the girl next door 2

12345
Loading...

lecourbe


BDSMsoumission et dominationtriolisme


Deux semaines sont passées depuis cette soirée incroyable où elle m’a mené par le bout du nez…enfin de je devrais dire plutôt par le bout de la cravache pour coller davantage à la réalité. Très paradoxal ce moment. Alors qu’elle s’est offerte d’une manière inattendue et nouvelle pour moi, en même temps, elle m’a privé au final de la possibilité de m’emparer pleinement de ce corps si désirable. État d’excitation fabuleux mais frustrant au possible. Un truc à rendre fou ! D’ailleurs, je me demande encore si j’ai toute ma tête car, depuis, je ne peux quasiment pas faire autre chose que de penser à elle. Heureusement que trois jours après l’avoir ainsi cravachée en tenue d’Eve, elle m’a prévenu de son départ pour les States. Pour le boulot, paraît-il. Incroyable, je la connais à peine et ma jalousie pointe déjà en imaginant la belle dans les mains d’un  sadique qui saura la prendre dans ses filets et lui poser un collier. Car, j’avoue que depuis ce moment incroyable je me suis un peu documenté sur l’univers du BDSM et ce que j’y ai vu ne m’a pas toujours rassuré. Au moins, j’y ai gagné un peu en vocabulaire et fait un tri dans les pratiques qui me séduisent. Il est en effet indéniable que j’en ai trouvé un certain nombre que j’expérimenterais volontiers avec ma belle voisine ! Je me demande d’ailleurs où se situe Élodie avec ce désir évident de pimenter sa vie sexuelle par une relation de soumission. Encore faudrait-il qu’elle me fasse à nouveau signe car depuis son départ, nada, aucune nouvelle. Aucun bruit chez elle. Au moins, elle ne m’a pas menti.

 

Le bourdonnement de mon téléphone qui avance tout seul sur la petite table près du lit me sort brutalement d’un sommeil gagné de haute lutte. Si c’est une blague, à deux heures du mat, c’est de mauvais goût! Je m’apprête à accueillir le plaisantin sans humour mais tout bascule en voyant le nom qui s’affiche et je me précipite pour décrocher, éveillé comme jamais.

-Bonsoir Élodie.

-Ah zut, j’ai zappé le décalage! Tu dormais?

-Pas de souci, tu vas bien? Super content que tu m’appelles.

-Écoute, je rentre demain et j’ai envie que l’on se voit. Laisse moi deux jours pour récupérer un peu mais si tu es libre mercredi soir…

Impossible évidemment de masquer ma joie. Ma réponse fuse, vite, trop vite. Elle en rit avant d’ajouter qu’elle a aussi pensé à moi pendant ces deux semaines.

-20 heures chez moi. Tu n’as rien contre les surprises ?

-Encore un jeu ?

-On peut le voir comme ça mais tu es trop curieux.

-Ok, va pour la surprise…

-Rendors-toi, encore désolé cher voisin ! Tchao, à mercredi.

Tu parles ! Comment retrouver les bras de Morphée après son appel ? Le lendemain, la fatigue est bien là mais je m’en moque et c’est plein d’énergie que je saute du lit. Maintenant c’est l’impatience qui domine avec cette interrogation récurrente. Qu’est-ce qu’elle me réserve cette fois ?

 

Je suis en avance. Elle m’ouvre. Petite robe noire, escarpins et regard toujours aussi espiègle. Je craque complètement. Son baiser d’accueil dérape pour finir sur le coin de mes lèvres. Rien de fortuit, j’en suis sûr et je suis bien décidé à me montrer plus entreprenant. Je préfère tout de même attendre mon heure. On parle de son voyage en buvant une bière. Bizarre comme sensation après avoir eu Élodie à la merci de ma cravache de se retrouver seuls comme des potes à discuter boulot. Une heure presque qu’on papote et je commence à douter. J’en viens même à me demander si elle n’a pas réfléchi. Elle trouve peut-être le voisin sympa, sans regret de s’être un peu amusée l’autre soir, mais l’envie d’en rester à une relation plus basique de voisinage est peut-être d’actualité. Possible mais je n’arrive pas à m’en convaincre. En plus, bizarre, elle regarde sa montre régulièrement depuis un moment. Brouillard total quand je la vois sourire en entendant la sonnette de l’appartement. Pas le temps de comprendre. Elle revient accompagnée et je prends un grand coup derrière la tête !

-Marc, je te présente Lola…

Élodie semble s’amuser comme une folle. Elle me regarde régulièrement pendant que je m’efforce de tenir une conversation intelligente. Malgré mes efforts, je dois tirer une tête bien différente depuis l’arrivée de cette fille. Un canon. Grande avec un tignasse rousse qui lui tombe au milieu du dos et des yeux vert émeraude qui vous transpercent. Et pour ce qui est du reste, je n’en parle même pas! Je commence à me demander si Élodie ne joue pas avec moi. Elle m’allume et maintenant me fait comprendre cruellement que la place est prise…. Je suis à deux doigts de trouver un prétexte pour les laisser en plan quand je la vois se rapprocher de Lola pour lui parler à l’oreille. Le visage de la jolie rousse témoigne d’abord d’un étonnement puis je la vois sourire en écoutant ma voisine poursuivre. Je l’entends distinctement dire qu’elle est ok pour la suite. Quelle suite ?Je suis complètement largué et la situation commence vraiment à m’énerver. Élodie l’a senti et je la vois se lever pour venir s’asseoir à côté de moi.

-Marc, avec Lola on s’est connu en faisant nos études et on est comme deux sœurs. On a vite découvert des points communs dans nos libidos. Après ta visite de l’autre jour, tu imagines sans doute de quelles pratiques il s’agit Ce soir c’est au tour de Lola d’être punie et je voulais lui faire aussi une surprise. Que dirais-tu de me remplacer ? Lola est d’accord, je viens de lui demander.

C’est donc ça ! Machiavélique à souhait comme plan ! Élodie est vraiment une chipe de première!  Lola ne laisse pas le temps à un éventuel malaise de s’installer et enchaîne en plongeant un regard inquisiteur dans mes yeux incrédules.

-Élodie pense que ça pourrait me plaire de changer un peu de tourmenteur. Tu seras le premier mec ! Enfin je veux dire pour la domination. Elle m’a dit que tu étais doué. Si tu acceptes qu’elle te guide, je veux bien essayer avec toi.

Je me demande si tout cela n’est pas un rêve mais quand je vois Élodie se diriger vers un coffre qu’elle soulève et pose sur la table basse, je prends conscience de ce qui m’arrive. Elle a déjà compris que je ne refuserai pas et je la vois en sortir des sortes de pinces et un beau martinet composé de fines lanières de cuir qu’elle présente à Lola. Je lis de l’approbation dans le sourire de la belle rousse. Elle se lève et commence à se déshabiller spontanément. Son chemisier disparaît suivi du soutien gorge noir en dentelle en mettant à nu deux fines épaules et deux seins extraordinaires. Plus petits que ceux d’Élodie mais avec des mamelons gonflés qui pointent comme pour appeler les caresses… ou les pinces car j’ai bien saisi l’intention de ma jolie voisine. La peau de Lola est d’une blancheur extrême et avec une grande sensualité elle se débarrasse dans la foulée de la courte jupe avant de faire glisser un string noir qui laisse apparaître une petite bande de poils roux. Élodie vient de déplacer le coffre et après y avoir posé une couverture pliée, elle installe Lola sur la table basse, face à moi, mains derrière la nuque, assise sur ses talons. Sa voix ferme résonne aussitôt dans la pièce.

-Punis-moi sévèrement maintenant, je le mérite!

Élodie diminue légèrement la puissance de l’éclairage et place un jolie bandeau noir sur les yeux de la soumise. Le tableau est merveilleux, subtil et sensuel. Elle ramasse aussi le martinet et force Lola à ouvrir la bouche pour en serrer le manche assez gros entre les dents. Elle s’exécute en gémissant, incapable d’articuler désormais le moindre mot. Je vois déjà la salive couler sur ses seins. Les lanières pendent, menaçantes, verticales, annonciatrices du châtiment si désiré. Élodie la fait mariner un peu et avec un sadisme qui me surprend elle pince les tétons érigés avant de s’approcher de moi, l’œil coquin.

-Ne crois-tu pas qu’il faudrait que tu te mettes à l’aise avant de commencer ? Tu es d’accord Lola ?

-Humm ! Humm !

Elle a déjà commencé à déboutonner ma chemise comme si elle savait que je ne lui refuserai rien ce soir. Un regard sur mes chaussures suffit pour que je me retrouve en jean, pieds et torse nus devant elle. Évidemment, elle m’attend au virage et je vois son visage s’éclairer quand je me décide à aller plus loin en me débarrassant d’un pantalon vraiment trop serré pour les circonstances. Le caleçon ne parvient évidemment pas à masquer une excitation déjà bien présente et mon membre érigé lui donne un relief intéressant. Elle attendait visiblement que j’entre complètement dans le jeu et, aussitôt, fait glisser langoureusement sa robe noire. Entre la superbe soumise rousse nue, prête à supporter une vraie punition et cette naïade blonde en lingerie sexy noire où la dentelle ne voile que très imparfaitement son anatomie, je ne sais plus ou donner de la tête. Élodie reprend les rênes et s’assoit devant Lola dans le beau fauteuil crapaud.

-Si tu es prête Lola, Marc va commencer par te poser les pinces sur tes seins sans y ajouter de poids aujourd’hui. Tu devras les supporter 15 minutes et lui pourra jouer autant qu’il le souhaite avec ces joujoux car n’oublie pas il est là pour te punir. Si tu lâches le martinet, il devra te fouetter la poitrine avant qu’on te laisse repartir. 5 coups par relâchement coupable ! Après les pinces, Marc se servira du martinet sur ton dos et tes fesses. Il ne s’arrêtera que lorsque je le lui dirai. Si tu es ok avec le programme, fais un signe de la tête. Tu es libre de partir maintenant bien entendu. Alors tu en dis quoi ?

Je me demande encore si c’est d’avoir hésité à se laisser  dominer par un homme sous le contrôle de sa copine ou si elle veut laisser planer un certain suspense par jeu mais Lola resta un long moment immobile avant d’acquiescer de la tête en soupirant.

-Bien. Maintenant,  Marc si tu veux, elle est à toi.

Vous imaginez ma situation ? Rien à ajouter évidemment. Juste une envie irrésistible d’entrer dans la danse et espérer être à la hauteur comme la dernière fois. Reste que vu ma tenue, je sens qu’Élodie va pouvoir me jauger complètement dans peu de temps car en me levant pour prendre les pinces sur la table je sens mon sexe prendre résolument le chemin de la liberté dans la fente de mon caleçon… Je me concentre néanmoins sur le mécanisme des pinces et je découvre en testant le serrage sur un doigt que Lola va déguster ! Élodie me donne le signal.

-Tu as 15 minutes. C’est parti !

Dès que mes doigts pincent le mamelon de droite pour poser la première pince Lola gémit doucement. Sa salive ne me facilite pas la tâche pour positionner la pince qui glisse à peine posée.  Je repositionne les petites mâchoires qui se referment sur la pointe du sein. Lola pousse un cri étouffé mais résiste. Elle ne lâche pas et souffle pour rester en maîtrise. La deuxième pince mord son sein gauche avec encore plus de force malgré ma volonté de faire le plus doucement possible/ Lola ne peut retenir un cri et le choc du martinet sur la table résonne dans le silence. Lola ne manque pas l’occasion de lui rappeler la règle.

-5 coups ma jolie ! Marc ne te laisse pas attendrir, continue…

La seconde pince est en place. Décevoir Élodie ? Pas question ! Je tire doucement sur les deux en même temps en surveillant la réaction de la belle rousse. Elle souffle et gémit de plus belle et quand mes pressions se font plus fortes, je devine que le score va vite monter. Il reste encore 5 minutes. J’avoue que j’y prends du plaisir, au moins autant que la belle arbitre qui compte sans rien laisser passer :

-10….15….20… Allez c’est bon Marc ! Tu peux la libérer.

Lola ne bouge pas et je comprends que c’est à moi de retirer les pinces. La douleur est si vive que de nouveau le martinet que j’avais replacé tombe de nouveau. Je regarde Élodie.

-Non,  on reste à 20 coups sur les seins, c’est déjà pas mal ! Tu crois que tu vas les supporter Lola ?

Elle a dit cela en lui enlevant le bandeau et je m’aperçois qu’elle s’est débarrassée de son soutien gorge pendant que je torturais son amie. Plus gros et moins pointus, ses n’ont rien à envier à ceux que je viens de maltraiter à l’instant. Je bande furieusement et je vois le regard amusé de ma blonde voisine se poser sur mon sexe érigé en interrogeant du regard la pauvre Lola. Les larmes ont coulé sous le bandeau et, quand elle me regarde, je m’attends à y lire de la colère, voire pire. Rien de cela, au contraire, elle me sourit en lorgnant avec envie vers mon sexe qui dépasse maintenant allègrement de mon caleçon. Lola ne lui laisse pas le temps de prolonger l’intermède et elle me tend le martinet.

-Fouette la en augmentant progressivement la puissance de tes coups. Le dos et les fesses. Ne t’inquiète pas, je connais bien Lola !

Tout en me parlant, elle enfonce un mouchoir dans la bouche de la suppliciée et la bâillonne en utilisant de nouveau le bandeau noir. Elle regroupe ses longs cheveux roux et les fait passer côté poitrine mettant à nu un dos blanc magnifique. Mon sexe est si dur qu’il m’en fait presque mal ! Je commence à cingler de plus en plus vigoureusement cette peau si blanche qui rougit presque instantanément. Je me suis placé de côté et tandis que je concentre un moment mes frappes sur son superbe fessier  androgyne, je vois Elodie se glisser près de moi avant de sentir sa main entourer mon sexe. Elle m’incite à voix basse à viser maintenant le dos et à frapper beaucoup plus fort. Les lanières qui ont déjà fait virer son joli cul au rouge vif avec quelques sillons plus marqués claquent vraiment fort sur les épaules de Lola et ses cris étouffés se font de plus en plus puissants. Élodie continue de me caresser doucement en surveillant les stries rouges qui zèbrent maintenant tout le dos de son amie. Les marques débordent même sur le côté des seins et elle gémit de plus en plus fort sous mes coups. Je suis soulagé quand, enfin, Élodie se place devant moi pour stopper la punition et que je sens ses lèvres se poser sur les miennes, bras toujours en l’ai, près à asséner un nouveau coup. Je sens à regret qu’elle libère mon sexe. Elle me retire le martinet des mains avant de s’écarter de moi pour libérer la bouche de Lola qui tombe dans ses bras sans pouvoir retentir ses larmes. Elle me fait signe de les rejoindre. Je profite de ce moment exceptionnel. Je ne peux dire combien de temps on est resté ainsi sur le canapé mais c’est Élodie qui a rompu le silence

-Lola, tu as été extraordinaire ce soir. J’ai l’impression que tu n’a pas détesté ma surprise… Qu’est-ce que tu penses de mon voisin ? Intéressant non ?

Un timide sourire éclaire le visage de ma suppliciée qui a repris ses esprits et qui me regarde maintenant avec insistance . Je lis tout de même moins d’enthousiasme quand elle nous interroge tous les deux :

-Il me semble que ma punition n’est pas complète …

Elodie me regarde avant de répondre et en l’écoutant je sais qu’elle a compris ma réticence à poursuivre :

-Tu parles des 20 coups sur ta poitrine ?

-Tu les avais oubliés ?

-Non,non, maisje trouve que Marc t’a déjà bien marquée ce soir. Tu ne trouves pas ?

Lola se tord un peu pour mieux voir le résultat mais elle reste muette, en attente du verdict. J’ai compris qu’elle obéirait jusqu’au bout. Lola se tourne alors vers moi, spectateur éminemment intéressé par la décision. Je suis partagé entre l’envie de recommencer et la crainte d’y être aller déjà un peu trop fort avec elle. Élodie nous regarde sourire espiègle aux lèvres, visiblement amusée par nos silences, avant de poursuivre sur son idée :

-Je reconnais que Marc a eu la main plus lourde que moi. Un mec quoi ! Tu as aimé ou détesté ?

Je me fais tout petit en attendant la réponse de Lola :

-Tu sais bien que j’ai aimé ! Tu l’as vu et tu me connais, j’adore le martinet. Je reconnais qu’avec Marc mon excitation a  été différente …

-Comment ça ?Tu as joui sous le fouet ?

-Non, non …pas complètement mais c’était troublant de savoir que c’était un homme qui tenait le martinet .

-Tu es toujours excitée ?

-Évidemment !Tu veux voir ?

J’assiste amusé à ce dialogue non sans une certaine fierté mais Élodie n’a pas terminé :

-Alors voilà ce que je vous propose à tous les deux. Lola, tu as été au top et si Marc est d’accord c’est moi qui vais recevoir les 20 coups sur les seins à ta place. Tu pourras évidemment te caresser en nous regardant si tu veux. Marc ? Tu en dis quoi ? Je mérite aussi une petite punition ce soir après toutes mes surprises, non ?

Comment refuser ?Lola, oubliant toute pudeur, a remplacé Élodie dans le fauteuil, jambes largement écartée, dévoilant du même coup un sexe humide. Avant même que je ne fasse claquer le martinet, ses doigts y plongent avec volupté, regard fixé sur nous. Élodie s’est mise debout face à elle, mains sur la nuque, poitrine tendue vers l’avant. Ses seins sont si beaux, sa peau si douce que j’hésite un moment. Élodie ne dit rien. Je vois qu’elle serre les dents stoïque, en attente du premier impact. Elle encaisse les 5 premiers coups en ne laissant presque rien paraître. Pourtant les fines lanières ont déjà marqué la peau lisse et délicate. Les suivants dont je modère pourtant la puissance ont raison de sa résistance et elle gémit désormais après chaque impact. Les larmes coulent sur ses joues. Les seins de la jolie blonde bougent à chaque cinglon mais elle se remet en position à chaque fois. Les stries rouges qui barrent maintenant sa poitrine me font un effet terrible et, envoûté par le bruit des lanières qui fouette ce corps si désiré, je poursuis mon œuvre en entendant le plaisir de Lola monter inexorablement à côté de nous. Je ne peux résister à donner encore plus de force au dernier coup qui fait se plier en deux Élodie. J’ai de nouveau l’impression d’avoir poussé un peu trop loin le jeu mais quand je vois la belle se relever aussitôt pour se précipiter dans mes bras, je réalise à quel point ce que la fille que je viens de rencontrer est exceptionnelle. Cette fois c’est moi qui l’embrasse avec fougue avant de l’allonger à côté de Lola qui remonte doucement à la surface après un orgasme ravageur. Elle s’approche de moi pour me parler à l’oreille :

-Prends-la, elle en meurt d’envie…

Elle embrasse doucement Élodie avant d’ajouter :

-Ne vous préoccupez pas de moi. Tout va bien ! Je vous laisse…Promettez-moi juste que l’on remettra ça ensemble très vite, c’était trop bon !

-Juré ma belle…sauf si Marc a une objection bien sûr !

Chipie ! Jusque là, j’avais échappé aux addictions habituelles de la vie d’un trentenaire classique mais, là, je sens bien que je suis atteint. Lola a à peine franchi la porte que nous passons aux choses sérieuses, incapables de nous retenir plus longtemps. Pas besoin de préliminaires vu nos états d’excitation respectifs et je l’entends pousser un long gémissement lorsque mon membre s’enfonce sans ménagement dans un sexe prêt à tous les outrages. Quand je la besogne par derrière et que ses doigts se joignent aux miens pour me guider dans sa quête du plaisir, j’ai la sensation d’une communion jamais atteinte avec mes partenaires précédentes. Elle explose avant moi et encore envahie par l’onde de choc, elle se retourne pour accueillir mon sperme sur deux seins zébrés de marques rouges. Un orgasme terrible, presque douloureux tant mon érection a duré. Mais quel pied ! Je suis au paradis et reste sans voix lorsqu’elle me prend la main pour étaler cette semence sur les sillons rouges qui marquent son torse si délicat.

 

Il est 3 heures. Je suis revenu dans mon appartement. Rien n’est plus pareil désormais.

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

 

Vous êtes auteur ? Cliquez sur ce lien pour lire quelques conseils d’écriture

 

Abonnez-vous à la page Facebook de MesHistoiresPorno et des Nouveaux Interdits : https://www.facebook.com/nouveauxinterdits

 

Retrouvez en cliquant sur ce lien les autres histoires de Lecourbe

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *