin du repas, un couple arrive. Je dois le décrire : ils ont une petite cinquantaine d’années et sont quasi obèses tous les deux. Lui est chauve sur le dessus de la tête, sauf une longue mèche qui fait des zigzags sur son crâne. Il a une Rolex et des grosses bagues. Elle a des cheveux teints en roux et elle est maquillée comme une mère maquerelle. Elle est vêtue d’une robe de couturier qui ne ressemble à rien sur elle. Ses bijoux ont l’air faux tellement ils sont gros. Je les situe nouveaux riches… ou plutôt, nouveaux très riches. L’homme dit d’une voix forte :
— Mieux vaut tard que jamais, on a été retardé. Bonsoir à tous…
Le Président se lève pour les accueillir. Monsieur Sam et Madame Wolf aussi. Mince ! Ils ont l’air de paysans qui ont fait fortune, le Président me fait signe de venir. Je retire la patte de Ron de mes cuisses et je vais vers eux, sans envie… La femme me tend une main bijoutée à mort en disant :
— Alors, c’est toi la nouvelle Première Dame ?
— Oui, c’est ça et vous, vous êtes ?
Mon mari me serre le bras en disant :
— Ma chérie, je te présente Monsieur et Madame Crasston, les rois de la viande et de beaucoup d’autres choses. Les plus gros industriels de l’alimentaire des États-Unis. Embrasse-la et fais ça bien.
Si ça peut faire plaisir à mon mari. Après tout, j’ai embrassé des bites moins appétissantes que cette grosse femme.

Elle me repousse en disant :

— Garde ta langue dans ta bouche et la prochaine fois ne m’embrasse pas.
Non mais pour qui elle se prend, la reine de la saucisse ?!? Dangereux d’humilier la Première Dame. Elle me le paiera !
Ils discutent entre eux, moi, je retourne près de mon amoureux.  Je lui demande tout bas :
— C’est qui ces gros ploucs…
— Les rois de la viande, ils ont aidé le Président pour sa campagne…
M’ouais. Je termine les desserts qui sont dans mon assiette. Le Président revient près de nous en disant ;
— Chers amis, on va passer dans la salle voisine.
Là, il y a de la musique et mon mari m’invite à danser… Normal. Heureusement ça ne dure pas et il retourne parler avec ses amis. Je danse avec Ron… Je sens la barre dure de son sexe contre mon ventre. J’espère que c’est lui qui baisera la belle et innocente jeune mariée.

À suivre.

Un grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

Nos 7 livres illustrés sont ici :

https://www.lamusardine.com/recherche?s=mia+michael&controller=search

 

 

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *